Le volcan Kawah Ijen.

Après en avoir pris plein les yeux avec le volcan Bromo je poursuis ma route pour aller voir un autre volcan: le Kawah Ijen. Quatre bus et 24 heures plus tard je débarque à Sempol, le village près du volcan.
Le voyage pour y arriver est magnifique une fois de plus. Lors de la descente vers le village la vue est superbe, avec le volcan, immense, qui crache de la fumée. Il y a aussi de nombreux singes qui sautent d’arbre en arbre au passage du bemo, le mini bus local. Une fois de plus je suis la seule étrangère dans le bus, les locaux me regardent comme si j’étais une alien débarquée de l’espace. Peu d’étrangers prennent les transports publics, la majorité prennent des tours tout organisés depuis les grandes villes. Pour moi, c’est hors de question! Je préfère me mêler à la population et galérer dans les transports en commun, et parfois c’est un peu compliqué! Mais en général tout se goupille plutôt bien et j’arrive toujours à destination.
Bon par contre il ne faut pas être pressé!
Emprunter les transports locaux procure une sensation de liberté qu’aucun tour operator ne peut égaler. Je trouve ça un peu nul qu’un mec vienne me chercher devant la porte de mon hôtel, m’emmène dans un endroit avec plein d’autres touristes dans une voiture climatisée …
Je trouve ça complètement aseptique, pire que l’hôpital! C’est trop facile. Je pense que même si j’étais pleine de sous je continuerai à voyager comme ça. Mais bon chacun sa conception du voyage. Et puis parfois c’est vraiment trop compliqué ou trop long, alors pas le choix.
Mais l’Indonésie se prête bien au baroudage via les bus alors c’est parti!
Le bemo me laisse à l’entrée de Sempol, un peu au milieu de nulle part. Ce village est perdu dans les plantations de café, du coup certaines plantations ont aussi quelques chambres pour les voyageurs. Je marche un petit km jusqu’à l Arabica plantation, trouve une chambre plutôt sympa.
L’après-midi je vais me balader dans le village. Ce qui choque de suite, et dans le bon sens du terme, c’est la gentillesse de ces derniers. Quand je les croise ils me disent tous hello, avec un grand sourire. Certains viennent discuter, curieux de savoir d’où je viens. Et je vais retrouver ça dans tous les villages où je vais passer en Indonésie. Ça fait chaud au cœur!
En Amérique du sud ça n’a rien à voir. Rares sont ceux qui te disent bonjour, quant j’arrivais dans un village paumé j’avais plus l’impression de déranger qu’autre chose. Ici les gens sont vraiment adorables, souriants, accueillants… Les enfant me courent après en me demandant mon prénom, ils me font coucou du pas de leur porte… Le village est un peu sale, il faut dire que les indonésiens ne sont pas écolo pour un sous. Ils jettent beaucoup de choses dans la nature, mais là-bas c’est comme ça c’est un peu dans leur mentalité. Il faut dire qu’ils ont d’autres chat à fouetter que l’écologie, comme survivre par exemple! En effet dans les villages les gens sont très pauvres et font comme ils peuvent pour s’en sortir. Et même dans leur situation plus que précaire ils gardent le sourire. Grosse leçon d’humilité!

