Voyage aux portes du Tibet.

Apres avoir passe quelques jours a Chengdu, je mets le cap vers l’ouest du Sichuan.
Cette region, anciennement appellee Kham est majoritairement peuplee de Tibetains. Jadis en effet le Kham etait l’une des 3 provinces du Tibet, les deux autres etant l’Amdo et l’U-Tsang.

Tout le monde m’a dit que si je voulais avoir un vrai appercu du Tibet, c’etait dans cette region qu’il fallait que j’aille. En effet le Tibet lui meme, et notammment Lhassa a ete entierement colonise par les chinois depuis l’invasion par ces derniers en 1951 du Tibet. Depuis les chinois s’emploient methodiquement a detruire la culture tibetaine et a persecuter les habitants du pays des neiges dans un sentiment de totale impunite et un laisser faire de la part de la communaute internationale.
Mon idee premiere etait d’aller directement visiter le Tibet, mais j’ai vite dechante. En effet pour visiter cette region les conditions sont tres strictes et contraignantes: necessite d’y aller avec un guide via une agence de voyage, avec un groupe d’au moins 4 personnes de la meme nationalite, prix du permis exorbitant… De plus je n’avais pas du tout envie que mon argent pour la visite du Tibet tombe directement dans les caisses de l’etat chinois plutot qu’entre les mains des Tibetains. Et puis suivre un guide chinois comme un petit toutou, c’est pas vraiment mon truc!
Donc c’est parti pour une dizaine de jours d’aventures dans cette region reculee de la Chine, aux portes du Tibet.
Le petit probleme c’est que le mois de decembre n’est pas la meilleure periode pour visiter le Kham…
En effet en me renseignant avant de partir j’ai vu des chiffres sur internet qui m’ont fait un peu peur, en nain de jardin tout frileux que je suis! -15, -20 degres… Quoiiiiii non mais je pars au pole nord ou quoi?? Resultat des courses il a fait vraiment tres froid, mais j’ai survecu.
Le truc c’est que pour se deplacer dans cette zone il n’y a que des bus, les trajets entre les etapes prennent en moyenne une bonne dizaine d’heures, et que donc les bus partent tres tot le matin,vers 6h du mat… Bien avant le lever du soleil, quand il fait biennnnnnn froid. Avec 6 epaisseurs en haut, 3 en bas, bonnet echarppe et compagnie, j’avais quand meme froid!
Mais en meme temps partir au mois de decembre a un gros avantage, et non des moindres: je n’ai pratiquement pas croise de touristes chinois! Et oui, pas de horde de chinois qui suivent a la queueleuleu leur guide hurlant dans le megaphone! Il fait trop froid pour ces derniers, c’est parfait!
Premiere etape de mon periple: la ville de Kangding, a une dizaine d’heures de bus de Chengdu. A la sortie du bus le vent glace me fouette le visage, il neige et il fait deja nuit. J’ai repere une auberge sur les hauteurs de la ville et je demande mon chemin aux passants qui m’aident volontiers.
Le marche est entrain de fermer, les marchands plient leur etalage pour la nuit. L’odeur de la viande et du sang me prend au nez lorsque je traverse la zone « boucherie » du marche. Sur les etalages sont poses d’enormes morceaux de viande d’ou s’echappe la queue du yak…
Pour arriver a l’auberge je dois gravir une colline et le chemin prend des allures d’ascension himalayenne car ici l’altitude est bien plus elevee qu’a Chengdu et mon corps n’est pas bien habitue pour l’instant. A l’auberge le dortoir est vide, et mon lit est tres vite chaud car dans le Sichuan ils ont la meilleurs invention de la planete, a savoir une couverture chauffante electrique qui chauffe le lit en quelques minutes! C’est plutot pas mal quand il fait dans les 5 degres dans la chambre. Par contre dur dur de quitter le lit au petit matin!
Je ne vais rester a Kangding qu’une seule journee. J’ai visite quelques monasteres tres sympas, mais ici c’est encore bien chinois, meme si on sent tout de meme une athmosphere tibetaine.
Le lendemain je mets le cap sur la 2eme etape, Ganzi, a une dizaine d’heures de bus.
Situee a 3300 m d’altitude la petite ville est beaucoup plus tibetaine que Kangding. Depuis le monastere du vieux village tibetain la vue est magnifique: a perte de vu des cultures en terrasses tapissent les collines et d’immenses montagnes enneigees crevent le ciel. Les drapeaux de prieres claquent au vent tandis que des tibetains font le tour des chorten en chantant et en faisant tourner leur mini moulin a priere.
Tout est tellement si calme, si paisible… tellement loin de l’ambiance que j’ai pu rencontrer lors du reste de mon periple en chine!
Dans les ruelles du vieux village les moines en toge rouge se fraient un chemin entre les yaks et les chevres qui vagabonnent nonchalamment, a la recherche de nourriture dans les poubelles. Une tres vielle femme assise pres de sa fenetre me salue avec enthousiasme, en me criant « Tashi Delek » (bonjour en Tibetain)!
