Premiers jours en Iran.

L’Iran… Qui eut cru que j’irai la bas un jour !? Surement pas moi !! L’Iran fait partie de ces pays que j’ai rajoute dans mon tour du monde, après avoir croisé plusieurs personnes qui m’ont dit qu’il fallait absolument y aller.
Au départ je pensais comme tout le monde : que c’était un pays super dangereux, que j’allais croiser des barbus sanguinaires qui brulent des drapeaux américains à tous les coins de rue, que toutes les femmes étaient des fantômes obligés de porter la bourga, que j’allais me retrouver au milieu d’une guerre nucléaire…  En fait je ne pensais même pas qu’on pouvait avoir un visa pour entrer dans le pays et le visiter librement en bagpacker ! Bref j’avais la tête remplie de stéréotypes et de cliches. Or les quelques voyageurs que j’ai croisé pendant mon périple et qui étaient allés en Iran m’ont au contraire décrit un pays magnifique, avec une culture millénaire super intéressante, des endroits à visiter qui dépassaient l’imaginaire, des iraniens hyper accueillants, généreux, souriants, un pays encore authentique sans trop de touristes, sans problèmes de violence ou d’agression envers les étrangers… Bref bien loin de tout ce que l’on pouvait imaginer. 
Donc vous me connaissez, en nain de jardin curieux que je suis c’est tout naturellement que je vais voir de mes propres yeux ce qui se passe dans ce pays !
C’est muni de mon visa de 30 jours que j’ai obtenu en temps record à Trabzon en Turquie que je passe la frontière entre l’Arménie et l’Iran, au milieu de la nuit. Entre Erevan, la capitale de l’Arménie, et Téhéran il y a 24h de bus. 
A la frontière arménienne le mec me garde un bon quart d’heure et vérifie mon passeport avec une loupe pendant de longues minutes. Puis il appelle un autre policier qui vient lui aussi vérifier mon passeport, comme si c’était un faux…. Heuuuu ca y est on est déjà en Iran la ?? J’ai la tête d’avoir un faux passeport ?? 
Bon bref après avoir fait 20 minutes de zèle sur mon passeport parfaitement en règle j’arrive dans le no mens land entre l’Arménie et l’Iran. Là les autres femmes qui sont dans le bus avec moi se changent. Elles sortent de leur valise des tuniques qu’elles mettent par-dessus leur jeans et leur pantalon moulants, pour cacher leurs fesses. Puis le foulard évidemment. Moi j’ai mon pantalon de rando et une chemise L que j’ai achetée pour l’Iran. La veille avant de partir j’ai recousu mon pantalon de rando (qui est avec moi depuis mon premier voyage, l’ouest américain, en aout 2008 !!) qui avait un enooorme trou au cu. Je me suis rendu compte que j’avais cet énorme trou béant lorsque je suis arrivée a mon auberge de jeunesse la nuit à Yerevan. Ça veut dire que je me suis baladée toute la journée dans la rue avec ce trou et que personne n’a rien dit… Sympa les arméniens ! Bref toujours est-il que je n’ai pas envie que la police des mœurs viennent me voir dans la rue a Téhéran alors j’ai fait un atelier couture la veille de mon départ.
Je mets moi aussi mon foulard, celui que mon guide Tanzin m’avait donné lors du trek de la grande traversée du Zanskar, en inde du nord. Une fois au poste frontière on me prend mes empruntes, rien de bien méchant car il y a pas mal de pays en asie qui font ça aussi. Ensuite un policier en civil fouille mon sac et me demande si j’ai de l’alcool dans ce dernier. Je change quelques dollars en rial, j’ai plus de rials que mon application sur mon ipod me dit, tant mieux. On m’a dit que l’Iran était assez cher, notamment à cause d’une inflation galopante… J’espère quand même limiter les dégâts et ne pas dépenser une mini fortune !
J’arrive à Teheran en milieu de matinée. Comme je me suis dit que Teheran ça allait être le bordel j’avais bien potasse mon itinéraire en métro jusqu’à l’auberge. La gare routière est immense mais le métro est juste à côte, c’est bien pratique ! Une fois dans le métro je n’ai même pas le temps de sortir mes notes qu’une nana d’une trentaine d’années vient me voir et me dit Hello, can i help you ? Je lui dis ou je veux aller, elle me dit pas de problème j’y vais aussi, tu n’a cas venir avec moi ! Elle me prend carrément par la main et m’emmène avec elle. Le métro est bonde mais avec ma protectrice nous montons dans la rame réservée aux femmes. 
