Camping sur la Grande Muraille de Chine.

Après 12 heures de train et autant de bus nous débarquons à Pékin.
Nous avons pris un bus couchette depuis la ville frontière avec la Mongolie. Ce qui est complètement hallucinant c’est que nous sommes arrivés à Pékin à 2h du mat mais les chauffeurs ont laissé les passagers dormir jusqu’à l’heure qu’on voulait! Ça nous a vraiment étonné, d’habitude c’est presque avec un coup de pied au cul qu’on me vire des bus de nuit, et tant pis si il faut que j’attende dans la rue plusieurs heures le lever du soleil, bombe à poivre à la main! On a trouvé ça plutôt sympa.
C’est ma deuxième visite, la première pour David. Du coup on va rester quelques jours car il ne connait pas. Si ce n’était que moi je serai déjà dans le train en direction du sud, loin de cette ville!
Ce n’est pas que je n’aime pas Pékin mais bon disons que les villes de 20 millions d’habitants c’est pas trop mon truc lol.
Cette fois-ci nous allons faire du couchsurfing chez Ronja, une allemande qui vit à Pékin depuis deux ans et qui bosse à l’école de l’ambassade de l’Allemagne. Elle est très sympa et vit dans une immense tour près du centre de Pékin.
Depuis son appart on prend vraiment conscience de la pollution de la ville, c’est vraiment un truc de ouf! En effet parfois on distinguait à peine les immeubles d’en face tellement le brouillard était à couper au couteau. Enfin c’est pas du tout du brouillard en fait, c’est de la pollution!! Des nuages grisâtres qui puent et qui s’engouffrent joyeusement dans nos poumons à chaque inspiration… Génial! Du coup Ronja nous conseille vivement de porter un masque.
Nous allons profiter de notre passage à Pékin pour aller camper sur la Grande Muraille de Chine! La classe non?! J’ai lu plusieurs articles sur internet qui expliquait comment c’est possible, apparemment ça n’a pas l’air tres compliqué… donc c’est parti!
Après avoir arpenté la ville à la recherche d’un magasin de location de matériel de camping je réussi à louer une tente, deux duvets et deux matelas. Un vrai exploit, car tous les sites internet sont en chinois donc bon je vous raconte pas le parcours du combattant!
Au magasin j’ai un peu halluciné, on m’a demandé de payer une nuit, 8 euros au total donc c’est pas cher du tout mais on ne pas demande de caution! Ni passeport ou autre, rien de rien! Si on était pas honnêtes on aurai très bien pu tout garder, mais bon c’est pas bon pour le karma un jour je l’aurai payé d’une manière ou une autre.
Bref le lendemain matin départ pour la grande muraille, nous allons sur le tronçon de Janshanling, à 130 km de la capitale.
Pour y aller prenez le bus 980 depuis Donzimen bus station. Descendez au terminus, je dis bien au terminus, pas avant comme les gentils chinois qui veulent en fait vous entuber vont vous dire dans le bus. Ne les écoutez pas!!!!!! Ces mecs sont de mèches avec les chauffeurs de taxis qui vous attendent dans la rue et qui veulent vous faire payer une fortune. Donc après être arrive à la gare routière de je ne sais plus quelle ville il vous faut chercher un mini van qui va vous déposer devant l’entrée de la muraille, à 60 km de là.
Le tarif normal pour les locaux c’est 15 yuans. N’imaginez pas payer ce tarif là si vous êtes un touriste! J’ai lu un poste sur le net où des gens étaient content d’avoir pu payer 50 yuans. Avec mes talent de rat d’égout négociateur j’ai réussi à faire descendre à 25 yuans par personne. Au départ ils demandent 100 yuans, NEGOTIEZ âprement, faites semblant de partir ou quoi, ils descendront rapidement. Mais ne vous énervez pas et gardez le sourire, même si vous allez forcement avoir envie de distribuer des claques!
Bref on nous largue devant l’entrée du tronçon de la grande muraille. Oubliez les 40 yuans de frais d’entrée, ici comme de partout ailleurs en chine les prix augmentent régulièrement, donc nous avons payé 65. Mais quand vous lirez ces lignes ça sera peut être 150 qui sait?
Nous commençons à marcher sur la muraille, et c’est vraiment magnifique. Le tronçon est vraiment différent de celui où j’étais allée  quelques temps auparavant, où le mur était perdu au milieu d’une forêt très dense.
Ici à Janshanling le paysage est beaucoup plus dénudé et sec. Il y a aussi une forêt mais elle est beaucoup moins touffue, et surtout les couleurs d’automne sont époustouflantes. Le mur serpente sur une arête qui se perd dans l’horizon.
Nous voulons marcher jusqu’à la fin du tronçon, soit 7 ou 8 km. Mais je crois que notre objectif était quelque peu irréalisable puisque nous avons commence à marcher vers 15h et que le mur c’est légèrement les montagnes russes!! Et avec des sacs de je ne sais pas combien de kg, c’est un peu chaud patate! Donc on marche deux heures, moi perso j’ai eu l’impression d’avoir gravi l’Everest, et au bout de deux heures on se trouve une tour où on plante la tente et depuis laquelle nous assistons à un superbe coucher de soleil sur la Grande Muraille de Chine….
Nous faisons le gué car il est interdit de camper sur la muraille, et nous avons peur qu’un gardien nous trouve et nous fasse déguerpir fissa fissa!
Après avoir déballé tout le matos je vois un mec qui arrive sur la muraille, vers notre tour. On se cache tant bien que mal, et le mec ne viens pas dans notre tour mais la contourne car elle est en très mauvais état, il faut un peu grimper pour y rentrer.
Ouf, on peut se détendre, la nuit est tombée, il fait un silence de cathédrale, nous sommes seuls sur la grande muraille de chine, rien que ça!!!
Nous dégustons notre pique nique transis de froid. Soudain la muraille s’illumine le long de la crête, dans la nuit étoilée… Magique!
La nuit sera calme mais franchement j’ai eu un peu peur, heureusement que David était là! En effet il y a eu plein de bruits suspects, à un moment on aurai dit qu’il y avait un mec qui marchait autour de notre tente, mais en fait c’était le vent qui s’engouffrait dans la tour. J’ai même entendu un grognement genre ours!!! David me dit que j’entend des voix et que je suis un peu gaga mais moi je suis sure d’avoir entendu un truc dans ce genre, je ne suis pas folle! Bref toute seule je crois que j’aurai fait un arrêt cardiaque dans la nuit avec tous ces bruits flippants.
Le lendemain matin nous remettons le cap sur Pékin, nous tentons le stop mais ça ne marche pas du tout, ces rats d’égout de chinois ne s’arrêtent pas…
Prochaine étape Xian et l’armée des soldats en terre cuite!
DSC07874

