La laguna de Quilotoa.

Après m’être bien régalée du spectacle des baleines de Puerto Lopez je prends un bus de nuit pour rejoindre Quito, la capitale. Une fois là bas, je me repose un peu et je repars à l’aventure. L’objectif est la laguna Quilotoa, à cinq heures de bus environ de Quito. Pour y aller je vais prendre plusieurs  bus locaux, c’est bien plus marrant que de faire une excursion organisée depuis la capitale, et surtout beaucoup moins cher! Dans le bus se pressent des paysans avec leurs gros sac de farine, des cholitas avec leurs produits pour le marché, des équatoriens en costume pour aller à une fête religieuse, des coqs, des poules…. On est serrés comme des sardines mais bon c’est pas grave c’est ça l’ aventure en Amérique du sud!

J’arrive à Quilotoa dans un froid glacial, le vent souffle très fort. Je dégote un hôtel par cher, 10 dollars avec le dîner et le petit dej… Une fois installée je pars à l’assaut du lac.
Le paysage est magnifique, à l’image de l’équateur: il y a là un énorme cratère rempli d’une eau qui devient turquoise au moindre rayon de soleil. Sublime! La caldeira quasi circulaire mesure 3km de diamètre, le lac quant à lui se situe 340m plus bas, avec un diamètre de 2 km. Vraiment très impressionnant! On peut prendre un chemin pour aller tout en bas, au fond du lac. J’avoue que j’ai eu la flemme, j’ai préféré rester en haut quand j’ai vu tous les gens remonter essoufflés comme des bœufs et frôlant la crise cardiaque! Le paysage vu d’en haut me suffit amplement.
DSC01642
DSC01654
DSC01647
Après avoir passé la nuit bien emmitouflée dans mon duvet je me lève, prends une douche glacée ( j’ai jamais cru la nana de l’hôtel quand elle m’ a dit qu’il y avait de l’eau chaude et j’ai bien fait!), je prends un bon petit dej et je vais dehors à la recherche d’autres personnes pour aller au village suivant, Chugchilan. En effet on peut se rendre à se dernier soit en prenant l’unique bus quotidien qui passe par là, soit en faisant une rando de 10km d’abord sur les bords du cratère puis dans la campagne.
Vous commencez à me connaitre, moi je veux à tout prix faire la rando!!
Le problème c’est que je suis une nana tout seule et que c’est pas très prudent de partir comme ça dans la nature. Je vais voir plusieurs gérants des quelques hôtels du mini village pour leur demander s’ils ne savent pas si il y a des groupes de randonneurs partant ce matin pour la rando. Tous me répondent que non mais que par contre il y a plein de guides disponibles. Mais je ne peux pas me le permettre, 30 dollars c’est mon budget pour deux jours entiers, impossible. Je demande si c’est dangereux toute seule, un mec me dit qu’il y a quelques annexes de ça une espèce de fou du village a tué un père et son fils sur le chemin. Gloups!
Je sors mais il n’y a pas grand monde sur les bords du cratère. Je tombe sur Seth, un anglais qui fait des études à Manchester en zoologie, je le gratte pour qu’il vienne avec moi mais il veut descendre au fond du cratère. Tant pis, je me mets au bord du chemin et j’attends qu’un hypothétique groupe passe par là. Après une demie heure d’attente, je craque! Tant pis je me lance toute seule, je vais croiser les doigts pour ne pas tomber sur un mauvais pervers!
Le panneau au début du chemin dit que ce dernier est marqué avec des flèches bleues… Sauf que toutes les flèches bleues on disparues, surement enlevées par des locaux qui voulaient que les touristes prennent un guide, histoire de ne pas perdre leur poule aux œufs d’or!
Le chemin longe d’abord le cratère puis se divise… Beh voyons ça m’aurai étonné!
Je vois un grand-père au loin, je cours pour le rattraper mais ce dernier a beau avoir dans les 90 ans il est rapide comme un cabri. J’arrive tant bien que mal à le rejoindre, complètement essoufflée à cause de l’altitude et du poids de mon sac à dos. Je lui demande le chemin et me l’indique gentiment; je vais croiser plusieurs locaux qui m’aiguilleront car le chemin se divise souvent.
Le paysage est vraiment magnifique. le vent souffle dans l’eau du lac et ça fait comme des tourbillons… De l’autre côté aussi la vue est très belle, avec des collines vertes à perte de vue où s’étalent des cultures en terrasses, le tout entrecoupé par d’immenses canyon.
