C est parti pour les trek des annapurnas!

 Voici le récit du trek du tour des annapurnas, tiré du journal que j’ai essayé de tenir tant bien que mal pendant les deux semaines du trek. Désolée ça a mis beaucoup de temps, mais je n’ai pas eu une minute pour m’en occuper, et en ce moment je suis au Bangladesh, alors les bonnes connections se font rares!
C’est assez décousu, pas tout le temps dans l’ordre et pas tout le temps intéressant non plus, je raconte un peu trop ma vie et parfois des détails inutiles! Mais je n’ai pas envie de tout trier alors lisez ce que vous voulez je ne vous en voudrai pas si vous en zappez lol!
N’hésitez pas à regarder les vidéos, certaines sont assez cool et montrent bien ce que j’ai vécu pendant le trek..
Mardi 30 0ctobre 1er jour de trek  de Besisahar, 820m à Babundanda, 1310m.
Ça y est, c’est parti pour le trek des annapurnas! Cela fait des années que je rêve de faire ce trek. Selon national geografic, il s’agit du plus beau trek du monde. Rien que ça! Donc bon je pars vérifier, c’est
 parti pour 3 semaines de rêves mais aussi je pense de galère…
Le parcours fait 210 km, plus une cinquantaine pour l’aller voir le lac de Tilicho… Soit environ 260 km à faire sur trois semaines au max…. Ça promet!
Avec nico on a choisi de ne pas prendre de guide. Effectivement le chemin est très bien balisé, impossible de se perdre. De plus on croise toutes les heures des hameaux et villages où l’on peut manger et dormir. Pas de porteurs non plus, j’ai choisi de porter moi même mon sac, car j’ aurai l’impression de tricher si quelqu’un d’autre le porte. C’est une première pour moi, je n’ai jamais fait de trek aussi long et en portant mon sac, j’espère que ça va aller!! Il pèse une douzaine de kg, je n’ai pris que le strict nécessaire. Quand je l’essaie à l’hôtel il n’est pas très lourd en comparaison avec d’habitude mais peut-être que quand je cracherai mes poumons sur le chemin ça sera une autre histoire!!
A 5h45 nous prenons le chemin de la gare routière. Les rues de Pokora sont presque désertes et silencieuses, ce qui change de la fourmilière de la journée!! On monte dans notre bus qui va nous amener à Besisahar, a 4h de là. Le trajet est assez folklorique, les gens s’entassent debout, même quand il n’y a plus du tout de place le chauffeur continue à s’ arrêter et à faire entrer des gens dans le bus.
Heureusement on est assis, mais l’espace est tellement réduit entre les sièges que je suis cassée en deux… et pourtant je suis un nain de jardin! Nico lui est beaucoup plus grand et le trajet se transforme vite en torture… Le bus va passer par plein de petits villages animés ainsi que des paysages de rizières et de champs. On arrive quatre heures plus tard à Besisahar et là il faut qu’on prenne un autre bus pour le village de Bhulbule, point de départ du trek. Malheureusement le bus est déjà plein à craquer de villageois! Du coup le chauffeur nous fait monter… sur le toit!
On se retrouve à sept randonneurs sur le toit, plus quelques enfants, plus les sacs! Sensations garanties! La route est complètement défoncée, en France on ne penserai pas y aller autrement qu’en 4/4, et bien au népal on y va en bus! A chaque bosse ou nid de poule, et y en a toutes les trois secondes, je manque de m’envoler! Heureusement je peux m’accrocher à une corde qui tient les sacs. Alors voyager sur le toit d’un bus j’avais jamais fait de ma vie, et c’était sympa, on a bien rigolé!
Après 45min de trajet plus que chaotiques nous arrivons enfin à Bhudubule. Après nous être fait enregistrer au bureau des gardes du parc, c’est parti! Nous allons marcher environ 4h, à travers des paysages toujours très verts, avec la rivière qui coule à côté, les immenses montagnes au loin; les enfants nous courent après pour avoir une pièce, les habitants nous hèlent de tous les côtés pour venir passer la nuit dans leur guest house…
Puis nous attaquons la dernière montée de la journée pour atteindre le village de Bahundanda, à 1310m, perché sur une colline. Les paysages de cette première journée étaient sympas mais sans plus. J’ai déjà vu pas mal d’endroits comme ça auparavant pendant mon voyage, en équateur notamment. Moi j’ai surtout hâte d’approcher les montagnes! D’autre part je suis assez contente car pour l’instant je supporte assez bien le poids de mon sac. Mais bon ce n’est que le premier jour!!
Le parcours du combattant!
IMG_3218
IMG_3224
IMG_3215
IMG_3211
IMG_3207
Un petit temple dans je ne sais plus quel village…
IMG_3203
IMG_3198
IMG_3197
 

