Passage du col de Thorong La, 5416m!

7 novembre 9 eme jour de trek Du Tilicho hôtel 4076 à Letdar 4200m
Ce matin départ à 7h30, direction le petit village de Letdar, avant dernier stop avant le fameux col de Thorong La. Ça monte dur dur puis ça redescend aussi sec. On est parti qu’avec une seule bouteille d’eau chacun car l’eau gèle la nuit à cette altitude et il faut attendre que tout se dégèle pour que la fontaine de l’hôtel donne de l’eau.
Sur la route je croise un chinois et un népalais qui crèvent de soif, je leur donne un peu de mon eau en espérant que je trouverai un endroit pas loin où je pourrai en reprendre! Bon malheureusement je suis au milieu de nul part; rien en vue. Heureusement je croise un mini ruisseau. Je casse la glace avec mes bâtons de marche, ce qui libère un mince filet d’ eau. Une pastille purifiante plus tard et c’est repartit!
Au moins je ne mourrai pas de déshydratation! Sur le chemin je croise un mini village en ruine, ça fait un peu village fantôme. Je croise aussi un troupeau d’une espèce de bouquetins népalais. Lors de la descente la végétation change, les arbres sont dépourvus de feuilles, elles gisent sur le sol sur un parterre orange. On se croirait à l’automne!
Je traverse plusieurs ponts; à un moment il faut traverser le torrent sur deux branches avec des pierres posées dessus. Le poids de mon sac me déstabilise un peu, je manque de me viander de peu, je frise le rapatriement sanitaire!
Je traverse plusieurs cours d’eau complètement gelés, ça glisse grave! Ne jamais croire que l’on sera plus fort que la glace, on ne gagnera pas, c’ est sur! Un porteur qui essaie de passer en force se viande sur la glace comme une merde. Ouch! J’arrive à éviter la viandade en me faufilant sur des pierres et en gardant l’équilibre grâce à mes bâtons de rando. Bénis soient ils ceux là! Ils m’empêchent aussi de dévaler la pente en roulé boulé à plusieurs reprises.
On s’arrête manger au village de Yak Kharta. Puis on continue jusqu’à Letdar, où on arrive en début d’aprem. Je me motive pour prendre une douche, le mec du refuge me donne un sceau d’eau froide.  Bon je me pèle pendant quelques minutes mais qu’est ce que ça fait du bien, après une longue journée de trek, d’être propre! Après une petite sieste bien méritée direction la salle commune du refuge où je me blotti contre le poêle, qui fonctionne avec de la bouse de yak!
8 nouvembre, 10 eme jour de trek De Letdar 4200m à Thorang Phedi, 4450m.
Aujourd’hui, journée tranquille. A peine deux heures de marche pour arriver à Thorang Phedi, tout en bas du col de Thorong La que l’on va monter pendant la nuit prochaine. Les paysages sont toujours aussi magnifiques. On se prend un thé à la moitié du chemin. On arrive au lodge, c’est plutôt pas mal compte tenu de l’altitude.
Il y a même internet! Promis je n’ai pas craqué. Et puis à 20 roupies la minute, y a pas trop moyen! Quand on arrive il fait soleil et pas de vent. Parfait!  Je me prend un bon thé et une brioche, histoire de me récompenser de mes efforts lol. Puis sieste car je n’ai pas trop dormi la veille.
Après avoir englouti mon plat de pâte à midi je monte au High Camp, à 4850m, soit 400m plus haut, c’est le dernier refuge avant le col. Je monte là haut car c’est bon pour l’acclimatation. Ça grimpe beaucoup mais ça permet de faire un repérage pour demain matin. Une fois au high camp, je continue jusqu’à un mirador d’où la vue sur toute la région est magnifique. D’immenses aigles volent à quelques mètres de moi. Puis je redescends. Bon cette petite excursion n’était pas bien difficile, mais demain matin, dans la nuit, le froid et avec le sac a dos, ça sera surement une autre histoire! Une fois au refuge on essaie de se mettre au chaud dans la salle commune. La nuit est tombée, et la température avec! Je fais le plein de pâte, histoire d’avoir la force pour l’ascension du lendemain.
Les guides disent que l’ascension se fait en quatre heures, une heure jusqu’au high camp et trois heures jusqu’au col. Mouais, on verra! A table il y a une nana bizarre qui a l’air d’avoir la pneumonie tellement elle tousse. Bon allez si elle peut le faire, moi aussi!
