L Amazonie et la reserve de Cuyabeno.

C’est reparti pour l’Amazonie! J’ai tellement aimé mes quelques jours la- bas au Pérou que je décide d’y retourner, cette fois-ci en Equateur. Apres avoir fait le tour des agence à Quito je me décide pour 6 jours dans la réserve de Cuyabeno, au Nicky Lodge.

J’ai passé 6 jours inoubliables! Bon le truc c’est que je n’ai pas eu beaucoup de chance pour les animaux. Mais bon, j’ai quand même vu le jaguar au Pérou alors je ne vais quand même pas me plaindre! Normalement j’aurai du voir des dauphins d’eau douce, les dauphins roses. Mais comme il a plu avant que j’arrive ces derniers sont partis plus haut dans le fleuve; pour les anacondas c’est pareils, ils n’ont pas daigné montrer le bout de leur museau.
Par contre j’ai vu beaucoup de singes, des oiseaux en pagaille dont des magnifiques toucans, des piranhas, plein d’insectes en tout genre… le tout dans des paysages magnifiques.
On a fait une dizaine de marches dans la jungle, de nuit comme de jour, y compris des excursions en pirogue sur le fleuve.
J’ai eu pour guide Jacob, un jeune qui est né dans la jungle et qui connait cette dernière comme sa poche. Avec lui marcher dans la forêt est une aventure à part entière: il connait la moindre plante, le moindre insecte, animal, arbre… Il est passionné par son métier et ça se voit!
C’est le genre de personne qui peut survivre dans la jungle pendant des semaines juste avec une machette! Il repère les animaux cachés dans les arbres en deux secondes et à une centaine de mètres à l’avance alors que moi je met dix minutes pour arriver à voir ce qu’il me montre! J’ai donc énormément appris sur cet environnement, bien plus que lors de mon premier séjour en Amazonie.
J’ai ainsi eu la joie de manger des fourmis, des asticots, de faire tarzan avec des lianes, de faire un piège pour attraper des oiseaux, de marcher dans la jungle avec de l’eau jusqu’aux hanches (normalement c’est moins mais comme je suis un nain de jardin…), de me jeter dans le fleuve et me laisser dériver avec mon gilet de sauvetage, de pêcher des piranhas (enfin je suis rentrée bredouille mais j’ai pu voir ceux de Jacob), de pagayer comme une malade à contre courant sur la pirogue, de préparer un plat local avec une famille de la réserve, de boire de l’eau de certaines plantes de la forêt, d’avoir une grenouille géante qui me saute sur l’ oreiller en pleine nuit (c’est mieux que la tarentule), de grimper sur une tour de 30m complètement délabrée construite autour d’un gigantesque arbre pour admirer un superbe coucher de soleil…
Les marches de nuit étaient elles aussi extraordinaires, on a vu plein d’ énormes araignées à faire frissonner les plus téméraires, plein de grenouilles bizarres. des insectes venus d’une autre planète, le tout au milieu du bruit de la forêt et de ses petits habitants.
Bref j’ai bien joué à nini l’exploratrice et c’était vraiment génial!Et surtout, surtout j’ai eu la chance de rencontrer des personnes étonnantes et super enrichissantes, d’une gentillesse jamais rencontrée jusqu’à présent: Jacob et Rita sont des guides qui sont issus de la communauté Quechua. En plus de connaitre l’Amazonie par cœur ce sont des personnes qui ont un profond respect pour la nature et toutes les valeurs qui s’en dégagent, avec en toile de fond la culture quechua. Ils ont tout le temps le sourire et ne se plaignent de rien. Et pour cause, pourquoi se plaindre lorsque l’on a tout ce dont on a besoin dans la forêt, autour de sois! Pas de besoins matériels comme chez nous, ils aspirent juste à une vie simple dans la nature. Bon après on ne peut pas vraiment comparer la vie en France avec celle de l’Amazonie, c’est sûr!

Bon attention hein ils ne vivent pas tout nus dans des huttes en bambous! Rita vit avec sa famille à quelques km en pirogue de là, dans le village de la communauté, dans une maison en tôles, avec l’électricité… Quand à Jacob quand il ne travaille pas au lodge il etudie le français à Quito, il parle assez bien et est très content pouvoir converser avec moi.