Puis j’arrive finalement à un panneau qui m’indique un lieu dit où je devais passer. Ouf je ne suis pas perdue! Je quitte alors le bord du cratère pour aller marcher dans la campagne.
Ça descend énormément et là je croise une nana que j’ai vu dans le bus la veille, on était les deux seules étrangères.
Ça fait du bien de croiser une autre fille qui voyage toute seule! Elle est allée jusqu’à Chugchilan en bus et fait la rando depuis ce village, avec un guide. Je lui souhaite bon courage, elle va bien en avoir besoin car ça grimpe tout le long alors que moi je fais tout en descente.
Puis pendant les heures qui suivent je marche sur un chemin qui traverse un petit village, des cultures… Je croise quelques paysans qui font la récolte de leur champ, des écoliers sur le chemin de l’école… Puis j’arrive au canyon qu’il faut que je descende pour rejoindre le village.
La vue depuis le mirador est encore exceptionnelle. Je descends le canyon mais forcement après l’avoir descendu il faut tout remonter de l’ autre côté! Je vous passe les détails, j’arrive de l’autre côté jetant mon sac par terre et en m’étalant sur l’herbe. comme si je venais de gravir le K2.
Après avoir repris mon souffle j’arrive enfin au village, où je dévore un repas en deux minutes tellement j’avais faim! Je finis l’après-midi dans le hamac devant ma chambre, telle une serpillière en décomposition.
Le soir je vais manger dans le resto de l’hôtel et là j’ai un peu honte car je reconnais le mec avec qui j’ai parlé plus tôt dans l’après-midi et qui raconte aux autres qu’il fait des études de zoologie à Manchester… Mince c’est Seth, le mec de ce matin! Je l’avais carrément pas reconnu, mais pour ma défense ce matin quand je lui ai parlé il avait sa capuche sur la tête, alors que là il avait d’autres vêtements et pas de capuche et du coup je ne l’ai pas reconnu avec ses cheveux longs blonds roses verts et complètement rasés sur un côté du crâne!
Il veut faire une rando le lendemain, jusqu’à un autre village, et du coup je m’incruste avec lui, trop contente d’avoir une autre personne avec qui randonner.
DSC01658
DSC01675
Sur les bords du cratere.
DSC01659
DSC01660
DSC01682
DSC01690
DSC01688
DSC01691
DSC01692
DSC01704
DSC01710
Une cholita qui travaille dans son champs.
DSC01715
DSC01727
DSC01712
DSC01718
L eglise d un petit village que j ai traverse.
DSC01724
DSC01731
Des paysans qui font la recolte.
DSC01734
Sur le mirador, avant de descendre dans le canyon.
DSC01742
Mon museau.
DSC01744
DSC01746
DSC01749
En descendant dans le canyon.
DSC01753
DSC01754
DSC01757
DSC01758
Arrivee de l autre cote.
DSC01760
DSC01767
J ai descendu tout ca.
Le lendemain donc départ à 9h pour le village de Isinlivi, avec Seth. Normalement la rando dure 4h. Je ne le sais pas encore mais la journée va se transformer en une énorme galère et l’on va marcher pendant 8h!
Tout se passe bien pendant trois heures. Les paysages qui défilent sont vraiment majestueux, encore plus que ceux de la veille. On va traverser un magnifique village complètement paumé au fond de la montagne, qui n’est joignable qu’à pied. Il y a quelques maisons, une église bien sûr et une école.
Là je pense aux écoliers des environs qui doivent se taper le canyon que nous venons de descendre pour remonter chez eux, au moins deux fois par jour. Dire que moi pour aller au collège il fallait que je marche un quart d’heure, c’était plat et encore je prenais le bus! Les conditions de vie dans ces endroits coupés du monde sont vraiment très pénibles, j’ai bien de la chance de ne pas être née ici!
Puis on continue, on passe plusieurs ponts, on traverse des champs…
Et puis le drame. A un moment donne on tourne à droite et on descend tout alors qu’en fait il fallait prendre à gauche et continuer à monter. On ne s’aperçoit pas de suite de notre erreur, d’autant plus que au loin on voit un village que l’on pense être le bon. On descend tout (et donc après il va falloir tout remonter) jusqu’à la rivière qu’on est censé devoir traverser avec un pont que montre le plan, sauf que là beh on ne trouve pas le pont.
