En route (de la mort) pour le K2!

Le K2… Je me rappellerai toujours de la premiere fois ou j en ai entendu parler.
Je devais avoir une douzaine d’annees et je regardais un reportage a la tele sur des montagnes quelque part sur la planete. Soudain je failli m’etouffer avec mon sandwich au gruyere rape fondu au micro onde lorsque le reportage montra des images d’une montagne de folie… Je me rappelle de ces longues files de porteurs qui se frayaient un chemin sur de minuscules sentiers zigzagant sur de gigantesques glaciers.  Le but ultime de ces longues journees de marche au travers des plus beaux paysages de la planete: le K2. Ce jour la je me suis juree que foi de Nini j’irai voir cette montagne, meme si elle est au bout du monde!


Mais qu’est ce que le K2?! Le K2 est tout simplement la seconde montagne la plus haute de la planete, apres l’Everest au Nepal. Le K2 culmine a 8611m, contre 8848m pour l’Everest.
Le K2 fait parti du massif du Karakorum, qui est une immense chaine montagneuse a cheval sur le nord du Pakistan, l’Inde et le sud de la Chine.
Environ 50% du Karakorum est constitue de glaciers! Pour vous donner une idee, l’Himalaya est constitue a 12% de glaciers, les Alpes 2 % !! Contrairement aux autres glaciers de la planete ceux du Karakorum stagnent ou bien s’elargissent car ils sont couverts pour beaucoup d’entre eux par une couche de terre qui isole la glace des rayons du soleil.
Sur la planete il y a 14 montagnes de plus de 8000m. Le Karakorum au Pakistan en contient a lui seul 4, et  seulement quelques kilometres les separent des uns des autres!! Donc dans la meme region nous avons le celebrissime K2 (8611m), le Gasherbrum I (8080m), le Broad Peak (8051m) et le Gasherbrum II (8035m). A savoir que le Pakistan possede une cinquieme montagne de plus de 8000m, le Nanga Parbat qui culmine a 8126m, plus au sud et qui appartient a la chaine de l’Himalaya.

Mais revenons a nos moutons, enfin a notre montagne. Le K2 repond aussi au doux nom de Montagne Sauvage. Et pour cause: elle est peut etre la deuxieme montagne la plus haute du monde mais elle est la plus difficile a escalader. L’Everest a cote, c’est une promenade de sante.
Les chiffres parlent d’eux meme: depuis le premier sommet en 1954 jusqu’en mars 2012 seules 306 personnes ont reussi a se hisser au sommet. En comparaison 5656 personnes avaient atteind le sommet de l’Everest.  Environ 80 personnes sont mortes sur les pentes du K2 . Donc en fait sur 4 personnes qui reussissent le sommet, une personne meurt! Le K2 possede ainsi le deuxieme taux de mortalite  le plus eleve parmis les 8000, le premier etant l’Annapurna, au Nepal.

Mais pourquoi le K2 est-elle la montagne la plus difficile et dangeureuse du monde?
Tout d’abord a cause de la meteo, qui est connue pour etre hyper capricieuse et qui change tres tres rapidement, encore plus que sur les autres montagnes.  Ainsi des vents d’une violence difficilement imaginable peuvent apparaitre en quelques minutes et balayer des arretes acerees toute une brochette de grimpeurs. Les tempetes de neiges qui apparaissent subitement peuvent detruire les cordes fixes, veritables lignes de vies indispensables aux grimpeurs sur certaines parties de la montagne.
Mais les dangers omni presents sur la montagne sauvage, ce sont avant tout les avalanches et les chutes de pierre. Les seracs (gros blocs de glaces) peuvent romprent a tout moment et reduirent a l’etat de poussiere tous ceux qui se trouvent sur leur passage. Les chutes de pierres sont quasi continues et meme les meilleurs casques ne peuvent pas proteger les alpinistes contre ces veritables meteorites. Seule la chance et une sacree bonne etoile peuvent sauver les grimpeurs qui voient d’immenses blocs de pierres et de glace les froler a quelques centimetres pres.

