Des trains pas comme les autres en Inde.

Les trains en Inde… tout un programme! Aucun voyage dans ce pays ne serait complet sans un trajet en train. Une plongée dans l’univers fascinant et étonnant des trains indiens constitue d’ailleurs un voyage à part entière.
Les chemins de fer indiens possèdent l’un des plus importants réseaux du monde avec 115 000 km de rails, un réseau de 65 000 km (dont 34 % sont électrifiés) et 7 500 gares.
Les Indian Railways transportent chaque année 7,5 milliards de passagers soit plus de 20 millions par jour et 2,8 millions de tonnes de fret par jour. Ils emploient 1,6 million d’employés et possèdent 229 381 wagons de fret, 59 713 voitures de passagers et 9 213 locomotives.
Ce réseau s’étend sur les 28 états et est raccordé aux réseaux du Népal, du Bangladesh et du Pakistan.
Quand on arrive en Inde et qu’on prend le train pour la première fois cela peut être quelque peu… déstabilisant on va dire.
Vous imaginez bien que ce n’est pas la SNCF comme en France.
Non en Inde souvent les gares c’est un peu le chaos (finalement ça ressemble un peu à la sncf de temps en temps).
En effet dés que l’on pose les pieds dans une gare il faut jongler entre les milliers de gens qui fourmillent dans les halls, les intouchables qui dorment par terre, les coolies (nom donné aux porteurs qui chargent et déchargent les marchandises ainsi que les bagages des riches indiens), les arnaqueurs qui se ruent sur les touristes pour tenter de les entuber d’une manière ou d’une autre, les vendeurs de bombons, de samosa, de fruits, de livres et journaux, les vaches qui donnent des coups de cornes aux malheureux qui ne les voient pas arriver, les queues interminables pour acheter son billet, les noms et destinations des trains qui ne sont pas tout le temps écrits en anglais, les gens qui doublent dans les files d’attente, la dizaine de différentes classes dans les trains, les trains pleins avec les listes d’attente, les mains baladeuses qui traînent parfois dans les files d’attentes (y en a un qui doit encore avoir la marque de ma main sur sa gueule 5 mois plus tard), les différents bureaux de réservation des tickets pour le jour même ou à l’avance, les wagons de deuxième classe bondés où on peut s’estimer heureux si on peut s’asseoir parterre…. On a vite fait de devenir complètement fou.
Ha oui et il faut avoir l’estomac bien accroché aussi car souvent sur les mur de la gare il y a des posters de la police avec les photos de cadavres retrouvés en état de décomposition avancée dans la rivière de la ville ou autre, pour identification. J’ai encore certaines photos gravées sur ma rétine…
Un petit conseil: essayez d’aller acheter vos billet après une bonne sieste et un bon repas, histoire d’être en pleine forme pour attaquer le monstre ferroviaire indien.
Mais ne vous inquiétez pas, après quelques trajets vous deviendrez rapidement un pro des gares et progressivement vous vous apercevrez que finalement c’est un chaos très bien organisé, pas si difficile à comprendre , pas du tout effrayant. Un peu comme le Neo qui arrive à déchiffrer le code de je sais plus quoi dans Matrix.
Donc quelques petits conseils pour l’achat des billets de train.
Le mieux c’est d’acheter les tickets dés que vous connaissez la date à laquelle vous voulez voyager.
Il faut s’y prendre le plus longtemps possible à l’avance. Ne soyez pas fainéant pour ce truc et ne remettez pas l’expédition à la gare pour plus tard.
C’est vraiment très important car beaucoup de trains sur les lignes principales sont pleins rapidement, car il me semble que l’on peut acheter le ticket deux mois avant la date du trajet.
Donc les places les moins chères sont littéralement prises d’assaut.
En ce qui concerne les différentes classes, si je me souviens bien ce sont les suivantes: 1er AC (air conditionne), 2 eme AC, 3eme AC: ce sont les classes les plus chères, parfois plus qu’un billet d’avion. Couchettes luxueuses, confort, calme olympien, pas d’incruste, pas de pauvre, que des riches indiens. A mon sens aucun intérêt, avec ces classes là on ne va pas du tout à la rencontre de la vraie inde.
Ensuite viennent les AC executive Chair et AC chair. Un peu moins luxueux que les précédentes, mais en fauteuil.
Enfin les deux classes qui intéressent les voyageurs qui veulent s’immerger dans l’univers du train indien.
Une classe normale et une autre classe pour les mazo-suicidaires qu’il faut au moins tester une fois, histoire de dire je l’ai fait et j’ai survécu.
La classe normale s’appelle la Sleeper Class. C’est donc l’avant dernière classe. Ce sont des couchettes qui se réservent à l’avance.
Ici aucun luxe, on a juste les couchettes, les toilettes et basta.
Mais les couchettes sont plutôt confortables, moi à chaque fois je me fais des nuits de ouf là dessus, je dors mieux que dans un lit.