On continue à marcher une bonne demie heure, puis je vais quand même demander mon chemin à une maison sur notre route. Là la nana nous dit haaa mais non vous vous êtes trompés c’est pas du tout par ici, c’est de l’ autre côté!! Aaarrrgggh les boules! Mais elle nous dit que en montant plus haut on peut récupérer un chemin qui mène au village. Bon beh c’est parti! Du coup on grimpe on grimpe mais les chemins sont très traîtres là-bas: on crois que ce sont des chemins mais en fait c’est pas du tout des chemins, c’est juste des trucs qui mènent à des champs et voila tout. On continue, on croit voir un chemin au loin; on avance, la végétation commence à être plus touffue, le mini chemin s’enfonce dans les ronces, et finalement quand on arrive au soit disant chemin on se rend compte que c’est une feinte et que c’est rien du tout en fait.
En plus on peut pas aller plus loin, un canyon avec une rivière nous bloque la route. On se résout à faire demi tour, on a manifestement raté un épisode! Là on se retrouve pas trop, moi je pense qu’il faut redescendre par le pseudo chemin par lequel on est arrivé mais Seth pense qu’on devrai monter plus haut.
Résultat on se retrouve dans un endroit encore plus paumé, dans une pente à 90 degrés où il ne vaut mieux pas tomber sous peine de rapatriement sanitaire! Pour continuer à avancer, il faut passer sous des barbelés, obligée de passer mon sac d’abord puis moi, je me lacère des mains en attrapant un arbuste qui coupe, j’ai du sang de partout, puis il faut que j’attrape le sac de Seth, que je le mette en sécurité pour me pas qu’il dévale la pente, le sac pèse une tonne… bref la galère lol.
Une fois qu’on a passé les barbelés on s’assoit deux minutes puis je monte voir ce qu’il y a en haut, c’est-à-dire rien du tout. Donc résultat il faut qu’on redescende; je descends tout sur les fesses, se mettre debout c est vraiment du suicide. Seth lui a trouvé une bonne technique il fait de la luge avec son sac à dos! Une fois arrivée en bas de la pente je rentre dans une cour où il y a une espèce de cabane.
J’aperçois deux enfants, mais ils partent se cacher. Apparemment ils sont seuls car personne ne répond aux appels. Enfin seuls pas tout à fait, un molosse sort de la cabane et se jette sur moi, en me mordant les mollets!! Bon enfin un molosse j’exagère un peu c’était plus une espèce de petite saucisse, avec une patte cassée mise dans une attelle de fortune. Mais même en nain de jardin handicapé et enragé qu’il est il réussi à me mordiller les mollets!
Je détale en courant, morte de rire, en criant à Seth de courir… Une fois le monstre hors de portée on se pose deux minutes, moi j’en peux plus de rire de la situation… On reprend le chemin, dans le champs de la cabane où je me suis faite agresser il y a un bébé de pas plus d’un an, tout seul dans le champs, normal quoi! Les parents sont sans doute partis travailler en laissant les enfants.
On continue, bien déterminés à trouver ce maudit chemin qui va nous mener au village. Là on croise une autre maison, d’ou sort un grand-père qui nous explique qu’il y a bien un chemin et nous montre la direction. Je comprends rien à ce qu’il dit, il parle bien trop vite, mais bon on repart dans la direction indiquée, après avoir fait le plein d’eau chez lui. Heureusement car on était à sec!!
On part donc dans la direction en question, on trouve pas, je re rentre dans une autre maison, je manque de me faire bouffer par un molosse, cette fois-ci un vrai, qui a lui aussi la patte cassée dans une attelle, à croire qu’il se sont donnés le mot. Je retombe sur une grand-mère, je comprends rien, je me demande si elle parle espagnol ou bien quechua, dans ce cas là c’est pas étonnant que je ne comprenne rien!
Puis par chance on tombe sur une nana plus jeune, qui nous montre la direction à suivre. On est très septique car on marche dans l’herbe, y a pas vraiment de chemin dans cette direction. Mais où il est ce maudit chemin! Une fois de plus on ne trouve rien, au loin je vois un mec dans la cour de sa cabane alors je lui demande en criant où est le chemin pour aller au village. Il me montre la direction que la nana nous a montré, alors bon on continue.
