Tous les articles par nininy13

Sufi night à Lahore.

Durant mon séjour à Lahore j’ai pu assister à une fameuse « Sufi night ».

Alors pour bien que vous compreniez cet article je vais tenter d’expliquer ce qu’est le soufisme. J’ai passé une bonne partie de mon dimanche après midi sur internet pour tenter de trouver une définition « pour les nuls » mais nonnnnnnn à chaque fois je trouvais des pavés indigestes incompréhensibles chiants à mourir.
Alors d’après mes recherches le soufisme en gros est un courant mystique de l’islam, dans lequel les fidèles tentent de trouver directement et personnellement Dieu, avec des moyens qui ne sont pas reconnus par l’islam sunnite orthodoxe, tels que la musique, le chant, la littérature, la poésie, et pleins d’autres rites et pratiques comme la méditation et la transe par exemple.
Dans l’islam traditionnel les musulmans sont bien encadrés dans leur quête spirituelle, avec par exemple les cinq prières quotidiennes à heures fixes, avec un imam etc… Avec le soufisme chacun est libre de rentrer en contact avec Dieu comme il le veut. Dans le soufisme la musique est considérée comme une aide nécessaire pour aller à la rencontre de Dieu. C’est au contraire une hérésie pour les sunnites, la musique est interdite dans certains courants comme le salafisme.
Les soufis ne tiennent pas vraiment compte des règles religieuses édictée par les guides traditionnels et vivent une relation très personnelle et très libres avec l’islam. En gros ils font comme ils veulent pour rencontrer Dieu, et c’est d’ailleurs pour cette raison qu’ils ont été persécutés et considérés comme hérétiques et non musulmans par les autres.
Les soufis se regroupent en confréries, dont une est très connue, il s’agit des derviches tourneurs, de la confrérie des mevlevi, en Turquie. En gros les soufis s’opposent aux fondamentalistes, ce sont les mystiques de l’islam. Pour eux, la foi est quelque chose de très personnel, et le clergé s’accapare le lien naturel et direct entre Dieu et ses fidèles.

Donc à Lahore tous les jeudis soirs a lieu une fameuse nuit soufi. Immanquable pour moi qui m’intéresse beaucoup à la religion!
La cérémonie a lieu dans le mausolée du saint soufi Baba Shah Djamal, à l’autre bout de la ville. Hors de question d’y aller toute seule, le proprio super sympa de la guest house m’oriente vers un de ses amis guide qu’il connait très bien et qui parle anglais.
En début de soirée ce dernier passe me prendre et c’est parti! Le rickshaw se faufile à toute vitesse dans les petites rues de la vieille ville, en prenant soin d’éviter les marchands et leur étalages ainsi que les petites carrioles tractées par des mules.
La circulation est tentaculaire, comme dans toutes les grosses villes du Pakistan. Mais peu importe, le conducteur est un vrai pilote et nous arrivons entiers au mausolée.
Pour y accéder nous passons dans un vrai bazar ambulant, où la foule qui assiste à la cérémonie attire des dizaines de marchands qui vendent un peu de tout:  jus de mangue, beignets fris dans la même huile depuis une semaine, des cacahuètes grillées, toutes sortes de sucreries, du thé, des fruits, de la glace, des chaussures…
Puis nous arrivons dans le mausolée qui renferme la tombe du saint Baba Shah Djamal.
A peine rentrée je suis prise à la gorge par la densité humaine qu’il règne à l’intérieur.  En effet l’endroit n’est pas bien grand mais il y a plusieurs centaines, voir plusieurs milliers de personnes!!
Enfin de personnes, je devrai dire plusieurs centaines d’hommes!!!!! Que des mâles à perte de vue. Toutes les classes sociales sont représentées: des mendiants, des étudiants, des hommes aisés, mais surtout des Lahoris qui sont très pauvres et qui viennent chercher ici une échappatoire hebdomadaire à leur existence précaire.
Beaucoup sont habillés avec un shalwar kamiz, l’habit traditionnel des hommes pakistanais (pantalon large en toile fine et tunique longue), d’autres sont habillés en jean ultra moulants et des imitations de tee-shirt de marques, à l’occidentale.
Je ne vois aucune femme, je pense qu’il est socialement impensable pour l’une d’entre elle de venir à l’une de ces cérémonies. En effet au Pakistan les hommes et les femmes sont séparés dans la plupart des sphères de la société, et le fait pour une femme de s’afficher au milieu de centaines d’inconnus serait perçu comme la pire des décadences et des humiliations pour elle et sa famille.

Nous montons au premier étage du mausolée, je fais bien attention de ne pas perdre de vue mon guide.
Je suis bien contente de l’avoir celui-là!! Tous les hommes que je croise me regardent comme si j’étais une extra-terrestre, je lis leur stupeur sur leur visage quand je croise leur chemin. Il faut dire qu’il n’y a pas beaucoup de touristes qui se rendent à la sufi night, et encore moins des femmes.
Une fois arrivés sur la terrasse, mon guide va me présenter aux deux musiciens qui sont en train de se préparer. Apparemment ce sont deux frères très connus dans le monde du soufisme, deux célébrités locales: Gonga et Mitho Sain. Une petite précision pour le moins singulière: Gunga est sourd-muet depuis sa naissance! Mais qu’importe, c’est un musicien hors pair. Comment fait-il pour jouer de son instrument? Il utilise les vibrations que le tambours propage dans son ventre pour trouver son rythme.
Puis mon guide me dit de m’asseoir juste derrière les deux frères et…. il s’en va, sans doute voir un de ses potes!!!! Quoiiiiiiiii mais tu va où?? Revient!!!! Super me voilà toute seule au milieu de centaines d’hommes qui me regardent tous avec des yeux de harengs fris, en pensant surement que si je suis là c’est que je dois surement être une prostituée sortie tout droit de Heera Mandi, le quartier chaud de Lahore…
Gloups je ne me sens vraiment pas à l’aise, avec tous ces yeux braqués sur moi. D’autant plus que environ 99,9 pourcent des hommes présents on tous une cigarette de haschich ou de cannabis ou de je ne sais quoi collée aux lèvres…
Et oui rappelez vous, ils sont ici pour tenter d’entrer en contact avec Dieu grâce au chant et à la musique, mais apparemment  le haschich ça aide beaucoup aussi!!! Bref j’ajuste mon voile de manière à ne faire dépasser que mes yeux et je me cache derrière le tambour d’un des deux frères… tambour qu’il va aussitôt mettre en bandoulière sur ses épaules… arghhhh mince je suis à découvert!!!

Soudain je suis arrachée de mon psychotage par le son des dhols, ces grands tambours qui ont deux cotés fermés par des peaux de bêtes, que les frères ont commencés à taper fébrilement avec leurs mains.
En quelques secondes l’ambiance devient électrique. Des dizaines d’hommes se lèvent et commencent à danser au milieu de la foule. Leur but: entrer en transe pour arriver à entrer en contact avec Dieu, rien que ça.
Ils dansent frénétiquement, tremblent de tous leurs membres, font de véritables crise de convulsion, d’hystérie, ils bondissent puis se roulent par terre, hurlent comme s’ils allaient se transformer en loups garous…. En quelques minutes ils atteignent le dhammal, la transe.
La scène est surréaliste et fascinante… Le mausolée entier vibre sous le son des dhols, leurs échos se propageant dans tout le quartier. Les fidèles ont les yeux exorbités, ils ont l’air d’être possédés par des démons et on s’attendrai presque à ce que Baba Shah Jamal en personne se réveille et sorte de sa tombe, tel un mort vivant.
Devant les musiciens qui ruissellent de sueur il y a un mendiant unijambiste qui fait des bonds qui rendrai jaloux n’importe quel athlète; un vieux tout cassé, trempé de transpiration, qui se transforme en hérétique avec ses yeux exorbités comme en pleine séance d’exorcisme; et il y a même un gamin d’une dizaine d’année qui a l air d’un démon avec ses yeux qui roulent injectés de sang!!
Un rugissement euphorique s’échappe de l’assistance qui regarde ce spectacle, sous la nuit étoilée.
Un nuage de fumée de chanvre ajoute une touche de mystère à cette atmosphère déjà irréelle.
Et au milieu de tout ça il y a moi, petit nain de jardin avec la bouche grande ouverte, en train de vivre un des moments les plus fascinants de mon voyage. J’ai du changer de place car j’ai cru devenir complètement sourde avec les tambours à quelques centimètres de mes oreilles.
Devant moi,il y a une dizaine de danseurs en transe qui se démènent comme de pauvres diables. J’ai l’impression d’avoir des patients échappés de leur asile en rupture totale de leur traitement….
Je vais assister à ce spectacle complètement déjanté deux bonnes heures, puis mon guide viens me chercher et nous rentrons à l’auberge…. Vraiment sans aucun doute un des moments les plus captivants de mon séjour de trois mois au Pakistan!
A savoir que les soufis sont régulièrement la cible d’attentats de musulmans fondamentalistes qui les considèrent comme des hérétiques. Le 16 février 2017 70 fidèles ont été tués dans un temple soufi dans le sud du Pakistan, dans un attentat revendiqué par l’état islamiste. En 2010 c’est un autre sanctuaire soufi, à Lahore même, qui a été soufflé par une explosion, faisant une cinquantaine de victimes.
Les vidéos et les photos que j’ai prises lors de la cérémonie sont de très mauvaises qualité car je ne pouvais pas utiliser le flash et il y avait très peu de lumière. Mais au moins cela vous montre un petit aperçu de ce qu’est une cérémonie soufie au Pakistan.

