La torture du trek à cheval et la vallée d’Orkhon

Après avoir passé une superbe semaine dans le désert de Gobi nous sortons de ce dernier et nous nous dirigeons vers le centre de la Mongolie.
Nous nous arrêtons quelques jours dans la vallée d’Orkhon, pour y faire un mini trek à cheval. En effet il était impossible pour moi de partir de Mongolie sans avoir fait du cheval!
Ce pays est par définition LE pays du cheval, celui où les steppes verdoyantes parsemées de yourtes sont le lieu rêvé pour chevaucher son fidèle destrier cheveux au vent, avec une immense sensation de liberté qui s’émane de ces immensités immaculées…
Oué beh ça c’est que du blabla!! En fait la vérité est bien loin de la carte postale! Pour ceux qui sont pas au courant: le cheval c’est de la torture et ça fait mal au cul!!!!!!!!
En effet après environ 5 minutes sur le cheval je commence déjà à avoir mal de partout. Au bout de 2 heures j’en peux plus et juste avant d’arriver à la yourte je suis littéralement en train d’agoniser.
Je me dis que c’est pas possible, je dois avoir une malformation au cul! Comment font-ils tous ces gens depuis des millenaires, à monter sur des chevaux comme si de rien n’était alors que pour moi c’est une torture! Ils font tous semblant de ne pas avoir mal ou quoi?? Ils sont maso? Pourtant dans Game of Thrones ils ont tous l’air super content d’être sur cet instrument de torture à 4 pattes!
Je sais que je ne suis pas habituée à monter à cheval mais quand même, faut pas abuser! J’ai cru qu’on enfonçait des clous dans mes genoux et que quelqu’un avait pose des braises ardentes sur mes pieds.
Non mais quelle horreur le cheval!! Franchement je ne pense pas être une petite nature et je ne me plains pas souvent, mais là c’est juste pas possible.
Une fois qu’on arrive à la yourte je saute du cheval comme si on avait mis une bombe prête à exploser autour de son cou. Je suis presque obligée à marcher à 4 pattes pour rentrer dans la yourte lol!
Les gens qui nous hébergent sont gentils mais assez distants.
Il faut mettre un autre truc au clair par rapport à la Mongolie. Quand on pense à ce pays on pense à l’hospitalité légendaire des mongols; comme quoi ils accueillent les étrangers dans leur yourte par pure hospitalité et générosité. Cette réputation est à nuancer. C’était peut-être comme ça avant, mais de nos jours c’est différent.
Aujourd’hui les familles mongoles qui habitent dans les endroits touristiques ont monté un véritable business. En clair si l’on veut dormir dans une yourte il faut payer. C’est pas donné en plus, dans les 15 dollars. Idem pour les repas. Je pense que le tourisme qui s’est développé dans le pays ces dernières années a quelque peu encorné cette réputation de l’hospitalité hors du commun.
Mais bon moi perso je ne leur jette pas la pierre et je comprends. Ces gens vivent très chichement et grâce à cet argent ils améliorent leur niveau de vie. Mais du coup beaucoup de touristes sont déçus quand ils quittent la Mongolie, car ils n’ont pas vraiment vu cette hospitalité légendaire.
Bref on arrive dans la famille, mais ils ne sont pas très bavards. On ne sait même pas si on peut rentrer dans la yourte ou pas, personne ne nous dit rien. Je crois avoir lu qu’en Mongolie il faut rentrer dans les yourtes sans frapper au préalable et sans y avoir été invité mais je suis plus trop sure. Au bout de 20 min notre guide nous fait signe de rentrer quand même.
La mère de famille nous prépare à manger, une espèce de mélange de thé et de beurre avec des mini bouzes, des petite raviolis farcies à la viande, c’est très bon.
Puis je marche un peu pour aller demander dans une yourte si je peux brancher la batterie de mon appareil photo. Grâce à un générateur solaire (je pense pas que ça s’appelle comme ça) une famille a l’électricité dans sa yourte. Ils me disent pas de problème pour que je branche ma batterie.
Ils sont super sympa: ils m’offrent des mûres sauvages, des petits gâteaux et ils m’invitent même à rester pour leur dîner du soir.
Et devinez ce qu’on mange dans une yourte au fin fond de la steppe mongole? Du mouton bouilli! Comme au kirgyztan!! Le mouton est découpé en petits morceaux dans une bassine et tout le monde se sert comme ça, avec ses mains.
Vas-y que je fait des morceaux avec mes doigts et que je te le file comme ça, en le trifouillant… Heureusement que je ne crains pas trop ce genre de chose! J’ai eu droit à des morceaux de viande normaux super bon mais à d’autres morceaux un peu plus gélatineux dira-t-on lol.
A chaque fois que j’avale un morceau je ne peux pas m’empêcher de me dire que je vais être malade comme un chien, vu les conditions d’hygiène… Mais cette fois-ci il me semble bien que je n’ai pas été malade.
Toujours est-il que ça fait super plaisir de partager des moments comme ça avec des mongols, et d’ailleurs cela prouve bien que leur hospitalité légendaire existe toujours! Il faut juste avoir un peu de chance et être là au bon moment et au bon endroit.
Plus tard on arrive un peu à percer la carapace en jouant à un jeu de carte mongol que notre chauffeur Aiggy nous a appris, le mas.
En début de soirée les hommes de la famille vont chercher le troupeau de juments et font un tri pour faire je ne sais pas quoi, au lasso, dans l’enclos. La petite fille quant à elle réuni les chèvres.
Puis nous allons nous coucher dans la yourte pour les touristes, car encore une fois si vous allez dormir dans une yourte il est rare que vous dormirez avec la famille elle même. En général ils ont une yourte pour eux et une yourte pour les touristes.
Le lendemain matin nous repartons sur nos instruments de torture. Enfin les mecs vont bien apparemment, et Karine a un peu mal mais pas autant que moi. Je dois vraiment avoir une malformation!
Au retour j’ai tellement mal que je décide de marcher. Oufff ça va beaucoup mieux! Mais à peine je remonte sur mon cheval que le temps se gâte! Si bien qu’à un moment on se prend l’orage sur la tête!!! C’était vraiment l’apocalypse! On était trempés jusqu’aux os, les chevaux avançaient n’importe comment et ils avaient super peur des éclairs… On s’est même pris la grêle à un moment donné!
Ce fut un de ces moments de mon voyage ou je me dis dans ma tête: « mais puré virginie qu’est ce que tu fous là? ».
J’étais vraiment en train de désespérer quand qu’est ce que je vois??? Aiggy et son van qui viennent a notre secours!! Aiggy est un véritable pilote et on dirai qu’il fait un rallye avec son super van russe pour venir à notre rescousse.
Il a vu le sale temps et il s’est dit qu’il allait venir nous secourir! En 5 secondes je saute du cheval, je donne les rennes au guide et je suis dans le van, au sec.
Alors là j’ai pas eu de scrupule à arrêter ce mini trek de torture et à monter dans le van, c’est moi qui vous le dit! Entre la douleur et la tempête je suis pas mazo! Halala il est loin le temps où j’aurai fini le trek jusqu’à la dernière seconde, en tête de mule que je suis. Mais c’est bien, j’apprends à lâcher du lest un peu il faut que j’arrête d’être jusqu’au-boutiste comme ça!
Après la pluie le beau temps, j’en profite pour aller me laver dans la rivière et pour faire une lessive. Le truc c’est que en Mongolie le temps change toutes les 3 minutes, et du coup il va re pleuvoir et ceci  une bonne partie de la nuit.
Sauf que comme j’ai voulu faire des économies j’ai acheté la tente la moins chers et du coup elle n’est absolument pas imperméable! Donc j’ai bataillé toute la nuit avec l’eau qui s’incrustait dans ma tente. Le principal objectif était de garder mon duvet au sec. J’ai donc regroupé toutes mes affaires au centre de la tente et j’ai épongé toute l’eau pendant quelques heures. La nuit fut courte mais au petit matin j’avais quand même réussi à dormir quelques heures et dans un duvet à peu près sec!
Bref si vous allez en Mongolie pendant la saison des pluies ne faites pas les rats d’égouts comme moi et achetez une tente imperméable!!
DSC09819