Les moines sont eux aussi tres gentils et m’invitent a entrer dans la salle principale du monastere et a prendre en photo une relique inestimable: l’emprunte des mains du Dalai Lama, le chef spitituel des Tibetain pousse a l’exil par les chinois en 1959 et qui trouva refuge a Dharamsala, dans le nord de l’inde. Ce dernier est venu a Ganzi il y a quelques annees, et en me promenant les tibetains que je croisais me parlaient tous de la visite du Dalai Lama et des endroits ou il est alle lorsqu’il etait dans leur village. Ils sont tous extrêmement fiers de cette visite, et on peut les comprendre!
Le lendemain je mets le cap sur une etape que j’attends avec impatience, depuis tres longtemps: Larung Gar. Il s’agit d’un village monastique perche a flanc de colline, ou vivent pas loin de 40 000 (!) moines et nonnes, a 4000m d’altitude. Ce village fait figure de veritable ecole du bouddhisme car c’est le siege de la plus grande universite bouddhiste au monde ou sont enseignees les differentes traditions du bouddhisme tibetain. Des milliers de disciples de la planete convergent vers cet endroit sacre pour y suivre l’enseignement religieux.
Quand le minibus arrive au village, je n’arrive pas a y croire mes yeux. Je ne pouvais pas croire que quelque chose d’aussi enorme pouvait exister sur le plateau tibetain. Des milliers de petites maisons rouges ou habitent les nonnes et les moines tapissent la vallee mais aussi les immenses collines ou flottent les drapeaux tibetains.
De nombreux monasteres, chorten et moulins a prieres geants parsèment le village monastique. Les ruelles qui serpentent sur les collines sont minuscules et les nonnes et les moines se faufilent tant bien que mal, se dépêchant d’aller a leur cours ou bien ramenant de l’eau depuis la fontaine.
Il y a aussi de nombreux pelerins, et la ferveur religieuse qui s’emane du site est fascinante.
Les chemins de moulins a prieres sont envahis par les fideles qui chantent des mantras pendant qu’ils font tourner les moulins. Autour de ces derniers des familles ont accroche la photo d’un proche disparu, pour qu’il soit beni par les lieux. Beaucoup de tibetains se prosternent pendant des heures devant un immense bouddha, sur leur planche a prieres…
C’est aussi dans ce village ou je vais assister au Sky Burial, cet enterrement celeste tellement different de nos pratiques occidentales…
Larung Gar est un endroit vraiment magique, hors du temps. Pour le rejoindre il faut prendre une route de terre cabossee pendant environ 7h, en minibus. La route passe par plusieurs cols et traverse des hameaux perdus, constitues de quelques dizaines de ces superbes maison tibetaines a toit plat, magnifiquement sculptees et peintes d’une multitude de couleurs.
Nous traversons des paysages a couper le souffle ou des troupeaux de yaks paissent sereinement sous le regard protecteur de leur berger. Les yaks sont omni presents et parfois on les distingue sous la forme de petit points qui se deplacent lentement sur les collines lointaines, ou l’ombre des nuages vient de temps en temps assombrir l’herbe cramoisie en cette saison.
D’ailleursLarung Gar ne figure pas encore dans le Lonely Planet, et esperons que les guides touristiques ne le mentionne jamais, histoire que ce village garde le plus longtemps possible cette athmosphere authentique et presque irrealiste…
Apres 2 superbes jours a Larung Gar je remet le cap sur Ganzi, puis je prends un mini van pour Litang, a une dizaine d’heures de route plus au sud. La route est magnifique, difficilement descriptible. Elle suit pendant longtemps une riviere qui passe par de minuscules villages tibetains ou trone bien souvent un monastere plus ou moins grand. Des drapeaux de prieres multicolores tapissent les collines, et je me demande comment les tibetains peuvent aller accrocher ces drapeaux sur une pente aussi abrupte. Sans doute que leur ferveur bouddhiste leur font pousser des ailes!
Parfois la vallee se transforme en canyon et la tranquille riviere se mue en un torrent vrombissant, et les roues de notre van ne sont souvent qu’a quelques cm du precipice…. Mieux vaut ne pas regarder et faire confiance au chauffeur, qui conduit a toute allure sur la route sinueuse tout en telephonant avec son portable…
Litang ne fait pas exeption a la beaute de ces paysages irreels et a la gentillesse et le formidable accueil des tibetains. Dans cette petite ville il y a la aussi bien sur un monastere ou l on croise de nombreux moines et fideles.
Apres une dizaine de jours dans l’ouest du Sichuan je remets le cap sur Chengdu.
Ce sejour m’a vraiment plu vous l’aurez compris. Les tibetains sont vraiment adorables, accueillants, souriants… Que du bonheur!