Video du gamin en transe.

DSC01070

DSC01060

DSC01057

DSC01053

DSC01038

DSC00989

DSC00976
Un des deux frères musiciens à droite et mon guide à gauche.

DSC00962
Les deux frères à gauche, entrain de jouer du dhol.

DSC01028

DSC01026

DSC01005

DSC00999

DSC00993

DSC00991


Video d’une cérémonie des derviches tourneurs, qui sont eux aussi des soufis mais d’une autres confrérie, à laquelle j’ai assisté à Istambul. Comme vous pouvez le constater ce n’est pas du tout le même style qu’au Pakistan!

Publicités

Interview avec Worldelse.

Oyé Oyé les amis!! Aprés presque un an de silence radio je suis de retour!! Bien décidée à me couper le poil dans la main et à mettre à jour le blog.
Bon rassurez vous, je vais très bien, il ne m’est rien arrivé de grave (référence aux messages de mes fidèles fans qui commençaient à s’inquiéter).  Comment expliquer mon tresss long silence? Un mélange de flemmardise chronique, de décès d’ordi, de reprise du train train quotidien, de manque de temps… Et surtout un brin de nostalgie qui m’interdisait de trop regarder derrière moi.
En effet après mes quatre années de voyage, la priorité number one était de reprendre ma vie là où je l’avais laissée, sans me taper de dépression. J’avais lu beaucoup de témoignages d’ex voyageurs qui rentraient chez eux en mode zombie dépressif, incapables de tourner la page du voyage. Hors de question que moi Nini je me transforme en prozac ambulant! Bref je me suis bougée le popotin et j’ai repris le cours de ma vie d’avant.
Apres avoir envoyé je ne sais pas combien de cv j’ai trouvé des vacations assez rapidement. J’ai donc repris le travail deux mois après être rentrée (je n’ai pas cherché le premier mois). Assez facile me direz vous quand on est infirmière. Que nenni! L’age d’or de l’infirmière est révolu. Fini les agences d’intérim qui nous harcèlent pour venir travailler. Fini les portables qui ne s’arrête plus de sonner pour des vacations dans des endroits qui nous plaisent. Aujourd’hui il y a certes encore du travail, mais on ne choisi plus du tout. On est déjà bien content de trouver des vacations. Quand au cdi… n’en parlons même pas!
Mais grâce à ma super bonne étoile j’ai trouvé des vacations en salle de réveil, un endroit que j’adore et où je bossais déjà avant. Dur dur de s’y remettre, mais en s’accrochant çà s’est bien passe. Je ne pense pas avoir tué un patient (en tout cas on m’a rien dit lol). Et…. il y a deux semaines j’ai trouve un super CDI avec un super planning en tant que infirmiere de bloc!!!!!!!!! Je suis super contente, mais je ne crie pas victoire pour autant, j’ai deux mois de formation à l’essai. Mais bon je me dis si j’ai survecu à mon voyage de 4 ans je survivrai aussi à ma formation, en m’accrochant! Nini est super coriace!!!!!
Sinon j’ai aussi repris les pompiers (volontaire), en repassant les stages pour le secours à personnes et pour les feux urbains. Alors là pareil j’en ai bien bavé! Mais quel bonheur de pouvoir remonter dans les camions… Je ne m’en suis pas rendue compte pendant mon voyage mais ca m’a bien manqué!!
Voilou et bien sur j’ai retrouve ma famille et mes amis, que du bonheur. Ha oui et bien sur je continue à voyager, cet été j’ai fait un petit road trip en Islande et sur les Iles Feroes, c’était magique! Je ferai le carnet de voyage une fois que j’aurai terminé celui de mon gros voyage. Et dès que j’ai quelques jours je prends ma voiture et je m’en vais visiter mon beau pays que je ne connais pratiquement pas! Voilou, vous l’aurez compris le retour s’est très bien passe pour moi!! Pas de depression a l’horizon! Je pense que le retour peut trés bien se passer mais il faut avant tout aller de l’avant sans perdre de temps, sans regarder derrière sois. Maintenant que la situation s’est stabilisée je peux enfin me replonger dans mon voyage et….. finir le blog!!!
Bref i am back et j’espère finir de vous raconter la fin de mes zaventures d’ici la fin de l’année!! Gloups ça ne va pas être facile avec ma mémoire de poisson rouge mais je vais faire un effort!
Pour commencer je vous propose l’interview que Pauline a faite de moi à mon retour.
Apparemment je l’ai un peu inspirée pour commencer à voyager. Aujourd’hui c’est une blogueuse de voyage à plein temps, elle en a fait son métier! N’hésitez pas à aller visiter son super site, worldelse. C’est vraiment une nana géniale et passionnante!

ELLE PARCOURT LE MONDE PENDANT 4 ANS, SEULE, ET NOUS RACONTE !

L’HISTOIRE D’UNE AVENTURIÈRE

Avant toute chose, je voulais remettre les choses dans leur contexte ! Voilà maintenant 2 ans que je partage ici, mes coups de cœur, mes voyages, mes bons plans…J’essaie, depuis ces deux dernières années, de partager avec vous ma passion du voyage et vous donner l’envie de partir tout de suite, découvrir le monde. Comment c’est arrivé ? J’ai toujours eu ce rêve d’évasion depuis toute petite et puis une fois, un soir de printemps j’ai lu le récit d’une aventurière qui m’a donné le déclic de tout plaquer pendant 6 mois, puis j’ai créé le blog.
Cette aventurière, c’est Virginie, une nana, enfin une nini pas comme les autres car cette jeune femme est partie en tour du monde, non pas une année mais quatre ! Aujourd’hui, elle est rentrée de ce périple fou et je suis bien plus qu’honorée de l’interviewer et de recueillir ses propos ici…

Bonne lecture…

Peux-tu nous dire qui tu es en quelques mots ?

Je m’appelle Virginie, j’ai 33 ans, dans la vie je suis infirmière et j’habite à Vitrolles, dans les Bouches-du-Rhône.

Virginie sur la Grande Muraille de Chine
Virginie sur la Grande Muraille de Chine

Comment et quand as-tu commencé ton voyage ?

En fait j’ai commencé à voyager très tard. Mon premier vrai voyage, c’était l’Ouest Américain, j’avais 27 ans. Avec ma mère nous avions loué une voiture et nous sommes parties sillonner les parcs nationaux pendant 5 semaines, de l’île de Vancouver au Canada jusqu’au parc de Yellowstone dans le Wyoming, en passant par la Californie, le Nevada, l’Utah… Ce fut une vraie révélation ! À ce jour, mon meilleur voyage, peut-être parce que c’était le premier. C’est lors de ce séjour que j’ai attrapé le virus des voyages, cette satanée maladie qui n’a aucun remède, aucun vaccin ! L’année d’après je suis partie deux semaines en Patagonie. Puis un autre road trip au Canada cette fois, et aussi aux États-Unis, dans les merveilleux états du Montana, de Washington, de l’Oregon… Et toujours cette même soif de repartir plus longtemps, plus loin, cette frustration de n’avoir vu qu’une toute petite partie d’un pays alors qu’il y a tant a voir… Mes congés annuels ne me suffisaient à l’évidence plus du tout, il fallait que j’étanche ma soif avec un plus gros voyage ! Un jour je suis tombée sur un blog d’un voyageur parti faire un tour du monde… Je me suis dis «Bingo c’est exactement ça qu’il faut que je fasse !! »

À partir de là, mon idée a commencé à germer. Je suis partie à la chasse aux informations sur internet, je me suis pas mal renseignée. En parallèle j’ai vraiment commencé à économiser. J’avais déjà une petite somme de coté. J’avais la chance de vivre chez mon père, donc pas de loyer à payer. Pendant deux ans j’ai mis de coté presque tous mes salaires. Après avoir passé mon diplôme d’infirmière, je devais bosser deux ans pour l’hôpital où j’avais fait mes études. Donc en janvier 2012 j’ai pris mon envol !