Il y a 3 couchettes d’un côté, 3 couchettes de l’autre, 2 couchettes en face.
Donc 8 personnes en tout. Tout est ouvert, il n’y a pas de compartiments, n’importe qui peut aller et venir. C’est une classe vraiment économique.
Je ne me rappelle plus des prix mais pour un trajet de 30 heures par exemple vous allez payer dans les 600 roupies, dans les 8 euros.
Petit conseil quand vous achetez votre billet il faut demander la couchette du haut. Car en fait dans la journée il y a plein de gens qui s’incrustent dans le wagon sleeper. Au lieu d’être 8 on peut se retrouver à 30… Du coup ils se tapent l’incruste sur la couchette du bas. La banquette du milieu quant à elle n’est dépliée que le soir, car l’espace est trop petit pour que les passagers du bas puisse y tenir assis.
Bref si vous avez la couchette du bas vous allez avoir les gens qui s’incrustent et le mec du milieu, donc vous pouvez pas vous allonger. Si vous avez la couchette du milieu vous ne pouvez pas vous allonger non plus car cette dernière n’est descendue que le soir.
Alors que si vous avez la couchette du haut vous êtes tranquille car personne ne va venir s’incruster en haut et elle est rabattue 24h sur 24. Si vous êtes une nana c’est vraiment bien pour éviter les mains baladeuses. Si vous n’avez pas pu avoir la couchette du haut lors de la réservation vous demandez à échanger avec le voyageur du haut.
On ne m’a jamais dit non et les indiens n’aiment pas cette couchette de toute façon, c’est pas trés pratique car il faut grimper là haut.
Si vous ne voulez pas rester tout le temps sur votre couchette du haut et si vous voulez papoter avec les indiens pas de soucis vous pouvez descendre et vous asseoir sur la couchette du bas car pendant la journée le voyageur du haut peut s’asseoir sur la couchette du bas.
C’est une classe populaire, bon marché, avec des dizaines de vendeurs ambulants qui déambulent toutes les 30 secondes dans le couloir pour vendre toutes sortes de trucs à manger et à boire.
Je mange à chaque fois les plats qu’ils vendent et je n’ai pas le souvenir d’avoir été malade suite à ça, mais mon bide est peut être habitué maintenant.
C’est dans cette classe que vous verrez le vrai visage de l’inde et où vous pourrez faire des rencontres authentiques.
Enfin la 2eme classe, la classe générale.
Comment dire…. si vous survivez à un trajet en classe générale vous ne craignez plus grand chose en inde, vous avez fait un des trucs les plus difficiles (je ne parle pas de la mendicité des enfants volontairement mutilés par les maîtres des mendiants pour rapporter plus à la mendicité, des intouchables qui crèvent littéralement dans la rue, des viols quotidiens…).
Vous avez sûrement déjà vu des photos sur internet ou des reportages à la télé où l’on voit des wagons de train complètement bourrés d’êtres humains, où l’on ne distingue presque plus la tôle du wagon tellement il y a des têtes, des bras, des pieds, des paquets, des animaux qui sortent de toutes les portes et les fenêtres; des jambes qui pendent le long du toit du wagon, devenu complètement noir à cause des centaines de gens qui n’ont pas pu rentrer dans le train et qui se sont réfugiés sur le toit?
Et beh voila, la seconde classe c’est ce monstre là. Ko Lanta à côté c’est trois semaines de vacances aux Maldives…
En fait cette classe est prise d’assaut pour deux raisons: la première c’est que le prix des billets est dérisoire, bien moins chère que la sleeper class qui n’est déjà pas très onéreuse.
Et d’ailleurs il n’y a même pas de contrôleur qui contrôle les passagers, de toute façon le mec ne pourrait même pas avancer dans le wagon pour faire son boulot.
Donc pour chopper les resquilleurs, à l’arrivée avant la sortie de la gare parfois il y a toute une flopée de contrôleurs qui récoltent les tickets, et gare à celui qui n’en a pas (toujours garder son ticket jusqu’à la sortie de la gare).
La deuxième raison c’est que ces tickets là ne peuvent pas s’acheter à l’avance, il n’y a pas de réservations possibles. Les tickets ne peuvent s’acheter que le jour même, et donc ils sont en nombre illimités car pas numérotes.
Donc en bref les premiers qui arrivent dans le wagon peuvent s’asseoir, les autres restent debout.
Il faut que je nuance néanmoins mes propos car certains wagons de deuxième classe sur certaines lignes ne sont pas du tout bondés.
Par exemple si vous prenez le train entre Chennai et Pondicherry (officiellement 4h, 50 roupies, le train part vers 6h du mat il me semble depuis la station Egmore) le wagon de deuxième classe sera presque désert au départ. Il me semble que j’avais pris un ticket de 2eme classe pour aller depuis je ne sais plus où vers Agra, idem j’avais pu m’asseoir.
Mais si vous prenez une ligne genre Mumbai Delhi, ou Kolkata Delhi etc… alors là attendez vous à la troisième guerre mondiale, et j’exagère à peine, même en étant marseillaise.