Là il y a encore des barbelés, on se dit c’est pas possible c’est un traquenard ils veulent nous faire la peau en fait!! Une fois qu’on a re rampés sous les barbelés un miracle se produit. Il y a là effectivement un minuscule chemin qui semble s’agrandir au fur et à mesure que l’on avance.
Et là on croise un ange tombé du ciel sous la forme d’un paysan du coin. Je lui saute dessus pour lui demander si c’est bien le chemin pour aller jusqu’à Isinlivi. Quelle ne fut pas ma joie quand il nous répond par l’ affirmative! Je saute de joie et manque presque d’embrasser le villageois. Bon heu je me suis contente de le serrer dans mes bras il a rien du comprendre le pauvre. Alala ces touristes ils sont fous!!
On est pas autant sortis d’affaire. Le mec nous dit arf c’est pas loin, le gros chemin est juste à côté vous verrez! Sauf que l’on marche et qu’on ne voit pas du tout l’ombre du gros chemin. D’autant plus que ça monte! Et oui, vu que l’on a descendu tout le canyon et bien forcement maintenant il faut tout remonter! La montée nous semble interminable. On va croiser une nana qui nous dit elle aussi qu’on est presque arrivée, mouais j’ai du mal à la croire. En distance équatorienne peut-être mais pas en distance française en tout cas!!!
Elle me demande si je n’ai pas un peu d’argent pour qu’elle puisse s’ acheter des médicaments pour sa rage de dents, je lui donne mon stock de doliprane en essayant de lui expliquer le dosage… Pas sure qu’elle ait tout compris mais elle repart toute contente en tout cas.
Enfin après une interminable montée je crois apercevoir la route. Seth veut faire une autre pause mais je lui dis que moi je fonce, je veux en finir une bonne fois pour toute. Et en effet, pour une fois je ne me suis pas trompée, le chemin que j’ai aperçu est bien le bon!
Ça y est! Victoire on a réussi!!
Je cris à Seth qui est en train d’agoniser plus bas que notre torture est finie, du coup il rassemble ces dernières forces pour un ultime effort. Et c’est comme ça qu’on se retrouve sur la bonne route, tels deux marathoniens qui se sont trompés dans le parcours et qui on du tout recommencer depuis le début!
La joie est de courte durée car on comprend vite que l’on est pas arrivés au village pour autant!
Il nous reste plusieurs km. Mes pieds sont en sang, je n’ai jamais eu autant mal de toute ma vie en marchant. Je soupçonne fortement mes chaussures de rando d’avoir rendu l’âme et de me faire désormais souffrir atrocement.
Je finis par me mettre en tongs, lorsque soudain j’entends un bruit que jamais je n’aurai penser autant aimer: c’est le bruit d’une voiture!! Je me plante alors au milieu de la route, en faisant d’immenses signes au chauffeur en agitant mes chaussures de rando dans le ciel. Il
a sans doute du hésiter, car croyez moi la vision de ce nain de jardin planté au milieu de la route en tongs et en agitant ses chaussures de rando du bout de leur lacets ne devait pas être très rassurante. Le chauffeur s’arrête quand même, dans un nuage de poussière. Il est d’ accord pour nous prendre en stop! Je m’engouffre dans sa voiture comme si un autre chien était à mes trousses pour me bouffer.
Il nous amène sur la place du village à quelques km de là. Puis on trouve l’ hôtel, où je prends la meilleur douche de ma vie et où je vais finir ma soirée devant la cheminée, comme si j’avais 90 ans. Avec la journée que je venais de passer, j’en étais pas loin!!!
DSC01770
DSC01771
DSC01773
DSC01776
DSC01781
DSC01782
Le petit village paume.
DSC01785
DSC01786
Video du village.
DSC01788
DSC01790
DSC01792
DSC01795
DSC01800
DSC01804
DSC01805
DSC01780
DSC01806
DSC01808
DSC01809
DSC01810
DSC01811
DSC01815
DSC01816
DSC01819
On aurai pas du descendre ici!
DSC01820
DSC01822
Quand y en a marre…
DSC01823
L agonie.
DSC01826
Le fameux chemin!
DSC01827
DSC01828
On est pas encore arrives!
DSC01830
Mon pote punk de manchester.
DSC01831
DSC01832
DSC01835
DSC01834
DSC01833

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s