Le lendemain je me lève aux aurores, histoire de grimper sur le volcan à la fraîche, avant que le soleil ne cogne dur. Pour commencer la rando du volcan il faut encore parcourir les 14km qui séparent Sempol de la cabane du garde, là où commence la rando pour le volcan, à Paltuding. Je pars avec mon gros sac à dos , car après le volcan j’aimerai prendre le ferry qui part à deux heures de route de Paltuding. Le problème c’est qu’il n’y a aucun bus local qui passe sur cette route, car apparemment elle est en très mauvais état, seuls les 4/4 et les motos peuvent y passer. Le truc c’est que si je n’arrive pas à prendre cette route, il faut que je rebrousse chemin et que je fasse le tour en allant vers le nord, puis l’est, ça me fait une vingtaine d’heure de bus minimum alors que le ferry n’est qu’à deux heures d’ici. Arrggh c’est rageant! Je me dis que je verrai bien sur place, peut-être que j-arriverai à m’incruster dans un 4/4 ou sur une moto.
En attendant me voici sur la route principale de Sempol, à la recherche d’un ojek, une moto taxi, pour faire les 14km. Oui je suis pas mazo, je ne vais pas marcher quatre heures avec mes sacs sur le dos en plein cagnard alors que je peux y aller en moto pour une bouchée de pain. A l’hôtel le prix de la course et 40000 roupies, mais je n’aime pas trop booker avec les hôtel, souvent ils se prennent une commission exorbitante. Je préféré me débrouiller toute seule. Je croise un mec sur sa mobylette, je lui demande s’il est dispo pour m’ emmener à Paltuding. On se met d’accord sur 20000, et c’est parti!
Alors faire de la mobylette avec son gros sac à dos sur le dos c’est pas une partie de plaisir… Dans les montées je manque de tomber en arrière à cause du poids du sac, dans les descentes je glisse en avant toujours à cause du sac. Mais bon c’est l’aventure, alors c’est pas grave!! J’arrive à Paltuding quarante minutes plus tard, avec le dos en compote… Mais bon je ne me plains pas, d’ autant plus que je ne vais pas tarder à croiser un porteur de souffre qui lui porte bien plus de 20kg sur ses épaules et qui doit souffrir le martyr…
Je laisse mon gros sac dans la cabane du garde et c’est parti pour la rando jusqu’au cratère!
Pour y arriver ce n’est pas très long, juste 1h30 mais qu’est ce que ça grimpe!
Le Kawah Ijen culmine à 2400m et il est le principal centre d’exploitation de soufre de toute l’Indonésie.
Le soufre jaillit à l’état liquide puis une fois solidifié il est extrait de l’antre du volcan, près du lac, par des hommes qui, pour quelques milliers de roupies (une misère) remontent ensuite les blocs de soufre jusqu’en haut du cratère puis l’acheminent dans un dépôt pas très loin de la cabane du garde pour se faire payer. C’est ainsi qu’ils vont parcourir une vingtaine de km avec un poids allant de 40 à 70kg dans deux paniers suspendus à un fléau (un long bâton qui relie les deux paniers).
Les conditions d’extraction et de traction sont épouvantables et très dangereuses, notamment à cause des émanations de soufre, mais le salaire des porteurs de soufre reste légèrement meilleur que celui des autres métiers et donc de nombreux jeunes gens font ce job. Mais ils gagnent tout de même une misère compte tenu des efforts fournis!
Sur le chemin je croise plusieurs porteurs de soufre. Effectivement ils sont vraiment chargés à bloc, je ne sais vraiment pas comment ils font pour faire ça. Ils descendent le chemin avec une petite foulée, rythmée par le couinement des paniers qui se balancent. De temps en temps ils changent d’ épaule.
Puis j’arrive au sommet du cratère. L’odeur de soufre est omni présente. Je ne vois pas de suite le fameux lac turquoise car je suis en plein dans  la fumée que crache le volcan. Pas évident de respirer dans cette atmosphère, mais j’ai prévu mon écharpe que je mouille pour mieux respirer. Ouf c’est mieux comme ça! Dire que les porteurs de soufre sont dans la fumée à longueur de journée! Bien peu se protègent les voies respiratoires, ils ont juste un short et des tongs…