Le nom K2 a ete donne en 1852 par l’explorateur et topographe anglais Montgomerie. Le K designe Karakorum et 2 car il a ete le deuxieme a etre liste.
La premiere tentative de grimper le K2 a ete effectuee en 1902. Les alpinistes Crowley et Eckenstein ont mene une expedition de 6 grimpeurs, entre mars et juin 1902. Le groupe passa 68 jours sur la montagne, avec seulement 8 jours de beau temps. Ils ont tente 5 fois le sommet. La derniere tentative commenca le 8 juin mais apres 8 jours de mauvais temps ils declarerent forfait et se replierent apres avoir atteind les 6525m.
En 1909 le grimpeur/prince  italien  Luigi Amedeo, duc des Abruzzes mena une expedition sur le K2. Son groupe tenta de passer par la crete sud est, qui va porter son nom par la suite, la voie Abruzzi et qui constitue de nos jour la voie normale pour l’ascension. Ils arrivent a 6250m puis decident que l’ascension est trop difficile. Avant de rentrer le duc declara que la montagne ne sera jamais vaincue.
En 1939 la premiere tentative americaine bat un nouveau record: 8382m! Mais l’expedition tourne au desastre lorsque quatre alpinistes disparaissent sur la montagne.
En 1953 se deroule un des episodes les plus heroiques de l’histoire du K2: une tempete de dix jour pris au piege une expedition americaine menee par Charles Houston. Abandonnant toute tentative de sommet les grimpeurs tenterent de sauver un de leur membre atteint du mal des montagnes, Gilkey, en le descendant a une altitude moins elevee. A un moment donne durant leur descente desesperee Pete Schoening sauva cinq grimpeurs qui etaient entrain de glisser en arretant leur chute en plantant son piolet dans les cordes de ses collegues. Mais Gilkey y laissa sa peau, selon les versions soit dans une avalanche soit en se sacrifiant deliberement pour eviter d’etre un poids pour le reste de l’equipe.
C’est finalement une expedition italienne qui vaincra le K2, le 31 juin 1954. Les deux premiers hommes a fouler le sommet de la montagne sauvage sont Lino Lacedelli et Achille Compagnoni.
Mais une grosse polemique va venir entacher cette ascension ainsi que la reputation de ces deux grimpeurs qui ont ete portes en heros nationaux a leur retour en italie. Le scandale porte sur la traitrise que les leaders ont fait subir a deux des membres de leur expedition, notamment un porteur d’altitude pakistanais, Amir Medhi, dit Hunza (village a un dizaine d’heures de skardu) Medhi.
Les porteurs de Hunza sont l’equivalent des sherpas du Nepal. Ils sont tres demandes pour accompagner les equipes internationales sur les sommets des cinq 8000m que compte le Pakistan.
Dans les annees 50, Medhi est un jeune porteur d’altitude qui a prouve son courage et sa force en aidant notamment Hermann Bull, le premier homme a monter sur le sommet du  Nanga Parbat, alors que ce dernier etait en difficulte. Donc l’annee suivante, en 1954, il fut choisi avec quelques autres parmis les centaines d’autres aspirants, pour participer a l’expedition italienne.
Un jour avant l’ascension finale, Medhi se laisse persuader d’aider un autre membre de l’expedition, l’italien Bonatti, a apporter des bombonnes d’oxygene a une altitude de 8000m, la ou il est suppose rencontrer les deux autres italiens, Compagnoni et Lacedelli. Les autres porteurs d’altitude refusent mais Medhi accepte car il a ainsi l’opportunite d’aller jusqu’au sommet, et de devenir ainsi le premier pakistanais a se isser sur le sommet du K2.
Mais quand ils arrivent a l’endroit prevu pour rencontrer les deux leaders et leur donner les bouteilles d’oxygene… pas de tente! Rien, degun. Ils continuent a grimper et perdent donc un temps fou a essayer de localiser les deux italiens. Finalement ces deux derniers repondent a leurs appels mais leur tente est trop loin pour eux, la nuit commence a tomber. Les deux italiens leur crient de laisser les bouteilles d’oxygene la ou ils sont, et de redescendre, ils viendront chercher les bouteilles eux meme. Mais le probleme c’est que la nuit etait tombee, et qu’une redescente etait tout simplement impossible! Donc Medhi et Bonatti ont ete force de passer la nuit dehors comme des chiens sans abri, a des temperatures de moins 50 degres!!!
Les deux grimpeurs etaient prets a mourir, mais pas miracle ils survecurent, a une altitude de 8100m! Mais pourquoi les deux italiens ont mis leur tente a une altitude bien plus superieur a celle qui etait prevue?! L’enquete revela par la suite que ces derniers ont volontairement bouge leur camp car ces deux rats d’egouts ne voulaient pas que Bonatti et Medhi se joingnent a eux pour faire le sommet. Compagnoni craignait que Bonatti, qui etait plus jeune et en meilleure condition physique que lui, ne lui vole la vedette.
Au petit matin les deux survivants redescendent au camp situe plus bas, en laissant les obus d’oxygene sur place. Compagnoni et Lacedelli allerent les recuperer puis monterent sur le sommet. Contrairement a ses collegues Italiens, Medhi n’avait pas de chaussures pour la haute altitude. L’expedition ne lui avait fourni que des bottes de l’armee, qui etait de deux tailles trop petites pour lui. Resultat il eu des engelures gravissimes et il du etre empute de tous ses doigts de pied pour eviter la propagation de la gangraine. Il ne sorti de l’hopital que 8 mois plus tard.
Donc alors que les italiens furent couvert de gloire et d’argent, Medhi lui s’enfonca dans la misere et le degout de la montagne apres le traitement dont il fut l’objet.
Cette traitrise fut un veritable incident diplomatique entre le Pakistan et l’Italie. Mais la verite resta cachee pendant de nombreuses annees. Les autorites italiennes etaient tres soucieuses de proteger le secret et la reputation de leurs deux poulains. Donc on donna le role de bouc emissaire a Bonatti et il fut accuse d’avoir pris des risques inconsideres et d’avoir voulu le sommet pour lui tout seul, alors que c’est le contraire qui s’est passe.
On recuelli le temoignage de Medhi et on lui fit signer une deposition, mais comme il ne s’avait ni lire ni ecrire il signa surement une declaration qui ne ressemblait pas du tout a ses declarations. Du coup la verite tomba completement dans les oubliettes.
En 1994 il rencontra a nouveau Compagnoni et Lacedelli a Islamabad pour le 40eme anniversaire de la premiere ascension. Ils tomberent dans les bras des uns des autres comme des enfants. Medhi ne demanda pas d’excuse mais de toute facon aucune excuse ne fut presentee. Ce n’est qu’en 2007, au terme d’une autre enquete, que le club alpin italien reconnu le role essentiel de Mehdi et de Bonatti dans la conquete du K2. Trop tard pour Medhi, qui mouru en 1999 a l age de 86 ans.

