Mashhad.

Après Téhéran je prends un train de nuit pour aller à Mashhad, la deuxième ville du pays, au nord est de ce dernier. Je dois y récupérer mon visa pour le Turkménistan, et visiter la ville, notamment le mausolée de l’Imam Reza, un musulman mort en martyr il y a plusieurs siècles, et dont la tombe est un des endroits le plus sacré d’Iran, haut lieu de pèlerinage. Je vais aussi faire du couchsurfing chez un couple de jeunes iraniens, Mohi et Sherry!
Après avoir pris le train de nuit pendant une douzaine d’heures, je débarque à 5h du mat à Mashhad. Comme il est trop tôt pour aller frapper à la porte de mes hôtes je termine ma nuit sur un banc de la gare.
Il faut dire que je n’ai pas trop dormi. A côté de moi il y avait une nana qui devait avoir une maladie du sommeil ou un truc dans le genre. En effet a peine installée à sa place elle s’est de suite endormie. Sauf que en dormant elle penchait soit de mon côté, soit du côté du couloir. Et c’était quasi impossible de la réveiller!! Même en la secouant comme un prunier elle ne se réveillait pas. J’ai même cru qu’elle était morte!
Finalement elle se réveillait de temps en temps mais elle se rendormait de suite. Donc je devais la pousser toutes le 30 secondes sinon elle se serait endormie sur mes genoux… Fou rire garantis avec les autres gens du wagon, quoique peuchère si c’est une maladie c’est pas beau de se moquer. Mais peut être qu’elle avait fumé un truc ou quoi?! Bref j’ai pas dormi de la nuit.
Deux heures plus tard, alors que je dormais profondément sur mon banc je suis réveillée en sursaut par un policier qui me secoue comme un prunier. Bon apparemment à partir d’une certaine heure ça fait tache de dormir sur un banc en Iran.
Je prends mes affaires et je me débrouille pour trouver un bus qui va dans la direction de l’appart de Mohi et Sherry. Une fois dans le quartier je trouve assez facilement leur appart grâce aux recherches effectuées la veille sur mon amis google map et des passants qui m’aident.
Mohi et Sherry ont environ 25 ans; Mohi travaille dans la pharmacie de son père, et Sherry est décoratrice d’intérieur. Tous deux sont issus de familles très aisées de Mashhad.
Le lendemain de mon arrivée Mohi et Sherry m’invitent à passer le dernier jour des fêtes de No Ruz avec leur famille. La tradition en Iran pour le dernier jour de no ruz c’est de faire un pique-nique dans la nature.
Du coup Sherry me dit on va manger dans le jardin de mon père. En fait quand on arrive je me rends compte que c’est pas un jardin mais plus un très grand verger avec une maison et une piscine. Moi je m’attendais vraiment à un jardin normal quoi!
Sur la route on croise plein de voitures qui ont du gazon sur leur pare-brise. Rappelez vous c’est le gazon (en réalité des graines de je ne sais plus quoi) que les iraniens font pousser pour le nouvel an, ça fait parti des 7 haft seen qu’ils doivent réunir chez eux. Et bien à la fin de no ruz ils mettent ce gazon sur leur pare brise et conduisent avec, de manière à ce que le gazon s’envole. C’est pour que tout leurs ennuis de l’année passée s’envolent aussi.
J’ai été super bien accueillie par la famille de mes hôtes, mais je ne m’attendais pas à autre chose venant de la part d’Iraniens. Toute la famille est présente: parents, grands parents, oncles, tantes, cousins, amis…
Ils me posent plein de questions, notamment un oncle de Sherry qui a fuit la révolution et qui est allé vivre pendant 30 ans à Chicago. Il est revenu vivre en Iran pour sa retraite.
La mère de Sherry est une cuisinière hors paire, et mon assiette ne reste pas plus de dix secondes avant que quelqu’un la remplisse. Au secours il va falloir me porter jusqu’à la voiture! On a aussi joué au poker et c’était aussi l’anniversaire du père de Sherry.
Le lendemain je me lève aux aurores pour aller récupérer mon visa pour le Turkménistan. Je suis en total stress car si mon visa n’est pas prêt je suis dans une merde pas possible car le lendemain l’ambassade turkmène est fermée, et le sur lendemain c’est mon dernier jour de visa valide en Iran. Le problème c’est que je n’aurai jamais pu aller chercher mon visa, puis faire les 150 km qui me restent avant la frontière turkmène et arriver avant la fermeture de la frontière, à 15h! J’ai pas franchement envie de rester avec un visa expiré en Iran! Mais c’est de ma faute j’ai mal anticipé les délais.
Bon bref finalement tout se goupille bien, j’ai mon visa et je saute de joie comme si j’avais gagne au loto.
Après l’ambassade je vais voir le mausolée (tombe) du musulman qui est mort empoisonné il me semble en 818 après JC.
Je vous épargne les détails historiques, mais toujours est-il que chaque année 20 millions de fidèles viennent se recueillir sur la tombe de l’imam Reza. Autour de sa tombe a été construit un immense complexe de mosquées. Pour y entrer chador obligatoire pour les femmes. Sherry m’en a prêté un la veille.
Bien sur celui ci est dix fois trop long, et je manque à plusieurs reprise de m’y prendre les pieds et de me viander au milieu des fidèles. En plus le temps est exécrable, il pleut, je suis trempée des pieds à la tête…