Puis à 19h je me jette dans mon duvet, en me demandant à quelle sauce le col de Thorong La va-t-il me manger dans quelques heures…
9 novembre 11 eme jour de trek. Thorong Phedi 4450m – col de Thorong La 5416m- Muktinath 3800m
4h, le réveil sonne. Ça y est, le jour J est enfin arrive! C’est aujourd’hui  que l’on est censé passer le col de Thorung La, à 5416m.
Ce col, tout le monde en parle. C’est l’étape la plus difficile du trek. Non seulement il faut grimper là haut mais ensuite il y a une descente abrupte de 1600m jusqu’au village d’après, à Muktinath.
Soit une journée d’une dizaine d’heures de marche en tout! Nous nous mettons en route à 4h45, dans la nuit noire, éclairée seulement par les étoiles et nos lampes frontales. Il fait un froid polaire, dans les moins 15 degrés. J’ai tous mes habits sur moi, c’est pour dire! Je vais faire le trajet jusqu’au hight camp en une heure, comme prévu.
Effectivement, dans la nuit et avec le sac, c’est plus pareil!! Puis à partir du high camp , c’est la grande inconnue. Je suis quelque part agréablement surprise car le chemin grimpe certes, mais pas tant que ça. Ce qui me gène le plus, ce sont les effets de l’altitude: le manque d’ oxygène se fait cruellement ressentir; je  suis essoufflée comme si je venais de courir un marathon.
Le moindre pas m’épuise, et je suis obligée de faire une pause toutes les trois minutes.
Ce chemin de croix, je ne suis pas toute seule à le faire. Il y a avec moi des dizaines  et des dizaines d’autres randonneurs. Certains s’en sortent pas trop mal, d’autres vomissent leurs tripes.  Pour l instant ça va bien, mis à part l’essoufflement je n’ai pas d’autres effets par rapport à l’altitude.
Les étoiles laissent petit à petit leur place aux premiers rayons de soleil.  Je découvre alors le paysage dans lequel je suis en train d’évoluer lentement: magnifique, à l’image du trek en lui même.
Ça continue de grimper. En dépit du fait que je grimpe et que donc je dégage  de la chaleur, je n’ai pas chaud du tout, c’est pour vous dire à quel point il fait froid! Je ne sens presque plus mes doigts, alors que j ai deux paires de gants!
A intervalles réguliers, il y a des locaux avec leur chevaux qui proposent aux marcheurs de les emmener jusqu’au sommet pour une sacrée somme de roupies. Hors de question que je craque! Foi de nini j’irai jusqu’au col toute seule, avec mon gros sac à dos sur les épaules, même si je dois ramper pour y arriver! J’aurai trop honte de moi si je devais monter sur le dos d’un cheval.
L’ascension se fait de plus en plus pénible. J’avance comme un escargot, impossible d’aller plus vite sous peine de faire une crise d’asthme! D’ autant plus qu’à plusieurs moments le chemin est fait d’une certaine manière qu’il nous laisse imaginer que l’on est enfin arrivé. Et bien sur, une fois à ledit endroit, on aperçoit au loin des randonneurs qui continuent de marcher… Dur dur pour le moral!!
Pour me donner du courage je pense à l’ascension du Huyana Potosi, qui était bien plus difficile. Allez courage nini, tu a vaincu cette satanée montagne en Bolivie, c’est pas le Thorong La qui va avoir raison de toi! Je bois beaucoup pour limiter les effets de l’altitude. Je dois donc vidanger ma vessie au beau milieu du chemin. J’arrive toujours à me retrouver à peu prés seule quand je vais au pipi room mais franchement je suis dans un tel état second que même si d’autres randonneurs devant passaient près de moi alors que je suis en train de pisser, je m’en foutrai complètement. On est tous dans la même galère!
Puis au bout de trois heures interminables de souffrance lol tout va s’ enchaîner très vite: au bout d’une courbe au loin je vois plein de drapeaux multicolores, comme sur la célèbre photo du col. Je demande alors à un local avec son cheval s’il s’agit bien cette fois-ci du col de Thorong La. Il me dit avec un grand sourire Yes! Welcome! Puré je me serai jetté dans ses bras! Je fais encore une cinquantaine de mètres, presque en courant tellement je suis contente d’être enfin arrivée. Les larmes me viennent aux yeux tellement j’ai l’impression d’avoir accompli un truc énorme.