Partir seule a toujours été une évidence ?

Oui absolument ! Je suis une nana qui aime beaucoup être seule, j’ai un tempérament assez solitaire, depuis toujours. Je pense que voyager entre amis sur le long terme est très contraignant. Au bout de quelques temps il va bien souvent y avoir des tensions qui vont se créer. Et pour cause ! Ce n’est pas facile de rester avec la même personne 24h sur 24. On dit toujours qu’on apprend vraiment à connaître les gens quand on part en vacances avec eux. C’est malheureusement vrai, et ça l’est encore plus lorsque l’on fait quelque chose de difficile physiquement, comme un trek au Népal par exemple. Les différences de caractères se creusent, les petites manies de chacun prennent petit à petit des proportions énormes. Ce n’est pas évident de faire une croix sur sa liberté et de faire tout le temps des concessions. J’ai rencontré beaucoup de voyageurs qui étaient partis entre potes et qui ont finis par se séparer et continuer leur chemin chacun de leur coté. Beaucoup regrettaient de ne pas avoir commencé le voyage directement en solo. J’avais beaucoup lu de témoignages sur cet aspect. Du coup j’ai décidé de partir directement toute seule. Et je ne l’ai pas regretté une seule seconde ! Le fait d’être seule m’a permis d’aller beaucoup plus facilement vers les gens, que ce soit les locaux ou les autres voyageurs. C’est beaucoup plus facile de faire des rencontres quand on est en mode solo. Il n’y a aucune contrainte : quand j’accrochais bien avec une personne je pouvais voyager quelques jours avec elle, puis quand j’en avais marre je reprenais la route toute seule, sans avoir à me justifier…

Tour du monde

Ton tour du monde devait il me semble, durer “qu’une année” comment et pour quelles raisons as tu fini par faire le tour du monde en 4 ans ?

C’est très simple, je suis partie avec toutes mes économies, dans l’objectif de voyager jusqu’à ce qu’il ne me reste plus d’argent. Au départ je pensais que j’avais suffisamment pour voyager un an, mais je me suis vite rendue compte que j’avais assez pour bien plus que ça ! Du coup j’ai pu rester sur la route pendant 4 ans. Imaginez un peu : en Inde je dépensais 6 ou 7 euros par jour, hôtel, repas et transport local inclus ! Bien sur pour un budget pareil les chambres étaient souvent un peu « douteuses » (plus particulièrement la literie), j’étais souvent dévorée par les puces de lit, je mangeais dans les endroits très locaux (j’ai été biennnnn malade quelques fois, mais qui ne l’a pas été en Inde ?) et je prenais des bus en état de décomposition avancée. Mais même avec un peu plus de budget l’Inde est vraiment un pays hyper bon marché. À l’opposé, je ne suis pas restée très longtemps dans les pays chers comme l’Australie par exemple. Mais j’ai fait plein d’extras qui m’ont coutés assez chers, comme la croisière aux Galapagos ou des treks avec guides et compagnie. En mixant les pays cheap et les excursions chères j’ai pu tenir quatre ans.

Je sais que cette question est un peu rébarbative pour les voyageurs mais je me sens obligée de te la poser…Quel est le ou les pays qui t’a (ont) le plus marqué(s) ?

Le pays qui m’a le plus marqué est sans aucun doute l’Inde. C’est le pays de tous les opposés, de toutes les contradictions. On peut y voir des endroits incroyables comme des monastères tibétains perchés à flanc de montagnes, des déserts que l’on peut traverser à dos de chameau, des plages paradisiaques, des palais de maharaja extraordinaires… Puis voir deux minutes plus tard une personne qui est littéralement en train de mourir sur le trottoir, ou un enfant qui a été volontairement mutilé par le chef du gang des mendiants qui l’exploite. Il y a des multi millionnaires qui vivent dans une opulence difficilement imaginable et une multitude qui vivent bien en deçà du seuil de pauvreté. C’est ce patchwork de choses magnifiques et tristes qui me plait en Inde. J’aime les endroits qui me choquent, qui me heurtent, qui me font réfléchir, qui me bouleversent, qui me font me remettre en question… L’Inde est le pays par excellence pour vivre une telle expérience.

 Serais tu capable de nous donner un Top 3 de tes destinations favorites ? Et les raisons de ce top 3 ?

En troisième position je dirai le Kashmir, en Inde du nord. Imaginez-vous en train de vous balancer doucement sur un hamac d’un house boat du lac Dal, à Srinagar. Les magnifiques montagnes du Kashmir se reflètent dans les eaux limpides du lac, votre quiétude n’est troublée que par le bruit des rames des conducteurs de shikara, ces petites barques qui acheminent les locaux et les voyageurs sur le lac. Seul dilemme, que manger ? Le succulent fromage de brebis du Kashmir avec du pain plat local doré au four tandoori, des mangues, ou bien carrément les brochettes de viande que vient vous apporter le vendeur ambulant qu’il fait cuire dans sa barque-barbecue ? Si vous voulez vous dégourdir les jambes pas de soucis, en deux petites minutes de shikara et cinq minutes de rickshaw vous voici dans les extraordinaires et somptueux jardins Moghols, que ces rois offraient en cadeau à leurs copines.

En deuxième position je pense à l’ahu Tongariki, sur l’ile de Pâques. Vous êtes tout seul dans l’obscurité, le vent vous frappe doucement le visage, le soleil commence à se lever lentement. Les formes de quinze immenses Moais, ces mystérieux géants de pierre commencent à sortir de la pénombre. Vous ressentez alors les siècles de mystères qui entourent cette île extraordinaire. La scène vous donne la chaire de poule. Ces étranges et énigmatiques statues semblent vous suivre du regard. Le moment est juste magique, féerique, quasi irréel. Seul le bruit des vagues qui se fracassent contre les rochers vient troubler cette quiétude et ce silence quasi religieux. Des chevaux traversent fièrement la scène, le soleil vous éblouit, ce moment reste gravé à tout jamais en vous.

interview
L’île de Pâques par @histoiresdenotreplanete

En première position j’ai nommé l’extraordinaire Concordia, au nord du Pakistan. Aucun adjectif du dictionnaire ne saurait rendre justice à cet endroit. Imaginez plutôt : vous êtes au fin fond du Pakistan, vous venez de marcher une semaine pour atteindre cet endroit où vous rêviez d’aller depuis plus de vingt ans. Vous êtes épuisé, exténué mais qu’importe, vous y êtes enfin. Devant vous, trône à 8611 mètres une des plus belles montagnes de la planète, le K2, qui tue un grimpeur sur quatre qui tente de parvenir à son sommet. La deuxième plus haute montagne de la planète n’a pas volé son doux surnom de « Montagne Sauvage ». Difficile de décrire les sentiments qui vous envahissent à ce moment précis, devant tant de beauté, de grandeur, de perfection, de pureté… Qu’importe les mots, vous êtes presque tétanisé devant un tel joyau de la nature. Aux quatre points cardinaux vous êtes entourés par des glaciers acérés d’où s’échappent régulièrement l’écho assourdissant de la chute de gigantesques blocs de glace. Et tout autour de vous, autour de cette montagne suprême, est éparpillée toute sa cour, faite de centaines de sommets de plus de 6000 et 7000m, comme une armée de soldats qui aurait prêté allégeance à la Reine des Montagnes. Là, vous vous dites ok, je peux rentrer à la maison, mes yeux ont eu la chance et le privilège de pouvoir se poser sur l’un des plus beaux endroits de la planète.

@histoiresdenotreplanete
Le K2 au Pakistan par @histoiresdenotreplanete

Pendant ces quatre années, quels ont été les moments les plus durs ?