Une fois dans le complexe je ne sais pas trop où aller car c’est vraiment immense.
Du coup je suis la foule qui s’engouffre dans une immense salle souterraine. Tout le monde s’assoie, je me dis c’est une espèce de queue pour aller voir la tombe de l’imam, peut être que dans l’autre salle il y a trop de monde donc ils nous font attendre ici quelques minutes. Sauf que au bout de quelques minutes, il y a un imam qui commence à faire la prière! Tout le monde s’agenouille pour prier, et qui c’est qui se retrouve debout comme une mega truffe au milieu de plusieurs centaines de fidèles qui sont en train de prier au sol?
Y en a qu’une de truffe internationale comme moi! Impossible de m’échapper, on est vraiment trop serrés, j’aurai marché sur trop de mains en voulant m’échapper. En plus y a des mecs de la sécurité qui commencent à me regarder bizarrement, en se demandant pourquoi je reste debout au milieu de tout le monde alors que la prière a commencé… Et puis je me rappelle que la veille sur le lonely planet j’ai lu que certains endroits dans le complexe n’étaient pas accessibles aux étrangers… C’est malin ça il manquerai plus que je me face jeter comme un poisson pané parce que je me trouvais au mauvais endroit!
Du coup je n’ai plus le choix et je commence à faire semblant de prier pour me fondre dans la masse.
Là je me dis mais comment tu a fait pour te mettre dans cette situation, à croire que tu le fait exprès à chaque fois!
Le soir je raconte l’anecdote à Mohi et il est mort de rire… Il me dit que au pire j’aurai pu me mettre dans un coin et ne pas prier, que normalement ça ne craint pas. Oui mais j’étais en plein milieu et on était serrés comme dans une boite de petits pois!
Après ma première prière musulmane de ma vie je me dirige vers un autre endroit où tout le monde va.
Il s’agit de la tombe de l’imam. Normalement les étrangers n’y sont pas admis mais bon j’ai suivi la foule et personne ne m’a rien demandé.
L’intérieur du mausolée est magnifique: il y a des millions de petits morceaux de miroir qui forment des mosaïques. La tombe de l’imam est un gros rectangle de marbre avec une vitre d’ou l’on peut apercevoir le cercueil. Les hommes et les femmes sont séparés bien sur.
La ferveur religieuse est à couper au couteau. Les femmes pleurent, se tapent la poitrine, se prennent la tête entre les mains… Même les femmes les plus jeunes sont bouleversées, et pleurent par groupe entier.
Tout le monde veut se frayer un chemin pour aller embrasser la vitre de la tombe, pour pouvoir y glisser de l’argent, pour y réciter une prière.
Ici plus qu’ailleurs en Iran le poids de la religion est immense, et être témoin de cette dévotion religieuse ardente ne me laisse pas indifférente. Même si je suis athée il n’empêche que je trouve intéressant de m’intéresser à la religion et d’essayer de comprendre comment et pourquoi des gens peuvent se mettre dans un état de quasi transe, tout en ayant le moins possible de préjugés, ce qui n’est pas toujours évident lorsque l’on ne croit pas une seule seconde en dieu.
Le poids et le pouvoir de la religion m’impressionneront toujours, pour toutes les religions, que ce soit l’islam, le bouddhisme, l’hindouisme, le catholicisme…
Mohi et Sherry sont athées aussi, mais ils ne le mentionnent pas dans les conversations car cela serai extrêmement mal vu. Ils détestent les fanatiques religieux qui empoisonnent leur vie, rien qu’avec le foulard. D’ailleurs ils ne supportent pas d’aller au mausolée. Une fois ils y sont allés, et le chador et le voile de Sherry se sont fait la malle sans qu’elle s’en aperçoive. Donc elle avait la tête complètement découverte pendant quelques secondes. Sherry m’a dit que des gardes du complexe avaient couru vers elle en l’engueulant comme si elle avait tue quelqu’un…
Personnellement j’ai arrêté de dire que je suis athée dans les pays que je traversent, car dans certains pays les gens ne comprennent pas que quelqu’un ne puisse pas croire en dieu. Même les gens très éduqués, qui on fait des études supérieures, ne comprennent pas que je sois athée. Donc pour m’épargner de longues discussions sur la religion maintenant je dis que je suis catholique. Au moins plus personne n’essaie de me convertir ou me regarde comme une pestiférée.
Dehors, même ambiance, avec les hommes cette fois ci qui pleurent tout en touchant le mur du mausolée de l’imam. Les enfants pleurent aussi.
En dehors du complexe il y a plusieurs processions qui noircissent les rues de gens. En effet cette journée est fériée en Iran, c’est la commémoration de la mort d’un autre musulman connu. Du coup les fidèles se flagellent le dos avec des fouets en métal, au son d’une musique religieuse.
Pour mon dernier soir en Iran je vais manger au resto avec Mohi et Sherry. Ils m’ont vraiment accueilli les bras ouverts, comme si je faisais parti de leur famille… A plusieurs milliers de km de chez moi, ça n’a pas de prix!