DSC07856

DSC07854

DSC07801

DSC07788

DSC07816

DSC07910

DSC07827

DSC07820

DSC07833

DSC07917

DSC07807

DSC07859

DSC07920

DSC07864

DSC07873

DSC07891

DSC07897

IMG_2343

IMG_2334

IMG_2351

IMG_2331

IMG_2376

DSC07931

DSC07895

IMG_2353

IMG_2335

IMG_2375

IMG_2325

IMG_2342

IMG_2374

IMG_2345

IMG_2347

IMG_2371

IMG_2350

IMG_2354

IMG_2360

IMG_2368

IMG_2251

DSC07936

IMG_2256

IMG_2254

IMG_2265

Dans les hutongs de pekin les gens n’ont pas de toilettes chez eux, donc il y a des wc dans la rue tous les 20 metres! un paradis pour une pisseuse comme moi!!!
IMG_2262

Hutong
IMG_2270

IMG_2284

Poisson chinois
IMG_2285

Poissons chinois.
IMG_2289

David qui joue de son Ukulele dans un parc a pekin.
IMG_2301

IMG_2293

Une réflexion sur « Camping sur la Grande Muraille de Chine. »

  1. Roooh c'este le tronçon qu'on avait fait aussi c'était magique ! Bon on s'était bien fait en***** par le taxi mais le pique nique sur la grande muraille avait presque (je dis bien presque ) fait avaler la pillule lol !

    J’aime

Répondre à Pauline Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s