Me voici donc tout pres de mon reve de gamine! Enfin tout pres, c’est un bien grand mot! En effet entre Lahore et le camp de base du K2 il y a environ 32 heures de bus, 6 heures de jeep et 5 jours de marche. Alors c’est parti!
J’eteinds mon cerveau pour le trajet qui va durer la vie des rats sur la celebrissime Karakorum Highway. A la gare routiere de Pindi (ville a cote d’Islamabad mais c’est tellemement grand que les deux villes sont collees) j’achete un ticket pour Gilgit, la premiere ville du nord, la ou il y a les montagnes, avec la Natco (« the pride of Pakistan »), une societe de transport publique qui s’occupe des transports dans le nord du pays.
Je peux pas vraiment vous parler de ce trajet vu que j’ai dormi quasiment tout le long a cause de la pillule anti mal du transport.
Mais par contre lors des pauses ou j’emergais quelques minutes j’ai pu observer que les femmes allaient dans une salle, alors que les hommes allaient dans une autre. Et ca ete comme ca pendant les trois mois: au Pakistan les hommes et les femmes sont separes, pour toutes les activites et moment de la vie quiotidienne. Donc a chaque fois que je prennais le bus pour un trajet plus ou moins long, je devais rester avec les femmes dans l’endroit qui leur etait reserve.
Le petit hic c’est que souvent c’etait des petites salles avec les toilettes juste a cote, donc bonjour l’odeur… Alors que les hommes eux avaient droit a une grande salle aeree. Alors quand il y avait une odeur de pisse moi je disais fuck et j’allais manger avec les hommes, mais dans mon coin bien sur, pas a la meme tables que des hommes. Il faut savoir que les etrangeres sont traitees differement des locales pakistanaises. Ce qui est socialement impensable pour une locale (manger dans la meme salle que les hommes) et tolere pour les touristes etrangeres.
A un moment donne nous avons fait une pause dans un endroit repute dangeureux (je ferai un article sur la Karakorum Highway plus tard) et j’attendais debout pas tres loin des hommes. Le chauffeur du bus est venu me voir et m’a gentiement dit de bien vouloir attendre pres des femmes car sinon cela risquait de faire des problemes, peut etre par rapport a la population locale reputee ultra conservatrice.
Bref apres 22h de bus je debarque a Gilgit, une ville poussiereuse qui grouille comme une fourmillere autour de son bazar, entouree de montagnes. Beaucoup de monde n’aime pas Gilgit mais moi j’aime bien, y a pas grand chose a faire et on respire un peu les pots d’echappement des voitures mais c’est mieux que l’enfer de Pindi, et en plus on voit les montagnes.
Je vais au Madina Hotel 1 (a ne pas confondre avec Madina hotel 2, pres de l’aeroport), une tres bonne guest house pas cher, sans puces de lit, avec un jardin pour boire le cafe du matin et un staff sympa.
Apres avoir recupere je prends un autre mini bus pour aller a Skardu, la capitale du Baltistan, le paradis des montagnes, 6h de route.
Mon plan de bataille est le suivant: il faut que je trouve un groupe deja constitue pour faire le trek jusqu’au camps de base du K2, car bien sur toute seule c’est juste pas possible, bien trop cher.
Apres avoir ecume quelques hotels je vais a l’Indus Hotel, un etablissement tres connu de Skardu, assez cher. Mais il est desert car c’est le ramadan, et pendant cette periode la les touristes pakistanais ne voyagent pas. La chambre est a 1200 roupies, je la negocie a 500 (4 euros). C’est vraiment le luxe, ca me change! Je soupsonne fortement le manager, Fida, de m’avoir fait un bon prix car il a cru que comme ca peut etre qu’il y aurai moyen de moyenner quelque chose avec moi… Je ne le sais pas encore mais ce mec est un gros batard.
Bref ce chien me dit a beh tiens ca tombe bien, dans quelques jours nous avons un groupe de chinois qui vient pour faire le trek jusqu’au camps de base du K2! Effectivement ca tombe bien, j’ai ecume la ville entiere a la recherche d’un groupe et je suis rentree bredouille.
Donc je me greffe au groupe qui doit arriver quelques jours plus tard.
En ce qui concerne les tarifs, pour 2 semaines de trek tout compris j’ai paye 900 dollars. C’est une grosse somme mais ca reste un tres bon prix par rapport a ce que les chinois ont paye, 1500 dollars.
Pourquoi est ce qu’un trek jusqu’au K2 est aussi cher? Et bien tout simplement car pour aller la bas, ont est en autonomie complete, pendant 2 semaines. Apres le dernier village ou l’on abandonne la jeep il n’y a plus rien, plus de village ou l’on peut s’approvisionner en nourriture.
Ce n’est pas comme pour aller au camps de base de l’everest par exemple, ou il y a un village pour manger et dormir tous les quelques km. Donc du coup il faut engager plus de porteurs (plus de 25 pour une groupe de 12 personnes!) qui vont nous quitter au fur et a mesure que les stocks s’amenuisent.