 Video des pelerins bouddhistes a Larung Gar.

DSC00972

Larung Gar

DSC00751

Sur les hauteurs de Larung Gar

DSC00712

DSC00784

 Pelerins a Larung Gar

DSC00792

DSC00691

DSC00677

Sichuan-Province-Map

 Mon parcours dans l’ouest du Sichuan.

DSC00729

DSC01029

Bon appétit!

DSC00683

 Larung Gar

DSC00708

DSC00795

Monastere  a Larung Gar

DSC00686

DSC00772

DSC00735

viande yak

Boucherie au marche.

DSC00989

DSC00700

Les ruelles sinueuses de Larung Gar

DSC00716

DSC00718

DSC00737

DSC00721

DSC00756

DSC00970

DSC00787

DSC00722

DSC00727

DSC00797

DSC00998

Pelerins et moulins a priere a Larung Gar

DSC00767

DSC00968

DSC00785

Pelerins et planche a priere a Larung Gar

DSC00788

DSC00782

DSC00940

DSC00971

DSC00946

DSC00958

DSC00961

DSC00974

DSC00984

DSC00964

DSC00977

DSC01004

Soupe tibetaine.

DSC01001

DSC01007

 Monastere a Litang.

DSC01010

DSC01014

DSC01019

DSC01022

DSC01031

DSC01025

DSC01092

Mais non vous n’allez pas etre malade!
DSC01094
 Video de la puja au monastere de Kangding.

Video des pelerins et moulins a priere Ganzi.

DSC00531

 Monastere Kangding

DSC00659

 Bebe yak Ganzi

DSC00572

 Monastere Kangding.

DSC00619

Ganzi

DSC00537

Monastere Kangding

DSC00522

 Kangding

DSC00624

 Ganzi

DSC00598

DSC00549

DSC00626

 Les empruntes des mains du Dalai Lama, Ganzi

DSC00546

 Kangding.

DSC00631

Moulins a prieres sur chorten, Ganzi.

DSC00565

DSC00634

DSC00577

 Kangding.

DSC00644

 Sur les hauteurs de Ganzi.

DSC00580

 Kangding.

DSC00652

DSC00585

DSC00590

DSC00663

DSC00665

DSC00599

DSC00607

DSC00593

DSC00664Pause sur le trajet Ganzi-Larung Gar
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s