Je n’ai pas le souvenir d’un moment précis. Mentalement, je dirai que c’était vraiment en dents de scie. Un jour j’allais super bien, le lendemain j’avais le moral dans les chaussettes ! Les raisons pouvaient être multiples. Cependant je pense que ce qui revenait régulièrement c’était la solitude. Bien que je sois une personne assez solitaire, c’était parfois too much. J’étais régulièrement dans des endroits isolés avec aucun autre voyageur, ou à l’opposé j’étais entourée de gens mais avec qui je n’avais absolument rien à dire, rien en commun. Sinon il y avait les transports, bien souvent très longs ! Je me souviens avoir traversé la Mongolie dans un mini bus avec une équipe de jeunes lutteurs prépubères qui ont passé tout le trajet à hurler. L’horreur absolue, 42h coincée au milieu de ces molosses sans pouvoir bouger mes pauvres genoux et sans pouvoir dormir ! Mon record c’est 52 heures dans un taxi brousse a Madagascar. On tombait en panne tous les 10 km ! Et puis presque quotidiennement faire le tour des hôtels de la ville pour comparer les prix, marcher tous ces km avec les deux sacs sur le dos… Bref le quotidien bien sympathique de tous les backpackers ! Oui bien souvent ce voyage était très difficile. Je ne l’ai jamais caché, au contraire, quand ça n’allait pas je l’écrivais aussi sur mon blog. Trop de voyageurs ne parlent que de l’aspect positif de leur périple, et cachent tous les moments de galère. Ils mentent, comme s’ils avaient honte, comme si pour eux ces moments où l’on a envie de tout plaquer et rentrer sont des aveux de faiblesse, des échecs. Pour moi ces moments là font partie intégrante de mon voyage et comptent autant si ce n’est plus que les moments positifs. Les gens doivent savoir que mon voyage n’était pas le pays des bisounours tous les jours !

Allez juste pour rire, dans quel pays as-tu le moins réussi à te faire comprendre ?

Surement en Chine, car là-bas il n’y a pas grand monde qui parle anglais ! Mais franchement j’arrivais toujours plus ou moins à me faire comprendre. Par exemple j’avais téléchargé un super dictionnaire anglais-chinois sur mon fidèle ipod. Je n’avais qu’à montrer les pictogrammes aux chinois, un jeu d’enfant !

J’imagine que toutes ces anecdotes et ce voyage t’ont changée…Comment te sens tu ? Es-tu une nouvelle Virginie ?

Je suis rentrée depuis trois mois et je dois dire que je me sens super bien ! Beaucoup de mes proches me demandent un peu inquiets comment je vais, si je suis en dépression ou pas… LOL ! J’ai réalisé mon rêve, je suis repue donc je peux aller de l’avant sereinement. Au départ je partais pour 2 ans max, finalement j’ai voyagé pendant 4 ans et je suis allée dans des pays que je ne savais même pas placer sur la carte ! Donc le voyage ne me manque pas du tout, bien au contraire je suis contente d’avoir retrouve ma vie normale, avec un train train quotidien. Car quatre années sur la route, je peux vous assurer que c’est vraiment épuisant. Quel bonheur de retrouver ma famille, mes amis et… mon lit où il n’y a que moi qui dors dedans et pas des centaines d’autres personnes avant moi (référence aux hôtels en Inde qui ne changent pas les draps en général). Retrouver un peu de confort, n’avoir que 20 minutes de trajet par jour… c’est vraiment appréciable. Globalement je pense être toujours la même, mais certains traits de ma personnalité ont changé ! Je pense être plus sociable, je vais plus facilement vers les gens. J’ai acquis une patience à toute épreuve (merci l’Inde !). J’ai beaucoup pris confiance en moi, fini la Virginie toute timide ! Eh oui, envoyer balader les pervers indiens et les petits filous qui tentaient de doubler dans les files d’attentes des gares, ça a laissé des traces !

Photos extraites de son voyage au Kyrgystan

Comment envisages tu le reste de ta vie ? Te reste t-il des destinations à découvrir ?

Ohhhh que oui ! Rien que d’imaginer le nombre d’endroits qu’il me reste à découvrir, j’en suis malade lol ! Et pour cause : je ne connais pas l’Afrique, je ne suis pas allée en Amérique centrale, en Nouvelle-Zélande, en Nouvelle-Calédonie, en Polynésie… Je ne connais pas le Canada de l’est, je n’ai visite que quelques îles aux Philippines et en Indonésie alors qu’il en existe des milliers, et je pourrai retourner dans la plupart des pays ou je suis allée sans pour autant remettre les pieds aux même endroits. Et je ne te parle même pas de tous les treks sur la planète que je pourrai faire, l’Antarctique qu’il faudrait que je visite avant que ça disparaisse… et honte suprême je connais mieux l’Inde que mon propre pays ! Donc tu vois la liste est longue. Mais avec ce voyage j’ai compris que je ne pourrai pas tout voir. Et franchement ce n’est pas très grave ! Aujourd’hui je veux retrouver une vie normale, comme madame tout le monde. Et continuer à voyager bien sûr, avec un petit voyage de temps en temps, une fois que j’aurai renfloué les caisses !

Si tu devais tirer une leçon de ce voyage, quelle serait elle ?

Pendant ce voyage, j’ai très vite compris à quel point j’ai de la chance d’être née en France. Beaucoup de gens se plaignent de notre pays. Ces gens là devraient passer quelques jours en Inde, sur les ghâts de Varanasi ou sur les trottoirs de Kolkata. J’ai vu beaucoup de gens qui ne possédaient que les haillons qu’ils avaient sur eux. J’ai vu des gens agoniser sur les trottoirs. Des enfants affreusement défigurés et ramper sur le sol pour mendier. Des gens qui travaillent 18h par jour pour gagner moins de 1 dollar. Bref la liste est longue. Mais ce qui était fou c’est que ces gens avaient souvent un sourire sur les lèvres. Ne se plaignaient jamais. Et auraient donné leur chemise pour m’aider. Alors, quand j’entends des gens en France se plaindre de leurs petits problèmes insignifiants, j’avoue que j’ai un peu de mal. Quand je vois comment certaines personnes traitent les migrants alors que ces derniers veulent juste fuir la mort, la torture et la famine dans leur pays, j’ai mal au bide aussi. Elle va  la planète si on ne s’entraide pas entre être humain ? Donc oui une leçon à retenir c’est que je suis très chanceuse d’être née en France, et je n’ai pas le droit de me plaindre de mes petits soucis quotidiens. Il y a des choses bien plus graves dans la vie !

Photos extraites de son voyage en Inde

As tu un conseil ou un mantras à transmettre à tout ceux qui hésiteraient encore à sauter le pas ?

S’il y a une chose que j’ai apprise durant ce voyage c’est que dans la vie, rien n’est impossible. Si on m’avait dit qu’un jour je voyagerai pendant aussi longtemps et que j’irai au Pakistan ou au Turkménistan je ne l’aurai jamais cru ! Il suffit de le vouloir vraiment, de bosser dur, de faire des concessions. Et sur place, voyager est beaucoup plus facile que ce qu’on s’imagine, même pour une nana toute seule. Je voudrai aussi dire à ceux qui n’arrivent pas à sauter le pas que… ce n’est pas grave du tout ! Ne vous mettez pas la pression. Avoir une vie « normale » et faire un voyage de temps en temps c’est très bien aussi. Comme on dit, il n’y a pas de petits voyages…

*** FIN ***

J’espère vraiment que ce récit vous a donné l’envie de partir, d’exaucer vos rêves les plus fous, ou du moins qu’il vous a inspiré…Je te remercie encore beaucoup Virginie ! Comme quoi, les blogs ont du bon…Ils inspirent, racontent, persuadent…

Alors, vous partez quand parcourir le monde 🙂 ?

La Karakorum Highway: entre paradis de la montagne et massacres inter-religieux

La Karakorum Highway… Difficile de faire un endroit plus mythique! Cette route a ete construite par les armees pakistanaise et chinoise de 1966 a 1978 au travers du massif du Karakorum. Elle fait plus de 1200 km et relie Islamabad au Pakistan a Kashgar, au sud ouest de la Chine. Lire la suite La Karakorum Highway: entre paradis de la montagne et massacres inter-religieux

Le Tunnel de l’Amour.