Puis le groupe de chinois arrivent. Parmis eux il y en a 2 qui parlent couramment anglais car ils vivent ou ont fait leur etudes en Angleterre: Jackie, une nana qui bosse dans je ne sais plus quoi et qui vit a Londres, et Rocky, un mec qui a fait ses etudes de zoologie a Londres et qui bosse desormais pour une ONG au Tibet. Son job: passer sa vie dans les montagnes tibetaines et tenter d’observer et de regrouper des informations sur le leopard des neiges… Y a plus pourris comme job! Il y a aussi Daniel, un jeune allemand qui a commence un tour du monde il y a quelques temps.
La veille du depart Fida-le-gros-connard (vous excuserez ma familiarite mais vous savez aussi pour ceux qui me connaissent que quand je m’enerve comme ca c’est que j’ai de bonnes raisons) me presente Zakir, le guide assistant du trek. Il me dit que si j’ai n’importe quel soucis sur le trek, de le dire a Zakir et que ce dernier fera tout pour m’aider, que c’est un de ses meilleurs amis. Meilleur amis qu’il n’hesitera pas a faire arreter par les services secrets pakistanais deux semaines plus tard. Raison: je suis montee sur sa motocyclette. Oui oui vous lisez bien. Je reviendrai sur cette histoire de fou plus tard.
Puis le jour J arrive! Le matin quelqu’un tape a ma porte, c’est Fida qui vient me reveiller. J’ouvre la porte completement dans le coltard, la Fida me dit Hoo you are so beautiful, can i kiss you?! Moi: NO GET OUT. Il me repond ok ok mais c’est l’heure de te reveiller. Merci connard j’avais mis mon reveil, je n’ai pas besoin de toi!
Les nouvelles ne sont pas tres bonnes. A cause des pluies diluviennes dans la region les jours precedents, la route a ete fortement endommagee. De plus comme nos permis ont ete delivres tres tardivement, nous partons vers midi, ce qui veut dire que les rivieres que nous avons a traverser en 4\4 vont augmenter de volume, sous l’effet du soleil qui fait fondre la glace plus haut dans la montagne. Super quoi!
Donc en fait pour le trek du camps de base du k2, le plus difficile ce n’est pas du tout le trek en lui meme. Nonnnnn le plus difficile c’est de survivre a la route en 4\4 entre Skardu et le dernier village, Askole.
Serieusement, je n’ai jamais eu autant peur de toute ma vie. J’ai vraiment cru que ma derniere heure etait arrivee. Je pense que j’aurai eu un peu moins peur si on m’avait pause trois mygales sur moi. Donc la route etait effectivement completement defoncee. Sur de nombreuses portions nous ne roulions qu’a quelques milimetres du precipice de plusieurs dizaines de metres. Et bien sur ce n’est pas marrant s’il n’y a pas une riviere en contrebas. Mais attention ce n’est pas la gentille petite riviere toute calme, toute mignonette! Nonnnnn c’est un monstre dechaine, gonfle a bloc a cause de la fonte des neiges, avec des vagues de plusieurs metres de haut… Le Zambeze a cote c’est une croisiere sur le Nil!
A trois ou quatre reprises il faut traverser les rivieres qui coupent la route… Alors la, meme si on etait en 4\4, j’ai vraiment cru mourir! Le staff du trek a meme du reconstruire une portion de route parti dans la riviere, en jettant des dizaines de grosses pierres pour tenter de reconstituer la route. Les pauvres porteurs et autres membres du staff vont passer plus de 45 minutes les jambes imergees dans l’eau glacee alors que moi je grelotte comme un bonmhomme de neige dehors.
Une fois la route a peu pres reconstituee il faut la traverser. Le chauffeur prend tout l’elan qu’il est possible de prendre sur cette petite route de montagne, s’elance, moi je fais mes prieres, tout le monde crie (ou peut etre que ce n’est que moi?) et… on reste coince au milieu!!
Le guide fait sortir tout le monde de la jeep car on est presque de l’autre cote et on peut marcher sur la berge, je suis la derniere a vouloir sortir, mais ce rat d’egout me dit non toi tu reste, il faut un peu de poids dans la voiture. Quoiiiiii non mais ca va pas ou quoi?! Tu viens de faire sortir deux chinois obese du 4\4, et tu veux que ce soit moi qui reste dans la voiture pour faire du poids?! C’est ca la logique au Pakistan? Mamannnnnn je veux sortir!! Ce rat d’egout me claque la portiere au nez, je suis emprisonee dans un 4\4 coincee au milieu de la riviere en furie… Suuuper! M’en fou, je m’echappe par la vitre, s’il veut du poids il a qu’a mettre des pierres, c’est pas ce qui manque ici! Non mais franchement, comme si un nain de jardin de 45 kg tout mouille allait comme par magie faire la difference!
Finalement apres 45 minutes de bataille la jeep parvient a se isser de l’autre cote. Nous arrivons a Askole en debut de soiree, completement traumatisee pour ma part mais en un seul morceau!