Ce qui choque au début quand on arrive en Iran c’est bien sur le voile, que l’on appelle le hijab, que toutes les femmes (y compris les étrangères) sont obligées de porter depuis la révolution de 1979. Cette obligation est inscrite dans la loi, ainsi que celle de porter des habits amples pour cacher leurs formes. Elles doivent donc cacher leurs cheveux, leur cou et leur décolté. Dans la rame du métro il y a toute une palette de hijab. Beaucoup de femmes n’ont qu’un léger voile sur la tête, comme un châle que l’on plie en 2 et que l’on noue simplement à la base du cou. C’est ce que j’ai moi, c’est le minimum légal. Beaucoup de femmes laissent largement dépasser leur cheveux jusqu’ a la moitié du crâne, comme pour faire un pied de nez à cette obligation de couvrir sa tête. D’autres ne laissent rien dépasser du tout.
D’autres femmes ont un voile qui recouvre l’intégralité de la tête et du cou d’un seul bloc, pour arriver en haut de la poitrine. D’autres femmes portent le tchador. Il s’agit d’une espèce de drap noir qui les couvre de la tête aux pieds. A noter que en un mois en iran je n’ai vu qu’une seule femme avec la bourqa, cet habit qui ne laisse entrevoir que les yeux, parfois derrière une grille. On la trouve plus dans les pays de la péninsule arabique, mais pas en Iran. 
En ce qui concerne les habits certaines femmes ont des jeans ou des pantalons très moulants, mais toutes ont des tuniques qui leur cachent les fesses, ou un manteau qui leur arrive à mi-cuisses. Donc dans la loi il est inscrit l’obligation de porter un foulard au minimum. Je pense que les femmes qui portent plus qu’un simple foulard le font surement parce qu’elles sont issues de familles très pratiquantes et que leur famille ne leur laissent malheureusement le choix. Je suis quand même surprise car je pensais que le code vestimentaire serai plus contraignant que ça, même si c’est déjà assez difficile comme ça ! Je ne pensais pas par exemple qu’on pouvait porter des pantalons moulants. Cette vision de toutes ces femmes voilées me fait mal au bide… Cette entrave à leur liberté sous un prétexte religieux (qui n’est meme pas ecrit noir sur blanc dans le coran, apparament ce dernier ne dit pas explicitement que les femmes doivent porter un voile mais qu’elles doivent couvrir certaines parties de leur corps) rend l’athée que je suis très en colère…
Mais bon malheureusement je sais bien que je ne suis pas venue en Iran pour refaire les droits de la femme. Dans ce wagon réserve aux femmes (à savoir qu’il n’y a pas qu’en Iran que ça existe, j’ai aussi vu cela en inde) des vendeuses ambulantes vendent toutes sortes de produits de beauté aux usagères du métro qui peuvent ainsi faire un peu de shopping pendant leur trajet qui peut être assez long. 
Dans le métro je vois aussi de nombreuses femmes qui ont un sparadrap sur le nez. En fait en iran beaucoup se font refaire le nez. Ce n’est pas du tout tabou comme en France, bien au contraire, la bas il faut que ça se voit ! Apparemment ça fait bien, socialement parlant. J’ai même lu que certaines femmes se mettaient exprès un sparadrap sur le nez pour faire croire qu’elles avaient eu une opération, alors que pas du tout ! C’est fou quand même !
Une fois que j’arrive à ma  destination la jeune femme adorable me sert chaleureusement la main et me souhaite un très bon voyage. Une fois dans la rue je prends mon premier bol d’air frais iranien et je manque de m’asphyxier sur le coup ! En effet la pollution est à couper au couteau !  Je remonte la rue à l’aide de mon plan que je m’étais préparé. Bon sur google map ça avait l’air facile, mais en vrai ca l’était beaucoup moins ! Je galère un peu pour trouver l’hôtel, je suis un peu paumée. 
Je dois courir comme une dératée pour traverser les rues car il n’y a pas de passage pour les piétons, et quand il y en a de toute façon on peut se brosser pour que les voitures s’arrêtent ! Les feux ne marchent pas trop, c’est un peu la jungle. Ca ressemble vraiment à ce que l’on m’avait dit sur l’iran, à savoir que la seule chose qui pouvait m’arriver là-bas c’était de me faire écraser comme une crêpe en tentant de traverser la rue. A un moment je sors mon ipod de la poche pour voir de plus près le plan pour trouver l’hôtel, sur mon lonely planet. Je n’ai même pas le temps de regarder le bouquin qu’un commerçant sort de sa boutique et  me dit, vous chercher l’hôtel Mashhad ? Je lui réponds beh oui justement ! Il m’indique précisément la direction. Sympa décidément ces iraniens ! Ils t aident avant même que tu n’ouvres la bouche pour demander ! C’est assez rare, surtout quand c’est plusieurs fois à la suite comme ça ! 