En Ukraine il existe un endroit feerique hors du temps, ou d’apres la legende les amoureux qui y font un voeux  voient leurs souhaits realises…
Bon il est inutile de preciser que vous pouvez y aller meme si vous etes celibataire, c’est tout autant magique! Je dois dire que je n’ai pas vu l’amour dans ce tunnel lol, mais ce sont les habitants du village qui l’ont baptises ainsi car de nombreux couples venaient visiter cet endroit, certains avec leurs habits de maries!
En fait il s’agit d’un tunnel naturel, forme par la vegetation luxuriante qui suit une ligne de chemin de fer industrielle. Le passage des wagons destines a alimenter une usine en matiere premiere a contribue au fil des annees a former une veritable arche qui recouvre plusieurs kilometres de cette voie ferree.
De nos jours je crois savoir que le train y circule encore. Je ne pense pas qu’il roule tres vite, et forcement comme ce n’est pas un vrai tunnel au pire vous vous jettez derriere un arbre si le train arrive!
Et en fonction des saisons et des couleurs, cet endroit devient completement magique… Plus romantique tu meurs!

Comment aller au Tunnel de l’Amour en backpacker?

Il y a toute une brochette d’agence de tourisme qui proposent cette excursion pour une mini fortune au depart de Kiev. Je vous deconseille completement cette formule car vous pouvez y aller vous meme en empruntant les transports locaux, pour beaucoup moins cher!
Vous avez besoin de 2 jours, je pense que c’est beaucoup mieux de passer la nuit la bas car c’est quand meme loin. Et une fois dans le tunnel, on ne peut plus s’arreter de prendre des photos, donc mieux vaut ne pas etre presse par le temps.
Le tunnel se trouve dans un gros village qui s’appelle Klevan, lui meme a 26 km d’une ville qui s’appelle Rivne, elle meme a environ 325 km a l’ouest de Kiev.

La seule chose un peu chere c’est l’hotel. En effet il n’y a qu’un seul hotel a Klevan, le Skolmo Hotel , situe a quelques kilometres du tunnel.
En basse saison le prix des chambres est divise par deux, j’ai donc paye 12 euros, pour une tres bonne chambre avec wifi. L’hotel est super, c’est un complexe de chalets avec la foret a cote.
Tres propre, le restau tres bon et vraiment pas cher, mais attention car les prix sont affiches pour X grammes (en Ukraine ils pesent la nourriture, 100g de pates, 200g…). Mettez vous bien d’accord avec les serveurs sur le prix correspondant au poid du plat que vous voulez. Les proprio sont pas sympa et ne parlent pas anglais mais on se comprend quand meme. Il est plus prudent de reserver a l’avance pour eviter de vous retrouver a la rue, vous pouvez le faire sur Booking.com, et d’ailleurs leurs chambres etaient moins cher sur ce site.
Donc tout d’abord il vous faut aller a la gare centrale de Kiev.
Vous achetez un ticket 2eme classe pour le train 847, qui part a 7h54 pour Rivne. Le ticket coute 98 hryvnia, 4 euros. Vous arrivez a 14h20 a Rivne. Attention les horaires que je donne ici auront peut etre change quand vous lirez ces lignes, il faudra donc verifier. J’ai achete mon ticket 30 minutes avant le depart du train, mais mieux vaut l’acheter la veille, on sait jamais.
A Rivne sous sortez de la gare et vous allez a la petite station de marshrutka (mini bus), en face a gauche. La vous prenez le marshrutka 1404 qui va a Klevan. Pour etre sur vous demandez « Skolmo », car le marshrutka s’arrete juste devant l’hotel! Ticket de bus: 14 uah.
Ensuite pour aller au tunnel vous devez revenir sur vos pas et entrer dans le village (l’hotel est pres de la departementale). C’est plusieurs km de marche, il est possible de prendre le marshrutka. Sinon vous demandez aux locaux, le mieux c’est d’avoir une photo du tunnel dans son portable, les habitants sont habitues aux touristes apparemment. En basse saison j’etais toute seule.
Ensuite si vous voulez continuer votre route vers l’est, il y a un train a 13h20 pour Lviv. Quand vous arrivez a la gare renseignez vous pour les differentes options et horaires. A savoir qu’il est aussi possible de faire ce trajet en bus, c’est plus rapide mais aussi plus cher, j’ai entendu dire que des bus partent regulierement de la gare routiere de Kiev, pres de la gare ferroviere, a destination de Rivne, regulierement pendant la journee.
Autres conseils: apparemment au printemps et ete il y a des millions de moustiques qui vous attaquent en quelques secondes si vous n’avez pas de spray. Je crois avoir lu qu’il y a aussi des tiques (cf maladie de Lyme, a prendre tres au serieux). A la mi novembre, pas de moustiques.
Au niveau des saisons: au printemps et en ete apparemment c’est tout vert, avec vegetation luxuriante, etc. Debut jusqu’a mi automne: a mon avis la meilleure saison, avec des couleurs de folies. Fin de l’automne: beaucoup moins interressant. J’y suis allee a ce moment la, pas trop decue car je savais a quoi m’attendre (c’etait sur mon chemin et je ne peux pas vraiment choisir la bonne saison pour tous les pays que je traverse): 90% des arbres avaient perdus leurs feuilles, donc il n’y avait que des branches nues, niveau couleurs c’est pas le top. Hiver: j’ai vu des photos avec la neige, ca avait l’air extraordinaire! Mes photos sont pas top, en plus des arbres nus il pleuvait et il n’y avait pas un brin de soleil…
J’ai fait ce que j’ai pu mais je voulais absolument vous faire decouvrir cet endroit!
Bonne balade dans ce lieu magique et hors du commun!

DSC06451

DSC06487

DSC064351

DSC06455

DSC06435

DSC06472

 

DSC06444

DSC06495

DSC06502

DSC06512

DSC06386

DSC06377

DSC06750

DSC06748

L’islam au Pakistan.

Avant d’aller plus loin dans mon carnet de voyage du Pakistan il me semble important de faire un petit resume sur les differentes religions qui existent au Pakistan, ou du moins les differentes branches de la religion dominante, j’ai nomme of course l’islam.
En effet avant d’aller au Pakistan je ne m’etais que tres peu interressee a l’islam, sauf au Kashmir en Inde ou j’ai commence a me renseigner, histoire de diminuer un peu mon ignorance dans ce domaine. Depuis j’ai fait pas mal de recherches mais il se peut que je me trompe sur certains points, merci de me le dire en commentaires si c’est le cas.
Ce post s’adresse avant tout aux personnes qui ne connaissent pas les « bases » de l’islam. Promis j’essai de rester succincte. Je ne vous en voudrai pas si vous zappez ce post, c’est pour les personnes que ca interressent vraiment.

Premiere distinction importante: les sunnites et les chiites.
Donc en fait les deux groupes sont musulmans, avec le meme dieu et compagnie. Tant que le Prophète Mahomet est en vie, l’islam ne forme qu’un seul et même courant.
Tout se passe bien jusqu’a la mort du Prophete Mahomet, en 632 apres JC.
A sa mort deux groupes vont se disputer pour savoir qui doit prendre sa succession pour diriger la communaute des croyants.
En effet le Prophete n’a officiellement pas designe de successeur, ses fideles vont donc se dechirer sur l’identite de ce dernier.
Pour un premier groupe le successeur le plus legitime pour lui succeder est le jeune Ali, qui n’est autre que le gendre, le cousin et le fils spirituel de Mahomet. Ils se prevalent donc du lien du sang pour la succession du Prophete. Pour eux la releve ne peut s’incarner qu’en la personne d’un membre de la famille proche de ce dernier. Ce groupe la va devenir les chiites (shi’a veut dire « partisans » en arabe, par extension partisans de Ali).
Et de l’autre cote nous avons un autre groupe qui plaide au contraire pour un retour aux traditions tribales : celles-ci voudraient que ce soit le plus digne et le plus courageux compagnon de Mahomet qui soit nommé. Le candidat idéal est Abou Bakr, le plus fidèle et expérimenté des amis du Prophète, son compagnon de toujours. Ce sont les futurs sunnites (« sunna »:le terme désigne les paroles et actes du prophète Mahomet).

La deuxième option remporte une majorité de soutiens, et Abou Bakr est nommé en 632 premier « calife » (successeur du Prophète). C’est a partir de cette periode qu’une sanglante guerre fratricide de succession va se developper, creant un antagonisme et une haine entre les deux branches principales de l’islam, qui dure depuis plus de mille ans.