IMG_7626
Ma copine du train et moi…

Video dans le train.
DSC06708

Sherry et son chat Pikchu.
DSC06719

Il n’aime pas la voiture…
DSC06709

DSC06724

Le gazon sur les voitures.
DSC06725

DSC06729

DSC06735

DSC06713

DSC06736

DSC06752

La mère de Sherry.
DSC06753

Sherry et sa mère.
DSC06780

Ma quatrième assiette et moi.
DSC06758

Le père de Sherry, son oncle et son beau-père.
DSC06762

Sherry, sa mère et moi.
DSC06778

Un jeu iranien avec des pierres.
DSC06781

L’oncle de Sherry qui a vécut 30 ans à Chicago.
DSC06784

DSC06789

DSC06792

Le père de Sherry et son cousin.
DSC06797

DSC06788

DSC06801

DSC06804

DSC06805

DSC06806

DSC06755

Tradition pour ce dernier jour de no ruz: faire un nœud avec des brins d’herbe et faire un vœux.
DSC06837

Au resto avec Mohi et Sherry.
DSC06838

Plats typiques iraniens.
DSC06851

DSC06841

DSC06810

Les fidèles qui se fouettent dans la rue.
DSC06809

DSC06813

Video de la procession.
DSC06817

DSC06822

Video de la procession.
DSC07053

DSC06828

DSC06836

IMG_7636
Juste avant la prière.
IMG_7637

Près de la tombe de l’imam.
IMG_7642

IMG_7644

IMG_7647

IMG_7653

IMG_7655

IMG_7657

IMG_7658

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s