C’est vrai que je suis fière de moi quand même! J’ai fait l’ascension en quatre heures comme prévu, et en portant mon gros sac à dos alors que 90 pourcent des gens prennent un porteur. J’arrive en haut à bout de souffle, mais tellement heureuse! Nico m’attend, il est arrivé bien avant moi. La vue est magnifique: les drapeaux flottent avec en toile de fond les annapurnas, jusqu’à la vallée aride de la rivière Kali Gandaki. Il fait un froid de canard, le vent est assez violent.
On fait des photos devant la légendaire stèle qui nous félicite d’être arrivés au col. On est à 5416m, rien que ça!  Après m’être remise de mes émotions et avoir immortalisé l’instant, je me remet en route pour ce qui est en fait la partie du parcours la plus difficile,  mais ça je ne le sais pas encore: la descente jusqu’au village de Muktinath, 1600m plus bas! Quatre heures de pure torture, qui auront raison de mes pieds. En effet pour la montée mes ampoules ne frottent pas trop, mais pour la descente… c’est une autre histoire! Chaque pas est une souffrance, et ça dure pendant quatre heures…
Je ne sais pas comment je vais finir le trek, je verrai bien au jour le jour, mais ça risque d’être atroce! Je change de chaussures mais ça n’arrange pas vraiment les choses. Pour couronner le tout, je commence à avoir le mal de l’altitude, avec un mal de tête carabine. Heureusement, je passe de 5416 à 3800m, donc c’est parfait mais le mal de tête ne vas pas partir en un coup de baguette magique. Je suis tellement mal que je manque d’ engager un mec et son cheval pour aller au village. Puis un cheval me dépasse, avec la nana qui toussait comme une malade la veille. Apparemment elle n’est pas très normale, et nico m’a dit qu’elle a fait des gelures aux mains au col, ils ont été obligés de lui mettre les mains dans de l’eau tiède pour les lui décongeler. Bref il est hors de question que je monte sur un cheval comme elle!
Je rassemble toutes mes petites forces, j’avale un advil (pas conseillé car l’effet anti douleur masque le mal de l’altitude qui peut continuer à évoluer mais tant pis) et c’est parti! Des randonneurs me dépassent et me demandent si ça va. J’imagine que je dois avoir l’air d’un zombie quand on me voit de derrière, avec ma démarche de morte vivante qui semble en souffrance à chaque fois que je pose les pieds sur le sol.
 Il faut dire que je suis un peu hagarde et je me demande vraiment ce que je fais là, en maso que je suis! La descente est interminable mais elle se déroule dans un paysage de montagnes himalayennes digne du film Sept ans au Tibet… Puis instant magique: au détour d’un virage le village de Muktinath apparaît, trônant au milieu d’un paysage de folie. Je pensais avoir vu le plus beau, et bien en fait je me trompais!
Le village est planté au milieu de cultures en terrasses, nichées en bas de montagnes dont les sommets sont enfouis dans les nuages. Les yaks paissent paisiblement et ne lèvent même plus les yeux pour observer les nombreux randonneurs qui passent par là.
Les versant d’une petite montagne sont décorés d’une multitude de drapeaux multicolores tibétains, formant de véritables toiles d’araignées collées le long de la paroi. Des temples parsèment les lieux ici et là. J’ arrive dans le village, parsemé d’hôtels et d’échoppes où les locaux espèrent vendre leur artisanat aux marcheurs qui passent par là. Je retrouve nico à l’hôtel, on prend un bain de soleil bien mérité sur la terrasse. Je me jette sur mon plat de pâte qui me fera oublier les 8h de marche, un col à 5416m, une descente de 1600m interminable avec les pieds en feu et un mal de tête à me faire exploser mon cerveau. Non mais quelle journée de folie!!
IMG_3289
IMG_3286
IMG_3251
Mes pates a Thorong Pedi.
IMG_3250
IMG_3249
IMG_3242
La vue depuis le High Camp
IMG_3241
IMG_3239

IMG_3237
Arrivee au col!!
IMG_3232
IMG_3230
IMG_3229
IMG_3221
La redescente
IMG_3214
IMG_3219
IMG_3213
IMG_3212
IMG_3206
IMG_3210
IMG_3204
Le village de Muktinath

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s