Apres Abou Bakr, deux autres califes vont lui succeder.
En 646 le troisieme calife, Othman ibn Affan, est assassine.
Ce n’est autre que Ali (chiite), le candidat malheureux 24 ans plus tot qui est cette fois ci designe, quatrieme qualife donc.

Petit apparte, la difference entre imam et calif? En gros l’Imam est le chef spirituel chez les chiites (voir plus bas), alors que le Calife est un titre désignant le leader politique et militaire de la communauté des croyants dans la tradition sunnite. Donc par exemple Ali etait le 4eme calife (des sunnites) mais le premier immam (des chiites). N’hesitez pas a prendre un doliprane si vous commencez a avoir mal a la tete. Bravo si vous lisez toujours l’article!!

Mais certaines personnes refusent de se soumettre a l’autorite de Ali.
C’est le cas du gouverneur de Damas, Mo’awiya, qui accuse Ali d’avoir fait assassiner le troisieme calife pour prendre sa place, alors que c’est lui meme (le gouverneur, vous continuez a suivre?) qui aurait du etre calife.
Le conflit eclate en 657. Je vous passe les details, mais en 661 Ali (chiite) est assassine et Mo’awiya (sunnite) devient a son tour calife, le 5eme.
Ce dernier meurt en 680, c’est son fils Yazid qui prend sa succession (6eme calife, toujours sunnite). Mais les chiites n’ont pas dit leur dernier mot et le flambeau de la revolte est repris par le second fils d’Ali, Hussein.
Ce dernier lance depuis la ville de Koufa (Irak) la bataille décisive contre le nouveau calife Yazid. Mais trahi par ses proches, le fils d’Ali se retrouve vite encerclé.
Hussein, sa famille et ses hommes sont massacrés à Kerbala, en 680, par les armées sunnites.
Cet evenement est devenu une des fetes les plus importantes de l’annee pour les chiites.
Vous avez peut etre deja vu sur internet des photos ou des video de musulmans qui s’auto flagellent jusqu’au sang avec des fouets, epees et autres… Et bien ils font cela pour se rappeler du martyr et des douleurs qu’ont subi Hussein et sa famille quand ils ont ete assassines par les sunnites. C’est la fete de l’Achoura, une exaltation religieuse qui symbolise la resistance et le sacrifice, que les sunnites qualifie souvent « d’heresie collective ».
Pour ma part j’ai assiste a cette ceremonie en Iran, berceau des chiites, mais les fouets etaient factices, il n’y avait pas de sang ou autres mutilations.

Les deux grands ennemis jures sont l’Arabie Saoudite, pays de naissance de l’Islam et a une tres grande majorite sunnite et l’Iran, qui est a majorite chiite depuis la revolution de 1979 de l’ayatollah Khomeiny qui a renverse la monarchie sunnite du Sha d’Iran.

Bien qu’ils soient minoritaires, les chiites forment 98 % de la population iranienne, 75 % à Bahreïn, 54 % en Irak, 30 % au Liban, 27 % aux Émirats, 25 % au Koweït, 20 % au Qatar, en Afghanistan et au Pakistan, et 10 % en Arabie saoudite.
Les chiites représentent aujourd’hui moins de 10 % des 1,2 milliard de musulmans à travers le monde, et dans les pays ou ils sont minoritaires ils font regulierement l’objet de massacres, attentats et autres represailles de la part d’extremistes sunnites.

sunniteschiites

C’est quoi un Imam?
Le concept d’Imam n’a pas la même signification selon que l’on se réfère à l’islam chiite ou à l’islam sunnite.
Chez les sunnites, il n’y a pas d’intermédiaire entre le croyant et Allah, donc pas de clerge, et l’imam n’a qu’un rôle de pasteur. Lors de la prière, il lit des passages du Coran et les commente. C’est donc une personne en charge de la prière au sein d’un groupe (une famille, un village, une communauté rurale, un quartier, une ville…). Ce n’est pas forcement un religieux de carriere mais la charge de cette responsabilité incombe à la personne ayant les meilleures connaissances coraniques.
Les sunnites considerent le Coran comme une oeuvre divine : l’imam n’est donc qu’un pasteur nomme par d’autres hommes, faisant office de guide entre le croyant et Allah pour la priere.

Dans la tradition chiite, l’Imam est au contraire l’intermédiaire entre Dieu et les hommes et possède en lui une part du divin dans la mesure ou il a été désigné par le créateur.
Il tire son autorite de Dieu directement et c’est un descendant de la famille de Mahomet.

Les sunnites acceptent que les autorités religieuse et politique soient fondues dans la même personne, les chiites pronent une séparation claire. Par exemple au Maroc, pays sunnite, le roi est commandeur des croyants, alors qu’en Iran, pays a majorite chiite, les ayatollahs sont indépendants du pouvoir exécutif.
A noter que seuls les descendants du Prophète peuvent être des Imams. Et pas n’importe quels descendants : le caractère héréditaire doit obligatoirement passer par Fatima, fille de Mahomet mais aussi et surtout épouse de Ali (lui-même cousin de Mahomet), le premier Imam dont les premier chiites furent les partisants.

Les Ismaeliens c’est quoi!?
Alors en gros en 765 il y a eu une autre bataille de succession. Mais cela ne concerne pas les sunnites, c’est entre chiites.
Cette fois ci c’etait pour savoir qui allait succeder au 6eme imam des chiites qui s’appelait Jafar. Une partie des chiites disent: son successeur c’est son fils cadet, Musa, vu que son fils aine, Ismail est mort il y a cinq ans.
Faux retorque une autre partie des chiites: Ismael n’est pas mort, il est juste entre dans la clandestinite, il va revenir, ca doit etre lui le nouvel imam.
Donc nouvelle scission: les chiites d’un cote et les ismaeliens de l’autre, ceux qui voulaient que ce soit Ismael le nouvel Imam.

Apres cet episode donc il existe 2 courants (en realite beaucoup plus mais je vais pas en parler):
– les chiites « normaux » qui soutiennent Musa et qui continuent de croire dans les Imams MAIS qui arretent la lignee des Imams au 12eme Imam. Pour les chiites ce dernier a été occulté (ou caché, il n’est pas mort, il vit dans un monde invisible) et ne reviendra qu’à la fin des temps : c’est le Mahdi, le Messi. Il aurait choisi de disparaître définitivement et de rompre tout contact avec l’humanité, il serait devenu immortel et vivrait caché de tous, attendant de réapparaître le moment venu pour apporter la justice divine à l’ensemble du genre humain.

– les chiites ismaeliens qui prennent la voie de Ismael et qui n’arretent pas les Imams au 12eme. Bien au contraire pour eux la descendance des imams se poursuit de nos jours!
Donc l’Imam actuel s’appelle le prince Karim al-Husayni Aga Khan IV, il est ne a Geneve en 1936, c’est le 49eme Imam des musulmans chiites ismaeliens.

Donc si vous avez bien suivi Aga Khan est le descendant direct de Mahomet, rien que ca!
Il est milliardaire, vit a Paris mais de nationnalite britannique, 4 enfants et divorce 2 fois.
Il a une fondation, le reseau Aga Khan qui a ete entierement concu pour aider le developpement, dans les pays du tiers monde, dans les domaines de l’education, la sante, la culture et l’economie.
Au Pakistan par exemple j’ai croise de nombreuses ecoles, hopitaux, bibliotheques qui avaient ete construits grace a la fondation Aga Khan.
Aujourd’hui il y a environ 15 millions d’ismaeliens dans le monde.

Donc je vous parle des Ismaeliens car dans le nord du Pakistan, dans la region de Hunza, il y a beaucoup d’ismaeliens. Ces derniers sont beaucoup plus « cool » que les autres musulmans.
Les femmes ne portent pas le voile, et elles vont toutes a l’ecole. Presque tous les Ismaeliens parlent anglais. Ils se contentent de deux prieres par jour et prescivent la monogamie.
Ils sont connus pour etre tolerents et pronent l’anti violence.

imamat-pic-mohib

Aga Khan

Lahore et le Punjab.

Petit retour en arriere…
Au debut de mon sejour au Pakistan j’ai passe quelques jours a Lahore, 7 millions d’habitants. Capitale de la province du Penjab, la ville est connue pour etre la capitale culturelle du pays, avec une histoire tres riche qui remonte a plus de 1000 ans.
Quelques monuments sympas a voir, qui datent notamment du Raj Britannique (Lahore etait la capitale du Penjab sous l’Empire des Indes). Il y a aussi la magnifique mosquee Badshahi, constuite par un empereur Moghol entre 1671 et 1673.