K2 map

Le K2 est situe tout au nord du Pakistan, dans la region disputee avec l’Inde depuis la Partition, en 1947.

K2 Trek

Le parcours du trek: jeep depuis Skardu jusqu’a Askole puis cinq jours de marche jusqu’a Concordia d’ou le camps de base du K2 est a une journee de marche.

800px-Baltoro

Parcours du trek: plusieurs jours de marche sur le glacier Baltoro avant d’arriver a Concordia  puis aller au nord jusqu’au camp de base du K2. Quatre montagnes de plus de 8000m de haut se situent a seulement quelques km les unes des autres: K2, Broad Peak (F), G1 et G2.

central-asia-mountains

Pour situer les differentes chaines montagneuses: l’Himalaya a l’est, le Karakorum au centre, l’Hindukush a l’ouest.  Le lieu de rencontre de ces trois chaines de montagnes se situe a seulement quelques kilometres de Gilgit, au nord du Pakistan!

8000m-deaths-and-summits

Tableau du rapport entre le nombre de sommets et le nombre de mort des 14 montagnes de plus de 8000m de la planete.

Glissement de terrain dans une riviere, sur la route pour Askole: un autre 4\4 est tombe en panne sur la mini route, il faut la pousser et la mettre sur le cote pour pouvoir passer.

Coinces dans la riviere.

4\4 coince dans la riviere.

Pont made in Pakistan.

Le precipice n’est jamais loin…

Routes made in Pakistan.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s