Après avoir débarqué du ferry qui me ramenait des îles Andamans je vous avais donc raconté que je voulais aller à Varanasi pour assister au Holi festival qui s’est avéré être on ne peut plus bidon.
Bref je débarque dans une ville qui s’appelle Vizak, à mi chemin entre Chennai et Kolkata. Là je vais acheter un billet de 2eme classe pour monter jusqu’à Kolkata, 16 heures de route environ.
La nana au guichet rigole et me dit bonne chance. Je me dit arrggghhh ça n’annonce rien de bon, ça va pas être aussi facile que pour aller à Pondy depuis Chennai.
Le train arrive et il est déjà plein à craquer, il n’y a déjà plus un seul millimètre de disponible dans le wagon mais quand bien même, des dizaines et des dizaines de gens essaient de rentrer. Il y a des cris, des hurlements, des gens qui s’énervent, qui commencent à se battre, qui veulent rentrer par n’importe quel moyen, comme si leur vie en dépendait.
Et moi, pauvre petit nain de jardin, morte de rire sur le quai, en me demandant comment j’ai pu ne serai ce qu’une seule seconde espérer monter dans ce train pour Kolkata. Après tout ce temps passé en Inde je vois qu’il me reste encore un peu de naïveté et d’innocence, lol!
En plus avec mes deux sacs je fais au moins 4m cubes, alors que les gens dans le wagon n’ont même pas assez de place pour augmenter le volume de leur cage thoracique à chaque fois qu’ils essaient de respirer.
Bref je veux à tout prix monter dans le train car je veux vraiment assister à ce festival à la noix, et il se déroule le sur lendemain alors j’ai intérêt à me bouger les fesses car il me reste dans les 1500 km à parcourir.
Donc j’opte pour l’option B: je vais surclasser mon billet.
Quand la 2eme classe est pleine on peut aller voir le contrôleur (il faut aller le trouver avant qu’il nous trouve lui, sinon on se prend une amende) pour surclasser mon billet, c’est a dire que je paie plus d’argent mais je peux monter dans le wagon sleeper.
Mais attention! Ça ne veut pas dire que j’ai une couchette a moi! Nonnnn car tout est déjà plein. Ça veut juste dire que je peux monter dans le wagon et m’asseoir là où je peux. Et que ensuite à 22h quand les gens prennent leur couchette et que les incrusteurs (dont je fais partie cette fois) doivent virer de ces dernières, beh soit je reste debout, soit je dors par terre dans le train.
Donc comme je suis un petit nain de jardin touriste, en journée des gens très gentils m’ont dit que je pouvais m’asseoir sur leur banquette, nous étions serrés comme des sardines mais les indiens sont très gentils, jamais ils ne laisseraient une nana étrangère debout pendant 16 heures d’affilée.
Attention dans le wagon 2eme classe c’est différent, là c’est marche ou crève et chacun pour sa peau. Si t’es pas dans les premiers, tu aura beau être handicapé, enceinte de 8,5 mois, avoir 105 ans… tu restera debout, touriste ou indien.
Donc le soir arrive, un des mecs de la famille me dit que je peux prendre sa couchette et que lui peut rester assis. Je lui dit que c’est gentils mais je refuse, ça me mets très mal à l’aise de lui prendre sa place, il en est hors de question.
Je me trouve une place par terre entre une nana obèse qui prend toute la place et deux ou trois gamins. Je suis pas trop mal, j’essai de ne pas penser à la crasse dans laquelle je suis en train de me rouler car de toute façon je vais me karsheriser à l’hôtel à Varanasi, et puis comble du luxe je peux même allonger mes jambes!!
Le lendemain matin je me réveille avec le front qui a doublé de volume, je ressemble à Frankenstein car je ne sais quel insecte s’est acharée sur mon visage. Super, même quand je dors pas sur un matelas avec des puces de lit je me débrouille pour me taper d’autres puces quand même.
J’arrive à la gare de Kolkata à 5h du mat, la fameuse gare Howrah.
Cette gare est la plus connue de toute l’Inde.
Plus qu’une gare, c’est un monument national qui a vu passer tous les événements majeurs de l’histoire du pays depuis sa construction en 1854 jusqu’à nos jours, en passant par l’indépendance en 1947 et les affres de la partition.
Si vous lisez un roman sur l’inde ou bien un livre qui raconte l’histoire du pays, vous tomberez tôt ou tard sur ce monstre sacré. Encore une fois pas de panique, malgré les trois ou quatre immenses halls, la trentaine de plate formes et la fourmilière qui grouille autour de vous, le fonctionnement reste le même que dans n’importe quelle autre gare de taille plus modeste.
Bref après avoir trouvé le bon guichet j’achète un autre billet de seconde classe pour aller à Varanasi, environ 15h de route.