La ville est vraiment magnifique, surtout la vielle ville ou il est bon de se promener. C’est aussi tres sur pour les touristes, les gens sont tres gentils.
Bon par contre j’y etais lors du Ramadan, donc en journee c’etait impossible de trouver un resto local ouvert.  Mais bonne nouvelle pour moi il y avait un mini supermarche a cote de l’auberge donc j’ai mange des pates pendant une semaine!!!! Tous les soirs a la rupture du jeun j’avais aussi droit a ma ration de fruits et compagnie donnee par le staff de l’auberge.  Tous les soirs, au coucher du soleil, les centaines de muezzin de la ville annoncaient en meme temps la rupture du jeun a l’aide de leur haut-parleur. Il y avait aussi les muezzin a la tele et a la radio! Ambiance garantie!

DSC00754

La mosquee Badshahi

P1090680

Rupture du jeun a l’auberge

DSC00679

DSC00767

DSC00726

DSC00683

DSC00730

DSC00707

DSC00733

DSC00686

DSC00735

DSC00790

DSC00741

DSC00714

DSC00743

DSC00693

DSC00744

DSC00774

DSC00786

DSC00801

Tatouage pakistanais dans la rue: desinfection

DSC00803

DSC00804

Realisation de l’oeuvre (j’espere pas) definitif (?)

DSC00805

Magnifique

DSC00807

N’oublions pas le petit pansement qui va bien!

DSC00809

Zoo de Lahore

DSC00810

Petit bourboire a l’elephant…

DSC00812

…qui va directement dans la poche de son gardien!

DSC00838

Moulinage de graines avec un dromadaire qui tourne autour du truc.

DSC00839

Espece de remorque en tissus pleine a craquer de foin!

DSC00843

Petit tour dans la campagne du Penjab.

DSC00845

DSC00846

DSC00847

DSC00854

DSC00861

DSC00869

Bouse de vache qui seiche sur un mur, comme pour la bouse de yack cela remplace le bois pour faire chauffer un four.

DSC00882

Il y a plein d’endroit dans le Punjab ou pousse du cannabis « sauvage »

DSC00886

DSC00884

DSC00883

Je sais pas ce que c’etait mais c’etait pas tres bon!

DSC00889

Chaussures faites mains

DSC00890

DSC00892

DSC00896

DSC00894

DSC00897

DSC00898

DSC00899

Specialite sucree pakistanaise.

DSC00900

DSC00902

DSC00903

DSC00904

DSC00908

DSC00910

DSC00915

DSC00917

DSC00920

DSC00921

Mais non ce n’est pas gras du tout!

DSC00922

DSC00924

DSC00926

Ne me demandez meme pas ce que c’etait, juste immangeable

DSC00933

Pendant le Ramadan, souvent a la rupture du jeun, des chanteurs sont convies par de riches pakistanais a chanter pour leur quartier. Ambiance garantie, avec instruments de musique du pakistan et des centaines de billets qui sont jettes en l’air et recoltes par les musiciens.

DSC00939

DSC00941

DSC00942

DSC00947

Les hommes et les femmes etant separes au pakistan, ces dernieres restent entres elles de l’autre cote.

DSC00948

DSC00949

Retour a Skardu.