Le 2 novembre, 4 eme jour de trek. De Chame 2710m, à Pisang 3250m.
Ce matin, lever à 7h. On a que 5h de marche à faire aujourd’hui hui, donc on s’est fait plaisir, on a fait une grasse mat jusqu’à 7h! Il fait un froid polaire dans la chambre. On descend prendre le petit dej, avec le fameux podridge and apple. Vers 8h30 on se met en route. Les autres tracent rapidement devant. Avec nico on se demande à quoi ils carburent, c’est pas possible! On est loin derrière eux, et pourtant j’ai l’impression d’ avancer super vite. Mais je suis super fière de moi. Le sac doit faire une douzaine de kg et même plus avec les litres de flotte mais je le supporte très très bien, même dans les montés! Bon ok la fermeture centrale est hs et le sac couine à chaque pas que je fais, mais bon il assure quand même! Mes bâtons de marche aussi assurent, c’est vraiment de la bombe. J’ai l’impression de voler avec eux! Enfin c’est juste une impression car bientôt je commence à avoir de sacrées ampoules aux pieds…
Comme une truffe géante que je suis j’ai mis des chaussettes trop fines. Obligée de m’arrêter pour les changer! Les paysages changent et sont de plus en plus beaux. Moi qui avais peur et qui étais déçue par rapport aux premiers jours (je sais je suis blasée), je me réjouis désormais des paysages magnifiques qui s’offrent à moi. Le sentier traverse une épaisse forêt, dans une vallée étroite et encaissée.
On traverse la rivière Marsyangdi khola, dont l’eau est bleue turquoise, à travers des ponts qui tanguent comme s’ils allaient s’écrouler lorsqu’on les traverse. Puis on aperçoit la paroi rocheuse impressionnante du Paungda Danda, une montagne qui semble avoir été coupée au sabre. Ça m’a fait penser à une montagne assez semblable que j’ai vu sur la promenade des glaciers, dans les rocheuses de l’ouest canadien il y a quelques années. Puis ça grimpe dur dur après la rivière, mes ampoules me font de plus en plus souffrir.
On arrive à Dhukur Pokhari, on pense prendre le dej ici, j’étends mon linge mouillé au soleil… Et puis finalement on repart deux minutes plus tard, car le serveur est un con qui ne veut pas nous servir, on sait pas trop pourquoi… Bref j’ai rien compris, toujours est-il qu’on doit tout remballer. Pas de pause pour nous!
Les autres partent sans nous attendre, ce qui a le don d’énerver nico lol. Moi je m’en fou. Une heure plus tard on arrive enfin à Pisang, 3240m. Le village est magnifique. Les vaches et les chèvres se baladent dans les rues, on a vraiment l’impression d’être au fin fond du Népal.
Il fait un froid de canard par contre. On arrive enfin à l’hôtel, quel plaisir d’enlever ces chaussures! Mes pieds sont dans  un très sale état, et ce n’ est que le 4eme jour de trek! Il me reste  le plus difficile à faire… Ça promet!
Après nous être installés, nous prenons le repas tant mérité: macaroni and cheese pour moi, of course! J’engloutis le plat en 2/2, malheureusement personne ne laisse de left over dans son assiette… Tant pis! Puis avec nico nous montons au Upper Pisang, la partie du village adossée sur le flanc de la colline. Ça grimpe dur dur mais c’est vraiment magnifique. On a des vues sur les annapurnas, je ne sais pas lequel c’est mais tant pis la vue est vraiment démente.
On arrive au sommet de la colline, où il y a un monastère. Les drapeaux de prière flottent au grès du vent, les moines vaquent à leurs occupations, le soleil se couche derrière l’annapurna… Puis le soir je prends une douche chaude avec un seau que la nana de l’hôtel a bien voulu me faire chauffer. Ça fait du bien! Je n’en perds pas une goutte et je me prends le seau dans la tête quand je me verse les dernière gouttes…
Le soir je vais remplir les bouteilles d’eau dans une fontaine, je slalome entre les vaches, les enfants qui jouent, les habitants qui rentrent chez eux. Puis j assiste a un superbe moment: les nuages sont complètement roses, on dirait une aurore boréale. J’en ai jamais vu en vrai  mais ça m’a fait penser à ça.
Puis le soir on se retrouve avec le groupe qui s’est formé depuis quelques jours: Lara et Paco, deux frère et sœur espagnols; Chris, un norvégien qui n’a que 24 ans et qui voyage depuis quelques années, en rentrant de temps en temps chez lui pour se faire trois sous et repartir, il est allé un peu de partout dans le monde; Mirka, une finlandaise; Stan, un français de Dijon qui voyage en Asie pendant sept mois, et Daniel, un new-yorkais de Brooklyn, qui habite à moins d’un km de là où j’habitais lorsque j’étais jeune fille au pair à Newyork, il y a déjà 12 ans… Le monde est petit quand même!
IMG_3190
La paroie du Paungda Danda, depuis le village de  Dhukur Pokhari.
IMG_3188
IMG_3184
IMG_3183
IMG_3174
Montee vers le monastere de Pisang.
IMG_3180
IMG_3178
IMG_3172
IMG_3170
IMG_3160
IMG_3155
IMG_3152
IMG_3144
Le monastere de Upper Pisang.
IMG_3128
IMG_3138
IMG_3137
IMG_3134
IMG_3120

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s