Lors de la visite au village de la communauté ainsi qu’a la famille quechua j’ai pu constater que les gens sont très pauvres et que les conditions de vie sont très précaires…
DSC01964
DSC01966
Le village ou j ai pris le bateau.
DSC01971
DSC01967
DSC01973
En allant au lodge.
DSC01980
DSC01990
Une des nombreuses habitations qui bordent le fleuve.
DSC01999
Ma chambre rien que pour moi au lodge!
DSC02187
Le Nicky lodge.
DSC02003
La pirogue devant le lodge.
DSC02014
Derriere le lodge.
DSC02046
Sur la pirogue, direction la chasse aux anacondas.
DSC02022
Nini l exploratrice lol.
DSC02031
Pourvu que la liane ne craque pas!
DSC02051
Sur le fleuve.
DSC02049
DSC02073
DSC02070
DSC02059
DSC02074
DSC02078
Lol je crois que l horreur se lit sur mon visage!
DSC02080
Mais en fait c est tout gentil les mille pattes!
DSC02081
La plus grosse fourmie du monde, mais on ne voit pas trop bien la taille sur la photo… La piqure fait tres mal mais n est pas mortelle.
DSC02083
Jacob entrain de degoter un asticot.
DSC02088
C est un fruit tres bizarre: ca ne se mange pas mais lorsque le fruit se developpe, a l interieur se developpe en meme temps des asticots. Une fois arrives a maturite ces derniers grignotent l interieur et sortent du fruit en fesant un trou dans la coque.
DSC02089
Ce que je m apprete a manger!
C est plutot bon, avec un gout de noix de coco!
DSC02092
DSC02095
Si on a plus d eau on peut boire l eau des plantes!
DSC02086
Cet arbre va nous servir de refuge pendant les 20 minutes pendant lesquelles va tomber des trombes d eau.

DSC02096

Un piranah! Admirez les ratounes!
DSC02098
Bon c est pas le mien, impossible d en attraper alors que Rita en a attrape une dizaine… Pour attraper les piranhas c est toute une technique: il faut agiter la canne a peche (faite d un bambou et un simple fil de peche) a la surface pour les attirer. Puis des que l on voit le fil se tendre ne serai ce qu un tout petit peu il faut sortir le fil de l eau en une micro seconde, sous peine de se voir voler un morceau de viande sans piranha au bout de l amecon!
DSC02099
DSC02100
DSC02102
L ecole de la Communaute.
DSC02104
DSC02105
DSC02106
Un ananas, je savais pas que ca poussait comme ca!
DSC02107
La maison de la famille Quechua.
DSC02108
Le fruit du cacao! Le fruit a l interieur est compose de noyaux entouree d une chair blanche et juteuse delicieuse; pour faire le cacao/chocolat il faut faire secher ces noyaux.
DSC02109
Du cafe!
DSC02111
Graine de cafe decortiquee.
DSC02119
Champs de bananiers.
DSC02121

Dans la famille Quechua nous allons fabriquer des galettes de Yuca, un plat typique des environs.

DSC02122

Jacob qui deterre le yuca, qui est une espece de grosse racine.
DSC02126
Puis il faut peler le yuca.
DSC02127
Un yuca pele.
DSC02128
La cuisine / salle a manger de la famille Quechua.
DSC02129
DSC02130
Il faut laver le yuca.
DSC02134
DSC02137
Puis il faut raper le yuca.
DSC02138
DSC02140
Je met la main a la patte, je pele un peu de mes doigts en meme temps.
DSC02141
Le perroquet de la famille adore se blotir pres du feu.
DSC02144
Une fois rape le yuca prend la forme d une pate.
DSC02148
On met la pate de Yuca dans une peau d anaconda. Lol c est des espece de lianes tressees.
DSC02149
Jacob et le perroquet.
DSC02154
DSC02153
Puis on evacue l eau du yuca .
DSC02156
Pour le plus grand bonheur du perroquet!
DSC02158
Puis on deroule la liane tressee.
DSC02160
Ensuite il faut tamiser le yuca.
DSC02162
Direction la poele!
DSC02164
DSC02166
Ca fait une espece de crepe.
DSC02167
A table! La galette n a pas vraiment de gout en fait.
DSC02168
Il y a de nombreux papillons dans la jungle, certains gigantesques.
DSC02173
Plein de fleurs completement hallucinantes aussi.
DSC02177
On va s enfoncer dans la jungle et dans l eau.
DSC02206
La tour d observation de la jungle. Je ne le sais pas encore quand je monte mais la tour va etre prochainement detruite car un peu vetuste! Et pour cause le haut est completement vrille! Dire que je pensais que c etait normal en montant! La tour fait une trentaine de metres de haut, elle a 17 ans et est construite autour d un immense arbre
DSC02183
DSC02180
La vue en haut de la tour.
DSC02182
En haut de la tour.
DSC02181
DSC02192
Jacob a la recherche d un anaconda qui se ferai rotir au soleil sur les branches de l arbre.
DSC02202
Jacob
DSC02200
DSC02215
Coucher de soleil du haut de la tour.
DSC02227

Une réflexion sur « L Amazonie et la reserve de Cuyabeno. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s