Apres les deux semaines de trek je rentre a Skardu, completement crevee et tellement heureuse de retrouver le confort de l’Indus Motel.
Je ne suis pas vraiment a cheval sur le confort, d’habitude je m’en fou, mais franchement apres avoir passe deux semaines dans la montagne a prendre des douches glacees avec un tuyaux, je ne crache pas dessus! A moi les douches chaudes, le bon matelas bien moelleux, ma chambre toute seule sans aucun bruit de crachat et de raclement de george a 30 cm de moi et….. le Fida off course, qui m’attend avec un grand sourire sur le pas de la porte de l’hotel.
Hoooo you are sooo beautiful (alors que j’ai l’air d’un zombie en etat de decomposition avancee), i missed you so much, i thought about you all the time, i m so happy to see you… Il me degoute mais je decide de rester a l’hotel car 500 roupies pour un luxe pareil c’est vraiment une aubaine.
Je lui dit un bonjour poli, en esperant qu’il comprenne incessamment sous peu qu’il ne m’interresse pas du tout, meme en cas de guerre nucleaire qui aneantirait toute la population mondiale sauf nous.
Je reste a Skardu quelques jours car il faut que j’aille faire une extention de mon visa, je n’ai plus qu’un seul jour sur ce dernier.
Alors pour les extentions de visa au Pakistan on entend plein de trucs differents, on lit tout et n’importe quoi sur internet, les conditions changent tout le temps…
J’ai fait ma premiere extention a Skardu. La bas on a besoin d’une lettre de l’hotel ou l’on reste (idem a Lahore) qui stipule que le touriste requerant reste a l’hotel en question et qu’il a besoin d’une extention.
Attention d’apres ce que j’ai compris on ne peut faire que 2 extentions au Pakistan, ensuite il faut partir. Or a Skardu et Gilgit ils ne donnent que 15 jours a chaque fois, pas un mois. Donc si vous voulez rester 3 mois avec un premier visa de 1 mois ca ne fait que 2 mois en tout.
Par contre a Chitral (24h de bus a l’ouest de Gilgit) ils donnent un mois et la lettre c’est vous qui la faites, pas l’hotel. Donc c’est bien car vous n’etes pas dependant d’un hotel pour faire l’extention.
Donc j’ai du demander a Fida de me faire la lettre. Ce dernier s’est fait un plaisir de la faire et de m’accompagner au bureau de l’immigration comme un malabar colle sous mes baskets, alors que j’ai juste besoin d’une lettre de lui, pas de lui. Je lui dit que je ne veux vraiment pas abuser de son precieux temps que et que je veux y aller toute seule mais rien a faire. Or je ne veux pas l’envoyer bouler trop mechamment car sinon pas d’extention. Une fois que j’aurai mon precieux sesame colle sur mon passeport je l’enverrai chier bien comme il faut s’il n’a pas compris d’ici la.
Donc on va au bureau, et la j’ai le malheur de me tromper dans un truc sur le formulaire… Ha desolee Melle mais il faut revenir lundi, c’est trop tard la, on va fermer. P…. quelle bande de rat d’egout!! Dani m’avait dit que les gens du bureau etaient super sympa, moi je les trouve execrables. Haaa mais pardon c’est peut etre parce que j’ai la malchance d’etre nee avec de malheureux ovaires et non pas des testicules peut etre?!
Bref je suis coincee un week end supplementaire a Skardu.
Mais en meme temps je me dis c’est pas grave car Zakir m’a invitee a venir manger chez lui, il m’a dit qu’il me presenterai a ses parents, ses 4 soeurs et qu’il me montrerai son village, Sadpara, a une dizaine de km de Skardu. Moi j’etais super contente a l’idee de passer quelques heures avec une famille pakistanaise.
Seulement voila, les jours passent et pas de Zakir. Un matin enfin je suis dans le sejour de l’hotel et il arrive, il entre dans l’hotel, il regarde a droite et a gauche, il n’y a personne, il fonce a ma table et me demande de le retrouver dehors dans quelques minutes. La il me dit qu’il n’a pas pu venir plus tot car Fida lui a interdit de rentrer dans l’hotel pour venir me parler! Ce sal chien lui a dit que j’etais a lui (ouioui vous lisez bien) et qu’il ne voulait pas que Zach me parle.
Ce dernier est venu a l’hotel plusieurs fois mais a chaque fois ce chien de fida lui disait que je n’etais pas la alors que j’etais dans ma chambre. L’hallu totale…
Bref du coup je pars visiter le village de Zach, je rencontre toute sa famille, ils sont tous super contents de me voir et m’accueillent comme si j’etais un membre de la famille a part entiere. Tres chaleureux, tres accueillants, conformement au grand sens de l’hospitalite pakistanaise.
A mon retour Fida fait la gueule, j’ai bien envie de lui en foutre une pour tout ce qu’il m a cache et tout ce qu’il a dit mais je ne peux rien faire car sinon Zach aurai des problemes.
Le lendemain je pars chercher mon extension, j’ai eu un mois. L’autre me dit que c’est grace a lui car il connait du monde et il a passe quelques coups de fils. Pfff pov type…
Le lendemain je revois Zach, on part voir un lac puis on va chez lui. La il recoit un coup de fil des… services secrets!!! L’hallu complete commence.
Il faut savoir que au Pakistan il y a l’armee, la police et plusieurs services secrets. C’est comme ca que ca s’apelle la bas, les services secrets. Or il y a une section de ces services secrets qui s’occupe de la securite des hommes politiques lors de leurs deplacements, des vip et… des touristes! Ces agents des services secrets sont en civil of course, avec une arme sur eux.
Ils sont un peu departout, surtout aux endroits ou il y a les touristes. De temps en temps je sortais d’un bus et la il y avait un mec qui me demandait mon passeport, qui notait tout et qui passait un coup de fil a propos de moi. En fait  je pense qu’il y a un espece de suivi des touristes. Ils s’apellent entre eux pour savoir ou on est et ou on va, le nom de l’hotel (si on ne le sait pas encore, pas de problemes). Ils sont toujours tres polis, tres aimables. Je pense vraiment que c’est pour notre securite.  Apres je ne suis qu’une touriste de base qui n’a rien a cacher, peut etre que pour les journalistes c’est different, je ne sais pas.
Comme je l’ai dit dans un autre post le gouvernement pakistanais prend tres soin des quelques touristes qui viennent dans leur pays et il est tres a cheval sur la securite des voyageurs, meme si dans le nord il y a peu de risques.
Bref toujours est il que je prenais le the avec Zakir et sa famille au retour du lac. Il recoit un appel, il devient tout blanc… Il raccroche et il me dit nini il faut que tu rentre a ton hotel, les services secrets sont la bas et t’attendent, et moi je suis convoquee au commissariat des services secrets.
J’hallucine un peu, je me demande ce que j’ai bien fait de mal. Certes je suis restee quelques jours au Pakistan sans visa le temps que mon extension soit prete. Je n’aurai pas pu faire la demande plus tot vu que j’etais dans les montagnes. Et puis tout le monde m’a dit que l’immigration se fiche que le visa soit expire si on fait une demande pour une extension dans les jours autour de l’expiration du visa. Ou alors quelqu’un m’a vu liberer la chevre? Quand meme mettre un agent secret sur une histoire de chevre c’est vraiment bizarre.
Bref, je rentre a l’hotel. La effectivement un agent des services secrets m’attend. Comme tous les autres il est tres aimable. Je lui demande gentiement ce qu’on me repproche. Il me dit rien ne vous inquietez pas mademoiselle mais vous savez la police nous a prevenu que vous etes allee au lac je ne sais plus quoi sur la mobylette de M. Zakir. Or vous comprenez, si vous avez un accident cela peut etre grave, donc s’il vous plait ne montez plus sur une mobylette.
Je reste bouche bee, je me dis nonnnn c’est pas possible, j’ai du mal comprendre, j’ai du avoir une hallucination auditive ou je ne sais pas quoi. Mais non. Je vois le gros BATARD (rien qu’en vous racontant je m’enerve toute seule) de Fida qui se fait tout petit derriere le bureau de la reception… Je demande au mec qui est ce qui vous a prevenu. Il me repond c’est la police sur le chemin qui va au lac qui vous a vu et qui nous a telephone.
Foutaises. Les quelques soldats qu’on a croise sur le chemin n’avaient que faire de nous, ils ne nous ont meme pas regarde. Quand a savoir comme par hasard que la touriste qu’ils ont vu sur une mobylette c’etait moi et que je restais a cet hotel en particulier, c’est juste impossible sans me poser des questions vu qu’il y a quelques touristes a Skardu et la mobylette de Zach n’a pas de plaque d’immatriculation car elle est trop petite.
Et la je me rapelle que Fida a des amis qui tiennent le resto qui se trouve juste a cote du restaurant du lac ou on etait, ils me connaissent vu que j’y etais allee avec Fida une premiere fois.  Et Fida avait deja dit a Zach qu’il ne voulait pas que je monte sur sa motocyclette car si on avait un accicent ca serai lui le responsable car soit disant ce gros connard m’a vendu la lettre d’invitation pour aller au Pakistan (ce qui est faux, je l’ai achete a Barry de Lost Horizon Tour de Gilgit).
Bref tout se met en place dans ma tete: les amis de Fida m’on vu au lac avec Zach, ils ont appelle Fida, et ce gros fils de P… a appelle les services secrets par pure jalousie…. Le sal traitre!! Ce sal chien nie en bloc quand je lui demande forcement. Rien de pire que la jalousie d’un homme que l’on a repousse! J’ai juste envie de lui foutre ma main dans sa sale gueule de batard, de l’envoyer chier comme une merde immonde qu’il est…
Mais le pire c’est que je ne peux absolument rien dire du tout. Et non. Rien de rien. Je dois me la fermer alors qu’en temps normal me connaissant j’aurai deja fait un massacre digne d’un films d’horreur. Zach m’a demande de ne rien dire, car si je dis quoique ce soit ca va etre pire pour lui. Donc je me la ferme mais raaaaa qu’est ce que c’est dur!
Je revois Zach quelques semaines plus tard, il me dit qu’il a passe des heures dans les bureaux des services secrets, qu’il n’a evite la prison que grace a l’intervention d’un haut grade de l’armee a qui il a sauve la vie sur le glacier Siachen quelques annees plus tot!

Sinon j’ai visite le Deosai National Park, situe a quelques km de Skardu. Il s’agit du second plus haut plateau de la planete (4114m), apres le plateau du Tibet. C’est tres joli, ca me rappelle beaucoup le Kyrgyzstan et ses collines vertes.
Dans la voiture je ne sais plus comment on en vient a parler des chambres a gaz.  C’est alors que Dani me sort nature peinture que pour lui les chambres a gaz n’ont pas existe, comme s’il parlait du beau temps. Moi ca me choque qu’on puisse tenir des propos pareils, surtout venant de lui. C’est un mec qui a beaucoup voyage, qui a plein de choses a raconter, qui est tres interressant… Et puis paf il gache tout en disant que les chambres a gaz n’ont pas existe. Comment peut on etre jeune, eduque, ayant voyage et dire que les chambres a gaz n’ont pas existe?  Je n’ai pourtant pas l’impression qu’il est antisemite, mais il croit quand meme qu’elles n’ont pas existe.  J’essaie de rester calme et je dit a Dani que s’il n a jamais vu de chambres a gaz c’est parce qu’elles ont ete methodiquement detruites par les nazis avant l’arrivee des allies, pour effacer les preuves.
Il me dit ca comme ca, alors que dans mes souvenirs lointains il me semble que c’est un sujet plutot sensible en france et qu’on ne sort pas une phrase comme ca en public, a moins d’etre en compagnie de personnes qui pensent la meme chose. J’imagine que cela depend du passe historique et de la culture du  pays dans lequel on a grandi.
Je me rapelle que David, un espagnol avec qui j’ai voyage quelques temps ne trouvait absolument pas choquant le fait d’appeler son fils Adolf. Et j’avais pose la meme question a d’autres espagnols qui pensaient la meme chose.

DSC01956

DSC01965

Depuis le Kharpochhe, l’ancienne forteresse de Skardu.

DSC01973

DSC01977

DSC01981

DSC01984

De gauche a droite: Fida le batard (oui je sais on a envie de le gifler rien qu’en regardant la photo),  Hugh (un photographe australien qui etait au pakistan pour faire un reportage sur des mineurs), Dani, Babou (employe de l’hotel) et moi.

DSC01987

Parc municipal de Skardu.

DSC01992

Deosai.

DSC01996

DSC01999

DSC02004

DSC02012

DSC02030

DSC02062

DSC02091

DSC02071

DSC02093

DSC02058

DSC02037

DSC02038

DSC02050

DSC02060

DSC02081

DSC02089

DSC02094

DSC02100

DSC02130

DSC02131

DSC02146

Depuis Sadpara village.

DSC02105

DSC02157

Eboulement de terrain entre Skardu et Sadpara: les eboulement de terrain sont quasi quotidens au Pakistan.

DSC02158

Eboulement de terrain.

DSC02160

Eboulement de terrain.

DSC02110

Sadpara Lake.

DSC02119

DSC02186

Polo match a Skardu

DSC02162

Zach, l’eboulement et le lac.

DSC02176

DSC02179

DSC02182

DSC02229

Ancien petroglyphes boudhistes. Il y a tres longtemps la principale religion dans le nord du pakistan etait le boudhisme.

DSC02238

DSC02242

DSC02243