Quand j’arrive sur le quai je manque de tomber à la renverse: il y a une queue qui s’est formée sur la plateforme pour la seconde classe du Varanasi Express (en inde chaque train a un nom).
Il y a peut être 200 personnes dans la file d’attente.
Alors là c’est mort de chez mort. J’en ai vraiment marre, j’ai pas dormi car il y avait deux gros connards qui n’ont pas arrêté de parler toute la nuit dans le wagon, je pue, j’ai la gueule en feu à cause des piqûres des puces ou de je ne sais même pas quoi…
Lorsque tout à coup un ange apparaît sous la forme d’un policier qui s’occupe de réguler la queue. Il voit mon air complètement désemparé, et là il me dit ok viens avec moi tu va monter en premier car tu es une étrangère!!!!!
Ho puré alors là je l’aurai embrassé le mec!! Du coup de 200eme je me retrouve la première à monter dans le wagon!! Je prends le premier siège que je vois, quinze secondes plus tard le wagon est plein à craquer.
Je partage mon siège avec un mec comme c’est l’usage. Personne n’ose prendre une place pour lui tout seul, il y a trop de monde, on partage. Bref je suis complètement eskichee contre la vitre mais c’est pas grave, et puis au moins j’ai une vitre avec de l’air.
En effet à l’heure du départ le train se met en branle, fait quelques mètres, je me dis tiens on part à l’heure, j’ai vraiment de la chance aujourd’hui… et puis il s’arrête après voir parcouru environ une dizaine de mètres. Puis 30 minutes plus tard il fait dix autres mètres. Idem 45 minutes plus tard.
Bref pendant deux heures on va parcourir environ 50m et on va attendre dans une chaleur étouffante. La température doit atteindre les 55 degrés, c’est insupportable. Les ventilos ne fonctionnent pas… Mais à aucun moment les indiens vont se plaindre de quoique ce soit.
En France on ferai une révolution et on poserai des bombes à la scnf pour moins que ça. Non eux ils attendent debout dans une chaleur insupportable, collés comme des sardines… Quelle patience!
J’ai vraiment halluciné de voir la zénitude des gens dans le wagon.
Du coup le trajet a duré 20 heures. Imaginez 20 heures debout sans pouvoir s’asseoir dans une chaleur torride… Mais bon il faut dire qu’ils sont habitués à voyager comme ça depuis leur plus tendre enfance (d’ailleurs les jeunes enfants ne bronchent pas non plus même pour 30 heures de trajet, vous imaginez).
Et puis peut être qu’ils se disent que dans leur vie future ils vont se réincarner dans une caste supérieure et qu’il pourront s’acheter des tickets de première classe. Inutile de vous dire que je suis la seule touriste dans le wagon et que je fais figure d’extra terrestre nain. Tout le monde me regarde en se disant c’est pas possible elle a du se tromper de wagon…
Nous passons par l’état du Bihar, un des états les plus pauvres et les plus secs de toute l’inde.
Après 35h de train j’arrive enfin à la gare de Varanasi.
J’ai l’air d’un zombie en état de décomposition avancée mais j’ai survécu à la seconde classe.
Rassurez vous la plupart du temps j’arrive à avoir un ticket dans la sleeper classe. Je suis pas (trop) mazo.
Quelques autres conseils: parfois vous allez arriver à votre gare au beau milieu de la nuit. L’heure d’arrivée à votre gare est écrite sur le ticket. Il faut mettre un réveil 45 minutes à l’avance et surveiller le nom de la gare qui est écrit sur les panneaux sur les quais.
Si vous êtes censés arriver à 8h du mat et que à 4h y a un mec qui vient vous voir et qui vous dit que c’est votre arrêt surtout ne l’écoutez pas, même si c’est le contrôleur. Des gens ce sont fait detrousser voir tuer par des gangs qui arrivent à berner des gens naïfs en les faisant descendre du train dans une gare quasi déserte au milieu de nulle part.
Bien sur n’acceptez pas de la bouffe ou des boissons d’inconnus qui ont l’air tout gentils mais qui en fait veulent vous endormir pour mieux vous voler. Après si vous venez de voyager 15 heures avec une famille et que la grand mère vous offre un gâteau sec il y a de grandes chances pour que ce ne soit vraiment qu’un gâteau sec, utilisez votre instinct.
Quand aux rumeurs selon lesquelles il existe des gangs qui endorment carrément les passagers avec du gaz je n’y crois pas une seule seconde, c’est une légende urbaine. Ces wagons ont tout le temps les fenêtres et portes ouvertes avec de l’air qui s’engouffre en permanence, une vraie passoire. Il faudrait des dizaines de bonbonnes de gaz pour endormir les voyageurs, et un mec qui s’amène dans un train avec je ne sais pas combien de bonbonne de gaz ça ne passe pas inaperçu…
Voilou non mais à part ça le train en Inde c’est vraiment une super expérience 😉

