Le monastère de Labrang.

Ensuite je prends un train pour aller dans le sud de la province du Ganzu.
Une douzaine d’heures plus tard je debarque dans la capitale du Ganzou, Lanzhou, environ 2 millions d’habitants, ce qui est plutôt une petite ville pour la chine. En effet les chinois sont presque 1,5 milliards, alors une ville de 2 millions d’habitants proportionnellement c’est un peu comme un petit village de provence si on compare avec la france!
J’arrive à 3h du mat, c’est toujours le même problème il faut que je trouve un endroit pour dormir.
Le hic c’est que quand on arrive dans une gare en chine, les quais d’arrivée ne sont pas reliés au reste de la gare et aux salles d’attente. Nonnnnn il faut d’abord sortir de la gare avec le tourniquet à sens unique et si on veut aller dormir dans la gare il faut re rentrer, sauf qu’à l’entrée il faut obligatoirement présenter son billet de train! Je me sens pas de dormir sur un banc dehors, alors je tente de renter dans la gare avec mon billet usagé. Bingo! La nana ne regarde même pas ce qu’il y a marqué dessus! Je vais donc finir ma nuit dans la salle d’attente de la gare de Lanzhou.
Ha oui un truc super en chine: dans les gares et les trains il y a des robinets d’eau bouillante dispo à volonté et gratis!! Pour pouvoir manger des nouilles instantanées, faire du thé ou du café…. C’est vraiment génial et hyper pratique!! Pourquoi on a pas ça nous en France??! Ou alors peut être que ça existe mais je n’ai jamais vu.
A l’aube je sors de la gare et je vais faire des km et des km pour trouver la bonne gare routière (il y en a 4 ou 5) pour prendre le bon bus pour descendre dans le sud. L’info du lonely planet est obsolète, je vais galérer pendant 2 heures à arpenter les rues de la villes avec mes 15kg sur le dos… Rien de tel pour bien commencer la journée tient! En plus je suis crade que j’en peux plus, je pue le rat mort en décomposition après avoir passé 24h dans le train et la gare, il commence à pleuvoir….
Les chauffeurs de taxi veulent me racketter pour m’emmener à la bonne gare routière qui est à l’autre bout de la ville, impossible d’y aller à pied. Heureusement je tombe sur un vendeur qui parle quelques mots d’anglais. Je parviens à comprendre que le bus 30 va à cette gare, mais il ne sait pas où je dois le prendre. Je retourne sur mes pas pour retourner vers la gare et là qu’est ce que je vois! Le bus 30 qui me passe juste sous le nez! Une fois de plus j’ai une chance pas possible avec les bus, à chaque fois que je cherche le numéro que je veux je tombe toujours dessus par hasard, alors que je suis dans une ville énorme et qu’il y a 200 autres numéros.
Bref j’arrive à la gare routière du sud, je me déleste de la « modique » somme de 10 euros pour faire 4 heures de trajet. Ça vous parle peut-être pas mais c’est énorme. Je me dis qu’il va falloir que je me mette sérieusement au stop dans ce pays. Mais en même temps c’est super dur de sortir d’une ville de 2 millions d’habitants et de trouver la bonne route ou se positionner pour faire du stop dans la direction où l’on souhaite aller.
Plus tard je débarque donc dans la ville de Xiahe, une petite ville monastique, peuplé à 50% de tibétains.
Ici les nonnes bouddhistes au crâne rasé, les moines en robe pourpre, les mendiants, les paysans tibétains venus prier dans leur plus beaux atours se mêlent aux hordes de touristes chinois qui débarquent dans le monastère (payant of course) par cars entiers.
Tout autour du monastère il y a un kora, un chemin de pèlerinage, qui est arpenté par les fidèles dès l’aube.

DSC01943

Moulins a prières.
DSC01986
DSC01934

DSC01938

DSC01887
DSC01893

DSC01916

DSC01933

DSC01894

DSC01990

DSC01895

DSC02037

DSC02090

DSC01897

DSC02049

DSC02052

DSC02071

J’ai retrouvé par hasard la super bonne soupe tibétaine que j’avais découverte dans la cantine d’un monastère du Laddak, dans l’inde himalayenne!!
DSC02055

DSC01900

DSC02008

Une pèlerine qui fait le tour du monastère: quelques pas, puis se met a genoux, puis s’allonge, puis à genoux, puis s’allonge encore puis debout puis quelques pas… le tout en disant des prières. Faire le tour du monastère comme ça doit prendre la journée je pense. Un jour j’étais en bus au milieu de nulle part sur une route déserte et on a croisé trois femmes qui faisaient la même chose. Je ne sais pas d’où elle partaient et où elles allaient, si elles reliaient deux villages ou quoi…
DSC02072

DSC01934

DSC01901

DSC01987

DSC02047

DSC01903

DSC01984

DSC01909

DSC01982

DSC02076

DSC01910

DSC01978

DSC02055

DSC02050

DSC02016

DSC02084

DSC02085

DSC01945

DSC01977

DSC02002

DSC02077

DSC02080

Cellules a prieres.
DSC01997

DSC01950

DSC01996

DSC01988

DSC02005

DSC02051

DSC01957

DSC01915

DSC01975

Salle a prieres principale.
DSC02012

DSC02007

DSC01993

DSC02000

DSC02033

DSC02004

DSC02021

DSC02006

DSC02042

DSC02067

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s