DSC04536

Le tri des juments dans l’enclos.
DSC09824

DSC09827

DSC09831

Beurre de yak.
DSC04486

Cascade dans la vallée d’Orkhon.
DSC09833

Préparation des bouzes.
DSC09839

Thé/beurre/bouzes.
DSC09841

Viande qui sèche dans la yourte.
DSC09842

DSC04583

DSC09856

DSC09858

Le mouton bouilli.
DSC09843

DSC09854

DSC09859

DSC09860

Mes morceaux de mouton bouilli.
DSC09861

DSC04506

DSC09873

DSC04509

DSC09880

Ne vous fiez pas au sourire en vérité j’ai envie de pleurer.
DSC09849

DSC04574

La petite fille qui regroupe le troupeau de mouton.
DSC04516

DSC04599

DSC04501

DSC04521

DSC09853

Mouton qui sèche dans la yourte!
DSC09850

DSC04529

DSC04545

DSC04627

DSC04531

DSC09852

DSC04541

DSC09851

DSC04480

DSC04605

DSC04443

DSC04489

DSC04491

DSC04493

DSC04555

DSC04542

DSC04608

DSC04618

Certains bergers regroupent les bêtes avec leur moto.
IMG_0612

La vallée d’Orkhon.
IMG_0623
IMG_0628

IMG_0649

P1070399

IMG_0662

IMG_0684

P1070436

P1070437

P1070445

IMG_0726

IMG_0737

P1070464

P1070467

P1070469

Un nain de jardin dans la steppe mongole.
P1070470

IMG_0747

IMG_0752

IMG_0765

IMG_0770

Entre deux averses.
DSC04554

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s