DSC05737

Video wagon seconde classe Kolkata-Varanasi

DSC05751

Un des spectacles les plus cocasses auxquels l’on peut assister dans un train en inde est surement le passage des Hijras dans les wagons: les hijras sont la caste des travestis et des eunuques,  qui s’habillent en femme. Certains sont gays, d’autres hétéro, d’autres hermaphrodites, certains sont castrés d’autres non…  Ils passent dans les wagons pour mendier de l’argent aux hommes surtout et attention à ceux qui ne leur donne rien, les claques pleuvent! A lire cet article trés bien fait à leur sujet ici.

Video passage des hijras dans le wagon.

DSC05757

Une hijra.

Video de la file d’attente pour rentrer dans le wagon.

DSC05743

Moi en sleeper classe.

DSC09788

En cas d’arrivée super tard ou tôt à la gare il est plus prudent de dormir dans la salle d’attente réservée aux femmes (il y en a au moins une dans chaque gare) et d’aller en ville au lever du soleil.

DSC05725

En inde les vaches déambulent librement sur les quais. C’est assez dangereux car certaines sont vraiment énormes et donnent de violents coup de tête/cornes. Mais bon personne ne les vire des quais.

DSC04442

DSC06047

Train à vapeur pour aller à la hill station de Ooty, dans le Tamil Nadu.

DSC05741

Une vache qui cherche son déjeuner dans une poubelle du quai.

DSC04479

DSC04475

DSC04471

DSC04460

Une Hijras.

DSC09486

Time Keeper ( littéralement  le gardien du temps).

DSC04459

Les indiens se fichent d’être les uns sur les autres dans le train. Cette femme a voyagé je ne sais pas combien de temps avec les pieds du mec à quelques cm de son visage lol.

DSC04450

DSC04448

DSC06052

Locomotive à vapeur pour aller à Ooty.

DSC06053

DSC06058

DSC06081

DSC06087

DSC06098

DSC06100

DSC06101

DSC06106

DSC06108

DSC06124

DSC06112

DSC06123

DSC06114

DSC06117

DSC06140

DSC06132

DSC06135

DSC06152

DSC06155

DSC06158

Une réflexion sur « Des trains pas comme les autres en Inde. »

  1. Ha ha ha….
    On s’y croierait tellement quand tu l’écris!
    On peut sentir le vent chaud qui traverse les wagons, la poussière au sol qui fait que tu ne peux rien y poser, les odeurs de toutes sortes aussi agréables que…. moins…
    Super post.

    C’est toujours aussi marrant de te lire.
    Et puis comme souvent, tu as de belles photos.

    A bientôt.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s