2 minutes plus tard j’arrive à l’hôtel ou Ali le proprio m’accueille en baragouinant un peu le français. Plus tard je sors de l’hôtel pour aller manger, je manque de me faire écrabouiller par une moto… sur le trottoir ! Car à Teheran les motos roulent aussi sur le trottoir, normal !
En fait je ne vais rester à Tehran qu’une journée, histoire de faire mon visa pour l’Ouzbekistan. 
Le lendemain je prends le bus pour Isfahan, une très belle ville d’Iran ou il y a plein de trucs à voir. Les bus en iran sont en très bon état, ce sont des bus de tourisme comme chez nous. Et c’est vraiment pas cher, ça va pas me couter un bras comme en Turquie ! 
Je vais passer 3 jours à Isfahan. La ville est vraiment magnifique. Je vais pour la première fois dans une mosquée iranienne. Wahoo c’est une autre planète ! Elles sont encore plus belles que les mosquées à Istambul, comme vous pouvez le voir sur les photos. Je vais visiter la mosquée principale d’Isfahan pendant la prière. Pas de soucis pour qu’une étrangère aille voir la mosquée pendant la prière mais par contre il faut que je mette un tchador, qui est prête à l’entrée. Je ne sais pas trop comment font les femmes pour avoir ce drap sur la tête toute la journée, moi j’ai cru crever de chaud pendant les 30 min ou je l’avais, sans compter le nombre de fois où j’ai marche dessus et ou j’ai failli me viander comme une daube au milieu des fidèles. 
A l’intérieur de la mosquée les femmes sont séparées des hommes par un mur. 
Apres avoir fait le tour des mosquées je vais me balader dans le bazar. Celui ci n’a rien à voir avec ceux que j’ai pu visiter en Turquie. En effet à Istambul c’était plus un bazar pour les touristes, rempli de souvenirs et autres babioles. Non en Iran c’est le vrai bazar, celui que les locaux utilisent pour faire leurs courses. 
On y trouve vraiment de tout : des tapis aux chaussures, en passant par les vêtements, les casseroles, les tissus, les bijoux, les pâtisseries… L’odeur des épices me chatouille le nez ; je me fraye un chemin au grès de la joyeuse cohue formé par les cris des bazaris (les gens qui travaillent dans le bazar) et le bourdonnement de la foule.
A Isfahan j’ai trouvé que c’était assez difficile de trouver de la bouffe correcte. En fait les iraniens sont fana de fast food, on en trouve 50 dans la même rue. Alors ce n’est pas mauvais mais franchement je me voyais mal manger du kebab ou des hamburgers pendant un mois ! Si on veut trouver de la nourriture un peu plus saine apparemment il faut se faire inviter chez des iraniens ou alors aller dans des resto vachement chers.
ps1: je n’ai pas pu mettre mon blog a jour avant car blogger est interdit en iran; du coup une douzaine d’autres post suivront dans les semaines a venir mais entre ma flemme et la mauvaise wifi en ouzbekistan, c’est pas pour de suite…
ps2: plus un lecteur m’a signale que sur chaque photo il y a un diaporama qui s’affiche avec plein d’autres photos, ce qui rend la page extremement longue a charger… J’ai essaye d’enlever ce truc mais impossible! Je vais creuser un peu mais en attendant il va falloir etre patient et attendre que les photos chargent sur la page…
ps3: comme d’hab j’ai pris 3 milliards de photos, je les met presques toutes sur le blog mais beaucoup se ressemblent. Et je raconte aussi bcp ma vie, alors vous pouvez zapper plein de trucs!
Le bazar d’Isfahan.
Petit dej iranien, un grand pain avec une sauce a base de lentillles et poid chiches.
La place principale d’Isfahan, il me semble que c’est la 2eme plus grande place apres la place de tiananmen a pekin
Dans les mosquees les femmes sont separees des hommes par des baches.
A moto dans le bazar.
Dans le metro et les bazars on croise beaucoup de femmes qui se sont fait refaire le nez.

Une réflexion sur « Premiers jours en Iran. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s