Je contourne le cratère par la droite et la fumée se dissipe enfin, dévoilant un superbe spectacle.
Le fond du cratère est un immense lac couleur bleu turquoise; on voit tout en bas les dépôts de soufre avec les ouvriers qui en extrait des blocs; une épaisse colonne de fumée blanche s’échappe de l’antre du volcan, et vient piquer ma gorge et mes yeux; les versants du cratère ne sont que des roches à perte de vue… Sur ma droite les porteurs de soufre arrivent essoufflés et éreintés, après avoir porté la roche jaune sur les épaules depuis le fond du cratère; je ne sais pas combien de dénivelé ça fait, les photos parlent d’elles même.
Plus que jamais mon voyage me permet de réaliser à quel point j’ai de la chance d’être née en France plutôt qu’ici ou la misère est omniprésente. Je ne me plains pas souvent à l’origine, mais là plus jamais, c’est sur!
Puis je prends le chemin du retour. Je croise alors Sunu, un porteur de soufre, qui fait une pose sur son long chemin de croix. Il me demande de l’ eau, je lui donne ma bouteille, j’en rachèterai en bas, il en a plus besoin que moi! Il faut dire que le soleil est bien levé dans le ciel, et la chaleur est écrasante.
Du coup on discute un peu, il me dit quelques mots en anglais, on fait une photo ensemble.
Puis je reprends la route, très vite Sunu me dépasse, il est bien plus rapide que moi malgré le fardeau qu’il porte sur ses épaules.
Arrivée en bas je mange une noodle soup bien méritée, l’Indonésie c’est le pays des nouilles, les cousines des pâtes alors forcement ça me plaît!!
Puis je m’attelle à trouver un moyen de rejoindre le ferry. Il y a quelques mecs qui me propose d’y aller en taxi moto, mais ça fait quand même cher car ils doivent revenir ici ensuite. Par chance le garde du volcan a fini sa journée de travail, et comme il habite juste à côté du ferry il me propose de faire le trajet avec lui, sur son gros scooter, pour pas trop cher. C’est parti!!
Je ne vais pas tarder à comprendre pourquoi aucun bus n’emprunte cette section de route. Elle est tout simplement défoncée, et encore le mot est faible. Pendant plusieurs km la route ou plutôt ce qu’il en reste n’ est que pierres, rochers, nids de poule, avec des descentes à faire peur. Le scooter vibre dans tous les sens, avec mon gros sac à dos je manque de me croûter à plusieurs reprises.
La seule chose qui me reste à faire c’est fermer très fort les yeux, me cramponner au scooter et prier!! Heureusement le conducteur a l’air d’ avoir l’habitude et on arrive sur la route normale en vie. Ouf!!
Le trajet jusqu’au ferry traverse des petits villages et des rizières, tout est très vert.
Puis une fois arrivée en ville il arrête la moto car un bus roule derrière nous. Il l’arrête et coup de bol il va à Denpasar! J’arrive à Kuta, sur Bali 7 heures plus tard, après avoir pris trois autres mini bus et un ferry.
Je me trouve un hôtel pas très cher dans le dédale des rues de Kuta, une bonne douche et zou, au lit après cette journée bien remplie!

Video du volcan lors de l arrivee en bemo a Sempol.

IMG_1201
Mon museau sur le chemin de la plantation.
IMG_1226
 Au village de Sempol.
IMG_1242
IMG_1239
IMG_1240
IMG_1238
IMG_1236
IMG_1235
IMG_1224
IMG_1227
IMG_1229
IMG_1230
IMG_1225
IMG_1221
IMG_1222
IMG_1263

Un porteur de soufre.

Video d un porteur de soufre.

IMG_1262
IMG_1261
IMG_1260
IMG_1259
IMG_1258

Video du volcan.

IMG_1257
IMG_1256
IMG_1255
IMG_1254
IMG_1253
IMG_1252
IMG_1251
IMG_1249
IMG_1248
IMG_1247
IMG_1246
IMG_1294
IMG_1245
IMG_1289
IMG_1277
IMG_1299
IMG_1298
IMG_1297
IMG_1295
IMG_1275
IMG_1288
IMG_1268
IMG_1284
IMG_1282
IMG_1207
IMG_1208
IMG_1291
IMG_1296
IMG_1266
IMG_1273
IMG_1272
IMG_1270
IMG_1271
IMG_1265
IMG_1213
IMG_1211
IMG_1215

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s